C

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Magdimanche -

« Lo­ca­tion de va­cances meu­blée ». Ma­lin. C’est vrai que d’ha­bi­tude, cha­cun part en va­cances avec son lit, son fri­go, et le la­ve­vais­selle ; ou alors on achète sur place. Que la lo­ca­tion soit meu­blée et tout s’adou­cit. Fi­ni la cor­vée de courses chez Dar­ty et Ikea. Ce titre, vu cent fois dans la presse people : « En va­cances, les stars se lâchent ! » Oui, c’est le prin­cipe des va­cances. Plus la peine de s’ha­biller comme pour al­ler à la messe. Il est rare qu’en pleine sai­son, une jour­na­liste de té­lé­vi­sion, même en manque de no­to­rié­té, pré­sente le JT seins nus (au moins à cause de la clim’).

Mais à l’as­sem­blée Na­tio­nale, les dé­pu­tés fraî­che­ment élus planchent sur le pro­jet de mo­ra­li­sa­tion de la vie pu­blique. Mer­cre­di, en fin de séance, la pré­si­dente de la com­mis­sion des lois, Yaël Braun­pi­vet, a sou­pi­ré à l’oreille de son voi­sin : « On a une res­pon­sable de texte qui est in­exis­tante, c’est comme si elle était à Nou­méa sur une chaise longue… » Pas de chance pour cette dé­bu­tante, son mi­cro est res­té ou­vert (ou alors l’in­gé­son est par­ti en va­cances). Pré­ci­sons que la « res­pon­sable de texte » évo­quée est Pau­la For­te­za, dé­pu­tée LREM des Fran­çais de l’étran­ger (Amé­rique la­tine et Ca­raïbes). D’où la chaise longue. gnon. À en croire les spé­cia­listes spé­cia­li­sés, on ne vient pas y voir des pièces, mais des « pro­po­si­tions de théâtre ». L’évé­ne­ment, cette an­née, à la Cour d’hon­neur, l’es­pace my­thique du Pa­lais des Papes :

de So­phocle, en ja­po­nais, sous­ti­tré. Non, ce n’est pas une blague. France In­fo a ques­tion­né le di­rec­teur du festival, Oli­ver Py, au su­jet de ce choix très au­da­cieux, pour ne pas dire éli­tiste. Il a ré­pli­qué : « C’est très po­pu­laire ».

Quoi de plus at­trac­tif que du grec an­cien, du ja­po­nais, et des sous­titres ? Be­noî­te­ment, je pen­sais que le qua­li­fi­ca­tif « po­pu­laire » s’ap­pli­quait à ,le tube de l’été, si­gné du por­to­ri­cain Luis Fon­si. Le titre est – ou a été – N°1 des ventes dans près de 80 pays. Au mo­ment où j’écris ces lignes, le clip a été vu plus de 2 mil­liards et 700 mil­lions de fois sur Youtube ! On ju­geait in­dé­pas­sable le milliard de vues du

du co­réen Psy, c’était sans comp­ter sur le po­pu­laire Py.

et non une so­cio­lo­gie, ex­plique Ra­phaël En­tho­ven. Le phi­lo­sophe pu­blie avec Adèle Van Reeth un es­sai sur « Le sno­bisme » (Plon). Il dé­nonce : « Le sno­bisme, c’est ce qui vous fait dire et pen­ser : ‘‘je n’ai pas lu ce livre, mais c’est sû­re­ment une merde’’».

m’ex­plique un cri­tique de théâtre. Ah Jean­pierre Per­naut ! Son 13 h pous­sié­reux, sa fas­ci­na­tion pour le pe­tit ar­ti­san – le pê­cheur de l’île de Bré­hat ou le fro­ma­ger qui élève lui­même ses chèvres –, sa sem­pi­ter­nelle dé­fense de la ba­guette à l’an­cienne et de l’au­then­tique ro­sé de Pro­vence. Ouh le mé­chant ré­ac ! Oh la France moi­sie !

ce pas­séisme pou­ja­diste, li­mite « pé­tai­niste » (je n’in­vente rien : je l’ai lu ce mot, noir sur blanc). Je connais bien ces beaux es­prits. Ces bo­bos es­prits. Ce sont sou­vent des amis : in­tel­li­gents, culti­vés, ou­verts. Cer­tains se lancent dans l’écri­ture. Un ro­man sur le manque, ou un pam­phlet dé­non­çant la va­cui­té de l’époque. Se­crè­te­ment, ils ca­ressent un es­poir : que leur livre se vende beau­coup beau­coup – quand ça concerne leur compte en banque, ils ne vo­missent pas la réus­site –, afin de pou­voir réa­li­ser leur rêve : ache­ter à un pe­tit pê­cheur de Bré­hat sa mai­son sur l’île. Et en­suite se ré­ga­ler avec une ba­guette à l’an­cienne, un fro­mage de chèvre ar­ti­sa­nal, et un au­then­tique ro­sé de Pro­vence.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.