Le Conseil d’Etat confirme l’uti­li­té pu­blique de la RN 79

La Montagne (Clermont-Limagne) - - Région Faits Divers -

Le Conseil d’Etat a re­je­té, hier, en fin d’après-mi­di, les pour­vois de ri­ve­rains du chan­tier de la fu­ture A79, qui doit re­lier Mont­ma­rault à Di­goin (Saône-et-Loire).

Cet ar­rêt de la plus haute ju­ri­dic­tion ad­mi­nis­tra­tive du pays confirme dé­fi­ni­ti­ve­ment l’uti­li­té pu­blique de la mise à deux fois deux voies de la route Centre­Eu­rope­At­lan­tique (RN 79).

Cette por­tion de 92 ki­lo­mètres (dont un seul en Saône­et­Loire) doit être trans­for­mée en au­to­route payante à l’ho­ri­zon 20222023. L’État dé­si­gne­ra pour la fin de l’an­née l’en­tre­prise re­te­nue à la suite de son ap­pel d’offres.

Lors de l’au­dience du 1er oc­tobre, le rap­por­teur pu­blic avait rap­pe­lé que « La trans­for­ma­tion de cette route en au­to­route ne se jus­ti­fiait pas sim­ple­ment par la né­ces­si­té d’amé­lio­rer la cir­cu­la­tion entre les villes de Mont­ma­rault et de Di­goin. Il faut voir un peu plus grand ! Cette route re­lie l’At­lan­tique à l’Al­le­magne et à la Suisse. D’où son nom. Très fré­quen­tée, elle pré­sente des par­ti­cu­la­ri­tés peu en­viables : la cir­cu­la­tion des poids lourds y est de 40 % su­pé­rieure à la moyenne na­tio­nale et la gra­vi­té des ac­ci­dents est éga­le­ment net­te­ment au­des­sus de la moyenne. Et ce ne sont ni la vi­tesse, ni l’al­cool qui sont en cause, mais le dé­bord des vé­hi­cules sur la voie de gauche ».

Confir­mant la dan­ge­ro­si­té de cette route, le Conseil d’État a re­je­té l’un après l’autre tous les ar­gu­ments de contes­ta­tion des ri­ve­rains. Il consi­dère no­tam­ment que « le pro­jet sou­mis à en­quête cor­res­pond bien au pro­jet qui a été dé­cla­ré d’uti­li­té pu­blique ». Il juge que les im­pré­ci­sions in­vo­quées par les re­qué­rants, qui por­taient sur la lo­ca­li­sa­tion exacte de cer­tains péages ou sur le ca­len­drier pré­cis de réa­li­sa­tion des tra­vaux « ne concernent pas les ca­rac­té­ris­tiques prin­ci­pales des ou­vrages ».

Les ma­gis­trats pa­ri­siens es­timent en­fin que « l’at­teinte por­tée à l’équi­libre éco­no­mique de l’ex­ploi­ta­tion agri­cole des re­qué­rants ne peut, à elle seule, re­ti­rer son uti­li­té pu­blique au pro­jet ». ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.