Le dé­bat bud­gé­taire lance la cam­pagne

■ Hier, le con­seil mu­ni­ci­pal tour­nait au­tour des fi­nances de la ville, une oc­ca­sion en or pour les élus

La Montagne (Clermont-Limagne) - - Conseil Municipal - Si­mon Antony si­mon.antony@cen­tre­france.com

Le dé­bat au­tour du bud­get marque un mo­ment fort de la po­li­tique lo­cale et des vi­sions des dif­fé­rents groupes du con­seil. Hier, il a clai­re­ment mar­qué le dé­but de la cam­pagne des mu­ni­ci­pales de 2020.

Il est 20 heures quand Olivier Bianchi prend la pa­role pour la pre­mière fois dans l’as­sem­blée. Après deux heures de dé­bats et une in­ter­rup­tion de séance. « Il s’agit de l’un des dé­bats les plus im­por­tants et l’un des mo­ments les plus stra­té­giques. » Stra­té­gique. Le mot est lâ­ché. Parce qu’hier, clai­re­ment, les trois groupes Les Ré­pu­bli­cains, France In­sou­mise et la ma­jo­ri­té ont dres­sé un pre­mier pro­gramme de cam­pagne pour 2020.

C’est Jean­Pierre Bre­nas (LR) qui ouvre la danse avec une liste de ses prio­ri­tés point par point. L’in­sé­cu­ri­té d’abord. « Il est né­ces­saire de ren­for­cer notre po­lice mu­ni­ci­pale et de l’ar­mer. Mettre en place un plan de ca­mé­ras de vi­déo­pro­tec­tion. » La pro­ pre­té : « Net­toyer les murs et fa­çades, com­mu­ni­quer sur le coût et agir sur la fibre ci­vique. » La dis­pa­ri­tion des com­merces de proxi­mi­té : « La moyenne na­tio­nale est à 5 %, Cler­mont est à 10 %. » Cy­clistes : « Nous de­man­dons le droit d’uti­li­ser les voies de bus. »

Jean­Pierre Bre­nas a en­suite ver­te­ment at­ta­qué les dé­penses de la ville. « Il faut faire des éco­no­mies sur le train de vie de la mu­ni­ci­pa­li­té, évi­ter les dé­penses lou­foques comme Ef­fer­ves­cences et bais­ser les dé­penses de com­mu­ni­ca­tion. Pas une se­maine sans des pan­neaux à la gloire de la mai­rie. » Dans sa ré­ponse, le maire s’est concen­tré sur ces der­niers points. « Nous avons baissé les frais gé­né­raux. J’ai baissé le bud­get com­mu­ni­ca­tion de 9 M€ à mon ar­ri­vée en 2014. Je ne m’étale pas dans la presse avec des pages en­tières. Ni avec des af­fiches sur les murs de l’école de com­merce (au su­jet de la Ré­gion, dont Jean­Pierre Bre­nas est élu, N.D.L.R.). Vous en avez bar­bouillé toute la ville. Bais­ser les dé­penses, mais 58 % du bud­get c’est la masse sa­la­riale. Puisque vous ne vou­lez pas moins de po­li­ciers mu­ni­ci­paux, nous l’avons com­pris, ce se­ra quoi ? Moins de crèches ? Moins d’At­sem ? »

Et Olivier Bianchi de ne pas ca­cher la por­tée po­li­tique de cet échange : « C’est sur ces ques­tions que nous al­lons dé­battre ces pro­chains mois. Quel mo­dèle pro­po­sez­vous aux Cler­mon­tois ? »

« Vous nous pre­nez pour des quiches »

Au mi­lieu de cet échange nour­ri, la France In­sou­mise, par la voix de Florent Na­ran­jo, a joué sa par­ti­tion. « Pas grand­chose de nou­veau dans ce con­seil. Mon­sieur Bre­nas parle flic et bu­si­ness. Et Mon­sieur Bianchi, comme à chaque dé­bat bud­gé­taire, vous nous pre­nez pour des quiches et vous n’avez même pas honte. Une po­li­tique cou­ra­geuse, ce n’est pas d’ap­pli­quer l’aus­té­ri­té, mais d’in­ves­tir mas­si­ve­ment dans les ser­vices pu­blics. Vous par­ti­ci­pez au pillage par la fi­nance. Les Cler­mon­tois au­raient rai­son de trou­ver une al­ter­na­tive à gauche. »

L’an­née 2019 s’an­nonce ani­mée. ■

Des pan­neaux à la gloire de la mai­rie

PHOTO D’ARCHIVES RI­CHARD BRU­NEL

CON­SEIL. Le bud­get et ses orien­ta­tions ont per­mis aux groupes de pro­po­ser leurs dif­fé­rentes vi­sions.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.