Cler­mont Bas­ket ouvre en grand

Sé­rieux tout le temps, in­tense en deuxième pé­riode, le Cler­mont Bas­ket a ou­vert sa sai­son en beau­té, hier soir, salle Gra­nouillet, aux dé­pens d’une Cho­rale jeune et un peu di­mi­nuée.

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Sports - Fran­cis La­porte

Tou­jours de­vant, le CB. En fai­sant vi­si­ter son pa­tri­moine. Pas sa salle Gra­nouillet, so­li­de­ment rem­plie de quelque 200 spec­ta­teurs, non, son fonds de jeu en pro­ve­nance de N2. Son cercle ca­de­nas­sé, ses re­bonds dé­fen­sifs, son in­ten­si­té mai­son.

Vi­site gui­dée pour un groupe cho­ra­lien certes jeune et amoin­dri, pri­vé de ses deux « tours ju­melles », Bou­retz (2,13 m), bles­sé, et Pap Sey­di (2,16 m), pas en­core qua­li­fié. Et vi­site un peu moins ins­pi­rée en at­taque.

Reste que les Roan­nais ne purent que suivre : l’en­trée en confiance cler­mon­toise grâce au trois points sur la pre­mière at­taque de Fran­çois, le dé­part cé­biste (8­0, 2e), l’ar­ri­vée brillante du 3­2 Sé­bas­tien Sal­vis (8e), der­nière re­crue en date.

L’an­cien Cé­biste (20072009) ren­tra dans la par­tie en ap­por­tant 4 points d’un coup. Avant de se sen­tir dans l’équipe comme chez lui et fi­nir meilleur sco­reur (25 points).

Roanne, de son cô­té, s’ac­cro­cha à son jeu de passes au pre­mier quart (23­15), à une meilleure dé­fense au deuxième et re­vint à son rythme sur les pas au­ver­gnats (41­35, 20e). Mais elle dis­pa­rut au re­tour sur le par­quet. Le CB, en ef­fet, lui fit me­su­rer toutes les dif­fi­cul­tés de son nou­veau bas­ket dé­fen­sif, de son jeu plus dur, de sa maî­trise du re­bond, prises of­fen­sives com­prises, et de sa vi­tesse (71­45, 30e).

Dé­pas­sés par le rythme du Cler­mont Bas­ket, con­ traints à quelques tirs loin­tains, les voi­sins li­gé­riens su­birent la suite jus­qu’à la fin, mar­quée par le plus gros écart (87­58).

Une ou­ver­ture de sai­son en grand, sa­luée mais sans triom­pha­lisme par la dou­blette d’en­traî­neurs Franck Bes­to­so ­ Lu­do­vic So­zedde : « Avant le match, on avait dit, on signe pour une vic­toire pas for­cé­ment avec la ma­nière. Il faut res­ter très humbles sur l’écart même si on le fait en deuxième mi­temps en mon­tant d’in­ten­si­té, car, en face, la Cho­rale est un peu di­mi­nuée. L’im­por­tant c’est qu’on a été sé­rieux jus­qu’au bout et qu’on lance la sai­son sur de bons rails ».

SAL­VIS. Une en­trée en scène re­mar­quée. PHOTO RICHARD BRUNEL

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.