« Plus qu’un hob­by, c’est une pas­sion »

Élève de 1re S au ly­cée de Mar­mil­hat, Ro­main Al­va­rez crée des cou­teaux sur son temps libre

La Montagne (Clermont-Volcans) - - Puy-de-dôme - Thier­ry Sen­zier thier­ry.sen­zier@cen­tre­france.com

Âgé de 15 ans, Ro­main Al­va­rez crée dé­jà ses propres cou­teaux, dans la mai­son fa­mi­liale de Cul­hat. Sans for­ma­tion mais pas­sion­né et dé­brouillard.

Sur Fa­ce­book, il s’est dé­jà trou­vé un nom de bap­tême : « l’ate­lier de Ro­ro » . Mais dans la vie, il est Ro­main Al­va­rez. 16 ans au mois d’oc­tobre. Ly­céen à Mar­mil­hat et… cou­te­lier à Cul­hat !

« Plus qu’un hob­by, c’est une grande pas­sion », af­firme cet ado­les­cent à la tête bien pleine qui est ca­pable de ci­ter des ré­fé­rences d’acier et des es­sences de bois pré­cieux sans an­ti­sèche. Oui, du haut de ses 15 ans, Ro­main Al­va­rez des­sine et fa­brique des cou­teaux comme un grand. Avec des im­per­fec­tions, bien sûr, mais aus­si beau­coup de pro­messes pour l’ave­nir.

Le gar­çon est tom­bé dans la cou­tel­le­rie quand il avait 12 ans et de­mi. Il rê­vait d’un cou­teau pour al­ler dans les bois avec son grand­père. Épau­lé par son aïeul, il a ré­cu­pé­ré un bout d’acier de cons­ truc­tion et fa­bri­qué une lame. « Avec les moyens du bord », l’une de ses de­vises.

À la mai­son

En classe de troi­sième, au col­lège de Le­zoux, la chance a joué son rôle. Dans le cadre des stages de dé­cou­verte pro­fes­sion­nelle, il a pas­sé une semaine chez Guillaume An­to­niuc­ci, jeune cou­te­lier ins­tal­lé de­puis peu à Cour­pière. La ren­contre qui a chan­gé sa vie. « C’est lui qui m’a dit : équipe­toi, ra­conte Ro­main. On peut le faire pour pas cher ».

Il a ain­si ins­tal­lé son backs­tand, chez lui, à Cul­hat, sous le re­gard bien­veillant de sa ma­man, Ca­ro­line et avec l’aide ( no­tam­ment fi­nan­cière) de son pa­pa br ico­leur, Gaël. Tout l’équi­pe­ment pour s’y mettre sé­rieu­se­ment. Voire très sé­rieu­se­ment. Car lorsque Guillaume An­to­niuc­ci lui a pro­po­sé d’ex­po­ser ses pro­ pres cou­teaux sur un bout de table, à Cou­tel­lia, Ro­main a gran­di d’un coup. Et la pas­sion est de­ve­nue défi. « J’ai beau­coup ap­pris par In­ter­net, sur les fo­rums ou grâce à des vidéos. Et sur Fa­ce­book, on échange des as­tuces. Guillaume m’a sou­te­nu aus­si. Il m’a même re­mo­ti­vé quand je bais­sais un peu les bras. Fi­na­le­ment, j’ai réus­si à fabriquer tous les cou­teaux dont j’avais be­soin ». L’ex­pé­rience lui a plu et le voi­là en­ga­gé dans une nou­velle aven­ture : le Si­cac Pa­ris Knife Show, sa­lon ré­pu­té qui se tient les 15 et 16 sep­tembre et pour le­quel il a pré­vu de pré­sen­ter « six ou sept cou­teaux, dont deux pliants à res­sorts » (lire ci­contre).

Pour la ma­tière pre­mière, Ro­main mise beau­coup sur la dé­brouille. Un peu de troc sur In­ter­net, des co­pains qui lui ra­mènent des bois de cerf du Can­tal, « une loupe ou deux chez le grand­père »…

De­vant tant d’im­pli­ca­tion, la fa­mille s’est na­tu­rel­le­ment de­man­dée si le cou­te­lier ama­teur pour­rait de­ve­nir pro­fes­sion­nel. « On en a dis­cu­té, confirme sa ma­man Ca­ro­line. Et on a conve­nu que Ro­main irait jus­qu’au bac gé­né­ral. On a re­pé­ré que même après le bac, on peut re­par­tir sur un CAP cou­tel­le­rie ». D’ici là, l’ate­lier de Ro­ro au­ra créé de nou­veaux cou­teaux qui pour­ront l’ai­der à tran­cher.

Ro­main tra­vaille « tout » au backs­tand, qu’il a ins­tal­lé dans l’ate­lier de son père.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.