« Il n’était plus lui-même »

L’ex­ma­ri a été pla­cé en dé­ten­tion pro­vi­soire

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Région Faits Divers - Ophé­lie Cré­millieux ophe­lie.cre­mil­lieux@cen­tre­france.com

Hier, le qua­dra­gé­naire sus­pec­té d’avoir tué son ex­femme dans le huis clos fa­mi­lial, à Du­nières, a été mis en exa­men pour « as­sas­si­nat et vio­lences sur mi­neurs » et pla­cé en dé­ten­tion pro­vi­soire à Riom.

Qui est le qua­dra­gé­naire sus­pec­té d’avoir tué son ex­femme d’au moins dix­sept coups de cou­teau ? Son avo­cate, Me Joëlle Diez, dresse le por­trait d’un homme à la vie ba­nale, ran­gée, mais aus­si « en plein désar­roi » de­puis que son épouse a de­man­dé le di­vorce.

Son client, Ugur A., « c’est Mon­sieur Tout­leMonde », af­firme­t­elle. Il a un ca­sier ju­di­ciaire vierge, un em­ploi stable dans le do­maine de la plas­tur­gie à Sainte­si­go­lène et une jo­lie mai­son si­tuée sur les hau­teurs de Du­nières dans la­quelle ont gran­di ses quatre en­fants ayant entre 8 et 20 ans. Seule ombre au ta­bleau : son ma­riage. Il bat de l’aile de­puis plu­sieurs an­nées.

« En 2015, tout bas­cule », re­late son conseil. Après vingt ans de re­la­tion, son épouse de­mande le di­vorce et quitte le si pai­sible lo­tis­se­ment du Châ­teau pour s’ins­tal­ler chez sa soeur au Péage­de­rous­sillon, dans l’isère, avec ses en­fants. « Il ne l’ac­cepte pas, pour­suit Me Diez. Il es­saie de se re­cons­truire, de re­trou­ver un équi­libre fa­mi­lial, mais n’y par­vient pas ».

Mal­gré les dis­putes, le couple se ra­bi­boche et tente pro­gres­si­ve­ment de re­col­ler les mor­ceaux. Cha­cun vit de son cô­té, mais la fa­mille est au com­plet tous les wee­kends et se réunit sous un même toit pen­dant les va­cances. Mer­cre­di, tous ses membres se trou­vaient à Du­nières pour fê­ter l’an­ni­ver­saire de la ca­dette. Mais l’am­biance a tour­né au vi­naigre.

« Une vio­lente dis­pute a écla­té à une heure du ma­tin. Le ton est mon­té cres­cen­do », jus­qu’à ce que l’ir­ré­pa­rable se pro­duise. D’après Joëlle Diez, le père de fa­mille « n’ar­rive pas à ex­pli­quer son geste. Lors de son au­di­tion, re­late­t­elle, il a in­di­qué aux en­quê­teurs qu’il n’était plus lui­même, qu’il ne maî­tri­sait plus la si­tua­tion et ne par­ve­nait pas à cal­mer son ex­femme. Elle criait et vou­lait quit­ter la mai­son dans la nuit avec ses en­fants. Tout s’est en­chaî­né. Il n’y a pas eu pré­mé­di­ta­tion ».

En état de choc

Pla­cé en garde à vue dans les lo­caux de la gen­dar­me­rie de Tence après avoir me­na­cé de se sui­ci­der, le meur­trier pré­su­mé se­rait « en état de choc » d’après son conseil. « Il dit ne plus sa­voir s’il s’agit de la vraie vie ou d’un cau­che­mar et n’a qua­si rien man­gé de­puis trois jours. Il s’in­quiète beau­coup pour ses en­fants ».

Hier après­mi­di, après sa pré­sen­ta­tion à un juge d’ins­truc­tion cler­mon­tois, le père de fa­mille a été mis en exa­men pour « as­sas­si­nat et vio­lences sur mi­neurs » et conduit de­vant le juge des li­ber­tés et de la dé­ten­tion qui a dé­ci­dé de le pla­cer en dé­ten­tion pro­vi­soire au centre pé­ni­ten­tiaire de Riom.

PHO­TO OPHÉ­LIE CRÉ­MILLIEUX

JOËLLE DIEZ. de la vic­time. L’avo­cate po­note as­sure la dé­fense de l’ex-ma­ri

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.