Ecce ho­mo, « voi­ci l’homme »

La Montagne (Corrèze) - - Chroniques - Ga­vin’s Cle­mente Ruiz

Pas rare de lire cette phrase en la­tin dans des jour­naux, des des­crip­tions ou des ex­po­si­tions. Il s’agit d’une re­pré­sen­ta­tion du Ch­rist avec sa cou­ronne d’épines juste avant d’être cru­ci­fié. Ecce ho­mo si­gni­fie « Voi­ci l’homme », les mots qui au­raient été pro­non­cés par Ponce Pi­late, dans la tra­duc­tion de la Bible par saint Jé­rôme au IVe siècle dans l’Évan­gile de Jean (XIX, 2).

Ponce Pi­late vou­lait en fi­nir avec cet homme qui se pré­ten­dait roi des Juifs. Alors pour l’hu­mi­lier, il lui pla­ça sur la tête une cou­ronne d’épines, puis une robe pourpre et le pré­sente ain­si à la foule en pro­non­çant ces mots d’in­jure « Ecce ho­mo ». Le peuple, lui, qui n’a que faire de cette pre­mière hu­mi­lia­tion. Le peuple, lui, veut la cru­ci­fixion. Ponce Pi­late se lave les mains, et sous les vi­vats de la foule « Cru­ci­fie­le », Ponce Pi­late s’exé­cute. Cette scène de­vien­dra au fil du temps un clas­sique dans l’art.

Tous les grands ar­tistes ou presque re­pren­dront ce thème, de Phi­lippe de Cham­paigne à Jé­rôme Bosch en pas­sant par Le Ti­tien ou en­core Ho­no­ré Dau­mier. C’est aus­si le titre de la der­nière oeuvre du phi­lo­sophe Nietzsche où il ex­pose avec tout son ta­lent « comment on de­vient ce qu’on est ». Ecce ho­mo, c’est l’homme dans sa plus simple ex­pres­sion, l’homme en de­ve­nir, l’homme comme il vient. Une ré­flexion in­ter­es­sante et in­tel­li­gente sur notre hu­ma­ni­té. De quoi mé­di­ter pour le di­manche. ■

L’homme comme il vient, l’homme en de­ve­nir

➡ Ga­vin’s Cle­mente Ruiz. Il est l’au­teur, entre autres, de J’y suis, j’y reste, une pe­tite an­tho­lo­gie des ex­press­sions (Al­bin Mi­chel), et Les coups de foudre qui ont fait

l’his­toire (La li­brai­rie Vui­bert).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.