UN MONDE FUTURISTE PEU­PLÉ D’ANDROÏDES DANS DE­TROIT : BECOME HU­MAN

La Montagne (Corrèze) - - Numérique - An­toine Com­pigne Twit­ter : @an_­com­pigne De­troit : Become Hu­man (Quan­tic Dream), ex­clu­si­ve­ment sur PS4 (70 €). Dé­con­seillé aux moins de 18 ans.

RO­BOTS. Cinq ans après Beyond : Two Souls, le stu­dio fran­çais Quan­tic Dream re­vient avec un nou­veau jeu nar­ra­tif, De­troit : Become Hu­man. À l’ins­tar des Livres dont vous êtes le hé­ros, le joueur est ame­né à faire une suc­ces­sion de choix dont les consé­quences ont un im­pact sur la fin du jeu.

L’ac­tion se dé­roule dans un monde futuriste, en 2038. Les androïdes, dont la res­sem­blance avec les hu­mains est qua­si par­faite, les ont pro­gres­si­ve­ment rem­pla­cés dans de nom­breux em­plois, créant ain­si une cer­taine haine de la po­pu­la­tion en­vers les ma­chines. Mais la nais­sance d’une forme de conscience chez cer­tains qui sont alors des « dé­viants », va faire bas­cu­ler l’his­toire. Dans le jeu, vous in­car­nez trois androïdes : Mar­kus, aide à do­mi­cile, Con­nor, consul­tant pour les forces de l’ordre, et Ka­ra, femme au foyer.

Le ga­me­play se veut simple pour fa­ci­li­ter l’ex­pé­rience de jeu. On se dé­place, on fouille, on agit, mais sur­tout on choi­sit. La ré­ponse à une ques­tion ou un che­min em­prun­té au­ra une consé­quence dif­fé­rente et un réel im­pact. Somp­tueux gra­phi­que­ment, dé­li­cieux pour les oreilles (bande-son, dou­blage), De­troit : Become Hu­man se dis­tingue par sa du­rée de vie, puis­qu’il fau­dra re­faire de nom­breuses par­ties, en op­tant pour des choix dif­fé­rents, si l’on veut dé­cou­vrir toutes les fins pos­sibles. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.