Le pe­tit monde “bi­don” de Franck Hou­bert

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Puy-de-dôme - Jean-paul Gon­deau

Dans le pe­tit monde des col­lec­tion­neurs de tout et de rien, Franck Hou­bert est af­fli­gé d’une sorte de « ma­la­die or­phe­line » : il ac­cu­mule les bi­dons d’huile mo­teur avant de les vendre. Vous avez dit bi­zarre ?

On a eu beau cher­cher dans le glos­saire du genre, on n’a pas trou­vé de nom iden­ti­fiant le col­lec­tion­neur de bi­dons. Pré­ci­sons qu’il ne s’agit pas de bi­dons de lait ou d’es­sence mais d’huile mo­teur, qui plus est fa­bri­quée entre 1910 et 1980.

Ci­toyen de Pé­ri­gnat­lèsSar­liève, Franck Hou­bert, 38 ans, est at­teint de cette sorte de « ma­la­die or­phe­line » qui le pousse à foui­ner sur In­ter­net, dans les sa­lons, les bourses et les bro­cantes pour dé­ni­cher le bi­don de 2 litres, ses variations et ses ac­ces­soires : la bu­rette, le bi­be­ron, la pompe ou les ba­rils de 20 et 200 litres. « J’ar­rive à trou­ver du ma­té­riel dans les cam­pagnes » ajoute­t­il avec un air mys­té­rieux.

Bi­zarre cette fixa­tion ? « Oh vous sa­vez il y en a qui col­lec­tionnent les bou­gies, les étaux et les cap­sules de cham­pagne » se dé­fend notre homme qui nous fait les hon­neurs de ses tré­sors en­tre­po­sés dans un lo­cal de Royat. Pour au­tant, Franck Hou­bert, qui tint un bar à Cler­mont, n’est pas mo­no­ma­niaque. Il a su di­ver­si­ fier ses plai­sirs en col­lec­tion­nant les plaques émaillées et les af­fiches pu­bli­ci­taires, les ra­dia­teurs et les ca­landres de voi­tures (Ma­this Emy­quatre et Ci­troën C4 1928), les ar­moires et les pa­niers à huile ou en­core les ta­bleaux de grais­sage.

Huiles d’au­vergne

« C’est mon ami Pas­cal Pons, ga­ra­giste d’is­soire au­jourd’hui dé­cé­dé, qui m’a ins­pi­ré et ini­tié. Il pos­sé­dait près de 1.800 bi­dons mé­tal­liques qui consti­tuent le fond de ma col­lec­tion. Main­te­nant je dois en avoir peut­être 10.000 ou 20.000… ». Con­ve­nons que la four­chette est large et la pas­sion dé­vo­rante.

Pêle­mêle, sur les éta­gères s’aligne un jo­li to­hu­bo­hu de cou­leurs, de gra­phismes et d’en­seignes vi­vantes ou dis­pa­rues : Cas­trol, Bal­ti­more, Texa­co, Vee­dol, Yac­co, Ra­ta­trix­ail, on en passe et des meilleures, soit jus­qu’à 800 marques dans les an­nées trente, dont une quin­zaine fran­çaises et le sa­viez­vous ? Cinq Au­ver­gnates.

On a ain­si dé­cou­vert Ley­roil ap­par­te­nant aux hui­le­ries du Mas­sif Cen­tral do­mi­ci­liées à Mo­riat et la Mai­son An­toine­baud de Cour­non. Avec des slo­gans pu­bli­ci­taires qui tra­his­saient par­fois l’ima­gi­na­tion à sec comme « l’huile qui do­mine, huile des Dômes Do­moil ».

Franck Hou­bert a fait mé­tier de sa lu­bie ob­ses­sive. « Je vends par in­ter­net, beau­coup de bouche à oreille, nous confie­t­il sans plus s’étendre. Tout au plus ap­prend­on que 20 % de sa clien­tèle est étran­gère, « les pays de l’est, le Ja­pon, les ÉtatsU­nis, l’aus­tra­lie… ».

Le col­lec­tion­neur­re­ven­deur de Pé­ri­gnat se fait prier quand on se ren­seigne sur les prix : « ce­la va de 1 à 100 eu­ros pour les bi­dons » fi­nit­il par lâ­cher avec des mon­tées à 2.500 eu­ros pour l’ar­moire à huile qui de­vien­dra pe­tit bar ou com­mode de sa­lon. Franck Hou­bert nous montre les trois ton­neaux de 60 litres « cus­to­mi­sés » en ta­bou­ret et la grosse bar­rique mé­tal­lique de 200 litres mé­ta­mor­pho­sée en table à vins. Tout est trans­for­mable, tout est né­go­ciable.

COL­LEC­TION. Franck Hou­bert pré­sente son pa­nier de bi­be­rons, en­semble qu’il a re­cons­ti­tué et dont il est le plus fier. Der­rière lui, une in­fime par­tie de sa col­lec­tion de bi­dons. PHO­TO T. NICOLAS

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.