Em­ma Cou­dert, jeune et Bleue

La joueuse ro­ma­gna­toise re­vient sur son ex­pé­rience

La Montagne (Clermont-Volcans) - - Sports Rugby - Ar­naud Clergue Twit­ter : ar­naud – clergue

À tout juste 18 ans, Em­ma Cou­dert brûle les étapes. Après deux pre­mières sé­lec­tions en no­vembre, la de­mi d’ou­ver­ture de l’ASM Ro­ma­gnat vient de dé­cou­vrir avec émo­tion et en­vie le pres­ti­gieux Tour­noi des VI Na­tions.

Vous aviez dé­jà été re­te­nue dans le groupe France lors de la tour­née de no­vembre. Mais là, il s’agis­sait de votre pre­mier Tour­noi des VI Na­tions. Avez-vous res­sen­ti une réelle dif­fé­rence dans le mode

de pré­pa­ra­tion ? C’était car­ré­ment dif­fé­rent, oui. Dé­jà, le groupe a été ren­for­cé avec la pré­sence de joueuses cadres qui avaient joué la Coupe du monde. Le rythme à l’en­traî­ne­ment a été beau­coup plus in­tense. Nous avons éga­le­ment ef­fec­tué plus de séances vidéo avant les ren­contres. C’est quand même le Tour­noi des VI Na­tions. Le staff a des ob­jec­tifs éle­vés et met donc tout en oeuvre pour y par­ve­nir.

Avez-vous res­sen­ti une pres­sion par­ti­cu­lière avant ce Tour­noi des VI Na­tions ? Il s’agit tout de même

d’une com­pé­ti­tion my­thique… À 18 ans, être ap­pe­lée pour le Tour­noi des VI Na­tions, c’est quand même ex­cep­tion­nel. J’ai donc res­sen­ti beau­coup de stress quand je suis ar­ri­vée. J’avais la peur de ne pas être à la hau­teur. Peur de souf­frir la com­pa­rai­son par rap­port aux autres joueuses et de ne pas faire les choses bien. Mais les filles m’ont ra­pi­de­ment mise dans le bain. J’ai été très bien in­té­grée. J’ai vrai­ment res­sen­ti beau­coup de sou­tien de la part de mes co­équi­pières. Après je me suis ap­pli­quée à jouer le rugby que je sais faire. Et tout s’est fi­na­le­ment bien pas­sé. À l’en­traî­ne­ment comme en match, j’ai eu de bonnes sen­sa­tions. ■ C’était une sur­prise pour vous d’être ap­pe­lée pour le Tour­noi ? J’étais as­sez éton­née de faire par­tie du groupe pour le Tour­noi. J’avais fait dé­jà un pe­tit pas en ef­fec­tuant la tour­née de no­vembre. Mais je ne pen­sais pas in­té­grer l’équipe pour cette échéance. Tout a été très vite pour moi.

Avez-vous res­sen­ti une pe­tite émo­tion au mo­ment de La Mar­seillaise ? Grosse émo­tion ef­fec­

ti­ve­ment. Même lorsque nous sommes ar­ri­vées en bus... la foule qui hur­lait, la foule avec les dra­peaux… C’était as­sez im­pres­sion­nant. J’ai vu le vi­sage de cer­taines pe­tites filles. Je me suis re­mé­mo­ré qu’à leur âge je rê­vais d’être à la place à la­quelle je suis ac­tuel­le­ment. Pen­dant La Mar­seillaise, c’était ef­fec­ti­ve­ment as­sez com­pli­qué de conte­nir mes émo­tions. J’ai vrai­ment eu des fris­sons. Tu sais que tout le monde te re­garde en France, il y a la fa­mille dans les tri­bunes. Pour une pre­mière à 18 ans, c’est com­pli­qué. ■ On ne va pas se le ca­cher, l’ob­jec­tif

