A-t-il eu l’in­ten­tion de tuer son voi­sin ?

Le ver­dict se­ra ren­du au­jourd’hui à Gué­ret

La Montagne (Creuse) - - Limousin Actualité -

Syl­vain R. a-t-il vou­lu tuer un sexa­gé­naire le 9 jan­vier 2016, à Gioux, vil­lage du pla­teau de Mille­vaches ? La cour d’as­sises de la Creuse exa­mine de­puis hier ma­tin cette af­faire de ten­ta­tive d’as­sas­si­nat.

Il est 1 h 45, cette nuit du 8 au 9 jan­vier, quand les gen­darmes in­ter­viennent au lieu­dit Pou­lain, à Gioux. Un homme de 66 ans vient de re­ce­voir des coups de cou­teau. Il a plu­sieurs bles­sures : une de 8 cm au bras, une d’1,5 cm à la tempe, une autre de 2 cm au cou et une ec­chy­mose à l’épaule. Le mé­de­cin, qui dé­livre une in­ca­pa­ci­té de tra­vail de 60 jours, af­firme que la lé­sion au cou au­rait pu être fa­tale.

Des coups de cou­teau sur fond de ja­lou­sie ?

L’agres­seur pré­su­mé, Syl­vain R., 48 ans, est sur les lieux de l’al­ter­ca­tion quand les secours ar­rivent. Il est in­ter­pel­lé sans ré­sis­tance. Il ne sup­por­tait plus que le sexa­gé­naire en­tre­tienne une re­la­tion in­time avec sa soeur de 42 ans. Mal­gré la dif­fé­rence d’âge, ils ai­maient pas­ser du temps en­semble et par­ta­geaient la même ad­ dic­tion pour l’al­cool.

« Il fal­lait que ça s’ar­rête ce soir­là. Je ne sup­por­tais plus de les voir en­semble », ex­plique l’ac­cu­sé, en es­suyant ses yeux rou­gis avec un mou­choir en tis­su. Syl­vain R. vit à l’époque chez sa soeur, dans le bourg de Gioux, à 700 mètres du vil­lage de Pou­lain.

Sa soeur a pas­sé la jour­née du 8 jan­vier avec le sexa­gé­naire. Il l’a ac­com­pa­gnée à Gué­ret pour rendre vi­site à son fils, pla­cé à l’Aide so­ciale à l’en­fance. La jeune femme a pré­fé­ré res­ter dor­mir à Pou­lain plu­tôt que de ren­trer chez elle. « J’étais éner­vé. Je vou­lais qu’elle rentre à la mai­son, pour­suit l’ac­cu­sé. Le cou­teau, c’était pour leur faire peur. Je ne suis pas des­cen­du en vou­lant le tuer. »

Syl­vain R. re­con­naît avoir dit « Je vais te cre­ver » en lan­çant l’arme en di­rec­tion du ventre du sexa­gé­naire. Il avait dis­si­mu­lé ce grand cou­teau de cui­sine der­rière lui, dans sa cein­ture.

L’at­mo­sphère était ten­due, hier, entre le frère et la soeur. « J’ai des liens très forts avec mon frère, ra­conte la jeune mère de trois en­fants. Mais à la fin, on se dis­pu­tait trop. C’était plus vi­vable. Je lui en veux. Je lui ai fait confiance et tout se casse la fi­gure… »

La vic­time, pré­sente au pro­cès, n’a pas sou­hai­té se consti­tuer par­tie ci­vile. « Je n’en veux pas du tout à Syl­vain. Pour moi, c’est une vic­time de la vie », es­time le sexa­gé­naire.

La pre­mière jour­née d’au­dience a per­mis de re­ve­nir sur le par­cours de l’ac­cu­sé. Ori­gi­naires de Nor­man­die, Syl­vain R. et ses trois soeurs ont été mar­qués dans leur en­fance par un père al­coo­lique et violent. Le gar­çon au­rait été té­moin de vio­lences sexuelles su­bies par sa mère de la part du père.

Dé­crit par l’en­quê­trice de per­son­na­li­té comme un « écor­ché vif », « très fra­gile », « en proie au mal­être », Syl­vain R. a été con­dam­né en 1996 par la cour d’as­sises de Sei­neMa­ri­time pour viol et agres­sion sexuelle. Il a pas­sé dix ans en pri­son.

Sans em­ploi de­puis plu­sieurs an­nées, il per­çoit l’al­lo­ca­tion adulte han­di­ca­pé pour une abla­tion du rein. Il suit un lourd trai­te­ment, no­tam­ment à base d’an­xio­ly­tiques.

Le pro­cès se pour­suit au­jourd’hui. Pour ten­ta­tive d’as­sas­si­nat en ré­ci­dive, la peine maxi­mum en­cou­rue est la ré­clu­sion cri­mi­nelle à per­pé­tui­té.

TEN­TA­TIVE D’AS­SAS­SI­NAT. L’arme uti­li­sée, un cou­teau de cui­sine, fait par­tie des scel­lés. PHO­TO : BRU­NO BARLIER

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.