75.000 ale­vins de sau­mon dans la Cor­rèze

75.000 ale­vins de l’es­pèce ont été lâ­chés dans la rivière, jeu­di, pour ten­ter de la ré­in­tro­duire

La Montagne (Corrèze) - - La Une - PAGE 11

S’il avait dis­pa­ru des ri­vières cor­ré­ziennes, le sau­mon pour­rait à nou­veau y bar­bo­ter. Des ale­vins de l’es­pèce ont été lâ­chés, jeu­di, dans la ma­ti­née, sur pas moins de 13 points de la Cor­rèze.

Coif­fé d’un bé­ret, vê­tu de ka­ki, ce pê­cheur­là pense avoir flai­ré la bonne af­faire. Il n’est pas du coin, mais l’agi­ta­tion près du pont des Carmes, à Tulle, ne manque pas de l’in­ter­ro­ger. « Al­lons donc, je vais pou­voir revenir pê­cher ! »

Sû­re­ment pas. Car, des 75.000 pe­tits pois­sons dé­ver­sés dans la Cor­rèze, jeu­di, tout au long de la ma­ti­née, au­cun n’est des­ti­né à fi­nir dans les as­siettes des Cor­ré­ziens. « On es­saie seule­ment de ré­in­tro­duire l’es­pèce », ex­plique Loic Guil­hien, un seau d’eau à la main.

Ce tech­ni­cien de l’as­so­cia­tion Mi­ga­do (voir ci­contre) a par­ti­ci­pé à un lâ­cher d’ale­vins de sau­mons at­lan­tiques. Les pre­miers nés de l’es­pèce, dont le poids n’ex­cède pas en­ core les 0,65 gramme, ont été dé­ver­sés avec pré­cau­tion à la confluence de la Vim­belle et de la Cor­rèze, au Mou­lin du Bos, et jus­qu’à Ver­gon­zeac. « Au to­tal, nous avons réa­li­sé des lâ­chés sur pas moins de 13 points », pré­cise le tech­ni­cien.

L’opé­ra­tion exige quelques pré­cau­tions. Car avant de faire le grand saut, les pois­sons doivent d’abord s’être ac­cli­ma­tés à la tem­pé­ra­ture de la Cor­rèze. « Nous rem­plis­sons donc la cuve qui les contient avec l’eau de la rivière et un sys­tème de pom­page. »

Quelques mi­nutes après, les sal­mo­ni­dés sont at­tra­pés à l’aide d’une épui­sette, puis lâ­chés, avec dou­ceur, entre les re­mous de la Cor­rèze.

Ils n’y res­te­ront pas long­temps. « Le sau­mon est un pois­ (à droite) son mi­gra­teur », ex­plique Loic Guil­hien. « Il passe une par­tie de sa vie dans l’eau douce et une autre, dans l’eau sa­lée. D’ici deux à trois ans, ils quit­te­ront donc la rivière pour re­joindre l’océan. Cer­tains le fe­ront même dès l’an­née pro­chaine. Ce qui ne les em­pê­che­ra d’ailleurs pas de re­tour­ner à leur lieu de nais­sance. »

Si le pois­son a été ré­in­tro­duit Ré­in­tro­duire les es­pèces me­na­cées. L’as­so­cia­tion Mi­ga­do, qui oeuvre pour « la res­tau­ra­tion et la ges­tion des pois­sons mi­gra­teurs de la Ga­ronne et de la Dordogne », a son siège so­cial à Ajeun. Elle pos­sède aus­si des bu­reaux tech­niques à Bor­deaux et in­ter­vient, dans le Dé­par­te­ment mais aus­si dans ce­lui de la Dordogne, afin de pro­cé­der à des lâ­chés, comme jeu­di, dans la Cor­rèze.

jeu­di, c’est qu’il a presque dis­pa­ru des ri­vières françaises. Bar­rage, pol­lu­tion, sur­pêche… Les fac­teurs qui nuisent à l’es­pèce ne manquent pas. « C’est le cas pour presque tous les pois­sons mi­gra­teurs », ob­serve le tech­ni­cien.

« Peut-être qu’avec un peu de chance… »

Dé­ci­dée à la dernière mi­nute, l’opé­ra­tion me­née jeu­di doit per­mettre de ré­in­tro­duire l’es­pèce du­ra­ble­ment. « D’ha­bi­tude, on pro­cède à des lâ­chers dans la Dordogne, mais son dé­bit était trop im­por­tant ces der­niers jours. »

Les pê­cheurs ve­nus ob­serv­ser le lâ­cher, eux, ne déses­pèrent pas. Yan­nick, ori­gi­naire de Meymac, car­resse même l’es­poir de pou­voir dé­gai­ner sa canne à pêche. « Peut­être qu’avec un peu de chance, dans quelques an­nées, on pour­ra à nou­veau les pê­cher ! » ■

Pol­lu­tion, bar­rages et sur­pêche, en­ne­mis du pois­son

PHOTOS S.B

PONT DES CARMES. Pour pro­cé­der aux lâ­chés, Jean-Ch­ris­tophe Se­ma­naud, pis­ci­cul­teur, et Loic Guil­hein dû en­fi­ler leurs bottes en ca­ou­tchouc, puis bra­ver les eaux un tan­ti­net froides de la Cor­rèze. ont

CUVE. Un sys­tème de pom­page a drai­né l’eau de la Cor­rèze dans la cuve afin d’ac­cli­ma­ter les ale­vins à la tem­pé­ra­ture de l’eau de la rivière.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.