Des jouets d’oc­ca­sion à la­con­quête du sa­pin de Noël

La Montagne (Clermont-Limagne) - - Le Fait Du Jour - Ré­mi Pi­ro­nin

Consom­ma­tion Le mois de no­vembre ouvre la sai­son des bourses aux jouets avec des di­zaines de ma­ni­fes­ta­tions or­ga­ni­sées un peu par­tout dans le Puy-deDôme. Un bon moyen de faire des af­faires tout en re­don­nant une deuxième vie à des ob­jets qui, pour cer­tains, vont pas­ser di­rec­te­ment du gre­nier au pied du sa­pin de Noël.

Trouve­t­on de plus en plus de jouets, livres et autres jeux d’oc­ca­sion sous le sa­pin de Noël ? Dif­fi­cile d’ap­por­ter une ré­ponse pré­cise sur le su­jet mais l’en­goue­ment des Au­ver­gnats au­tour des bourses aux jouets té­moigne d’une pra­tique qui se dé­ve­loppe de plus en plus dans le Puy­de­Dôme.

Il suf­fit de re­gar­der la liste non ex­haus­tive des pro­chaines bourses aux jouets, re­grou­pant des di­zaines de ma­ni­fes­ta­tions sur quelques jours dans le dé­par­te­ment (voir ci­contre), pour consta­ter que l’usage est en passe de de­ve­nir une tradition. « Il y a 17 ans, nous étions pra­ti­que­ment les seuls, confie My­riam Roux, de l’équipe or­ga­ni­sa­trice du 17e Mar­ché aux jouets et jeux d’oc­ca­sion de Saint­Ger­main­Lem­bron. Au­jourd’hui, il y en a pra­ti­que­ment par­tout, c’est vrai­ment pal­pable cette an­née. »

De bonnes af­faires dans les in­dé­mo­dables

Pour ce mar­ché, qui est l’un des plus vieux du Puy­de­Dôme dans ce do­maine, la concur­rence est rude. « Il y a un peu moins d’ex­po­sants que les an­nées pré­cé­dentes, ex­plique My­riam. Mais à l’ap­proche de Noël, ça marche bien puisque l’on voit des ex­po­sants et des ache­teurs qui viennent de loin et même de Cler­mont. »

Ve­nant de Cunl­hat chaque an­née de­puis dix ans, Jean­Claude et Pier­rette ont ins­tal­lé leur stand comme d’ha­bi­tude. « On ne va pas dire que c’est ren­table mais on aime ça ! », sou­rit le couple. Sur la table dres­sée sur des tré­teaux, on re­trouve des jouets an­ciens, des pou­pées, des pe­luches, etc. Au­tant d’ob­jets qui pour­raient se re­trou­ver sous le sa­pin ? « Oui, je pense que oui, ac­quiesce Jean­Claude. Le coût de la vie est de plus en plus éle­vé et no­tam­ment pour les re­trai­tés en ce mo­ment ! »

Des grands­pa­rents qui pro­fitent de ces ma­ni­fes­ta­tions pour gâ­ter leurs pe­tits­en­fants mal­gré les dif­fi­cul­tés. « Je viens chaque an­née de­puis cinq ans, ex­plique Pa­tri­cia, les bras char­gés de sacs. Ma pe­tite­fille est née le 20 dé­cembre donc j’ai son an­ni­ver­saire puis Noël dans la fou­lée mais les jouets neufs sont de plus en plus chers, c’est un vé­ri­table bud­get. Re­gar­dez, j’ai un jeu de so­cié­té, une Bar­bie, un puzzle de marque et quelques vê­te­ments pour 13 eu­ros ! Neuf, ce­la m’au­rait coû­té au moins trois fois plus cher. »

Certes, tous les jouets ne sont pas der­nier cri mais il est pos­sible de faire de bonnes af­faires et no­tam­ment sur les in­dé­mo­dables. Dans leurs boîtes d’ori­gine, les Play­mo­bil® et les Le­go® se taillent la part du lion sur le stand de Vé­ro­nique, qui ex­pose au mar­ché de Saint­Ger­mainLem­bron de­puis cinq ans. « Pour moi, c’est ce qui marche le mieux parce que c’est un bon moyen de faire des éco­no­mies sur des jouets in­dé­mo­dables. Mais il est clair que les gens sont de plus en plus re­gar­dants sur leur bud­get et mar­chandent de plus en plus. »

Pour of­frir à Noël ou pour gar­der chez soi en cas de vi­site de ses pe­tits­en­fants, les jouets d’oc­ca­sion semblent avoir un bel ave­nir de­vant eux. ■

« Neuf, ça m’au­rait coû­té au moins trois fois plus cher »

PHOTO THIER­RY NI­CO­LAS

JOUETS. Beau­coup de jouets ou de jeux in­dé­mo­dables sont les rois de l’oc­ca­sion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.