avoué du staff reste le Grand

Che­lem… Le staff nous le ré­pète sou­vent, oui. Nous vou­lons battre ab­so­lu­ment l’An­gle­terre qui nous avait fait dé­jouer lors de la dernière Coupe du monde (dé­faite en de­mi­fi­nale 20­3, ndlr). « Grand Che­lem », c’est vrai que ces deux mots re­viennent as­sez sou­vent. ■ Vous avez re­trou­vé une an­cienne Ro­ma­gna­toise en la per­sonne de Jes­sy Tré­mou­lière. La so­li­da­ri­té au­ver­gnate a-t-elle fonc­tion­né ? J’ai connu Jes­sy lorsque j’étais en­core ca­dette à Ro­ma­gnat. Je la re­gar­dais évo­luer avec le club

mais on ne se par­lait pas beau­coup en­core. Lorsque nous nous sommes re­trou­vées en équipe de France, nous avons par­lé du club, bien sûr, mais elle m’a aus­si beau­coup ai­dée. Jes­sy m’a don­né des conseils im­por­tants sur le jeu au pied. Dans les phases cou­rantes, elle m’a conseillé d’ef­fec­tuer mes gestes plus ra­pi­de­ment. Et si j’avais vrai­ment be­soin d’un coup de main, je sa­vais qu’elle pou­vait prendre ma place à l’ou­ver­ture. ■ Vous al­lez donc fi­nir le Tour­noi avec les U20 (lire ci-des­sus). Avez­vous eu des axes de tra­vail sur les­quels pro­gres­ser ? Au poste de de­mi d’ou­ver­ture, on m’a si­gni­fié qu’il fal­lait que j’es­saye d’ana­ly­ser plus vite les es­paces. Mieux ap­pré­cier le pla­ce­ment de la dé­fense pour pou­voir ef­fec­tuer les meilleurs choix. Il faut éga­le­ment que je sois plus ra­pide au ni­veau du haut du corps en ce qui concerne les passes sèches et ra­pides. Phy­si­que­ment, j’ai éga­le­ment be­soin de tra­vailler l’ex­plo­si­vi­té.

■ Avec votre club de Ro­ma­gnat, vous avez un ren­dez-vous im­por­tant pour le main­tien, ce wee­kend, à Bo­bi­gny… Ce­la fait trois se­maines que je suis par­tie en équipe de France. Le re­tour en club, pour moi, va être com­pli­qué… Mais il va fal­loir que je me ré­adapte très ra­pi­de­ment. Que je re­prenne mes repères pour don­ner le meilleur di­manche. En re­vanche, je ne res­sens au­cune pres­sion par­ti­cu­lière. C’est un match im­por­tant, nous le sa­vons. Pen­dant ces trois se­maines de cou­pure in­ter­na­tio­nale, les filles ont pré­pa­ré ce ren­dez­vous du mieux pos­sible. Nous avons été très dé­çues après notre der­nier match à Bayonne (dé­faite 36­3), et nous avons à coeur de nous ra­che­ter. On va faire un beau match, di­manche, face à Bo­bi­gny.

■ Bo­bi­gny est l’équipe qui avait por­té ré­cla­ma­tion après la dé­ro­ga­tion qui vous avait été ac­cor­dée par la FFR pour pou­voir jouer en Top 8 (Em­ma Cou­dert n’avait pas en­core les 18 ans re­quis). La mé­dia­ti­sa­tion qui a sui­vi cette af­faire

vous a-t-elle per­tur­bée ? Non, pas du tout. Je ne m’en suis pas oc­cu­pée. C’est la pré­si­dente de Ro­ma­gnat (Me­lis­sa La­mour) qui a tout gé­ré. Elle m’a aus­si beau­coup par­lé et m’a ac­com­pa­gnée. J’ai pré­fé­ré lais­ser tout ce­la de cô­té en es­sayant de me fo­ca­li­ser sur ce que j’avais à faire sur le ter­rain. Ce­la ne m’a pas dé­ran­gé.

Pen­dant La Mar­seillaise, c’était as­sez com­pli­qué de conte­nir mes émo­tions

PHOTO FRED MARQUET

DÉ­TER­MI­NA­TION. Em­ma Cou­dert est en­core en phase d’ap­pren­tis­sage avec les grandes du XV de France. Mais son re­gard ne trompe pas. Elle compte bien y re­ve­nir le plus sou­vent pos­sible.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.