Les fu­turs pa­trons s’en­gagent

Le chan­tier avance bien à la ferme de Ba­gnat, à Roches

La Montagne (Creuse) - - Creuse L'actualité - Ca­the­rine Per­rot ca­the­rine.per­rot@cen­tre­france.com

Ch­ris­tophe Sain­te­mar­tine, fu­tur en­tre­pre­neur du bâ­ti­ment, co­or­donne avec ses ca­ma­rades de pro­mo­tion les tra­vaux de ré­amé­na­ge­ment du res­tau­rant de la ferme de Ba­gnat.

Les étu­diants de l’École su­pé­rieure des jeunes di­ri­geants du bâ­ti­ment (ESJDB) par­ti­cipent à une réunion de chan­tier tous les jeu­dis soirs, à la ferme de Ba­gnat, à Roches. Cette se­maine, c’est Ch­ris­tophe Sain­te­mar­tine qui s’y colle.

« Le chan­tier a com­men­cé dé­but sep­tembre, ex­plique le jeune homme de 30 ans. Ça se passe bien pour le mo­ment. Les en­tre­prises com­mu­niquent entre elles. »

Le foyer d’hé­ber­ge­ment Apajh de Ba­gnat ac­cueille treize adultes han­di­ca­pés qui tra­vaillent par le biais d’un éle­vage avi­cole et d’un res­tau­rant. Le chan­tier consiste à ré­amé­na­ger les ves­tiaires de l’ate­lier res­tau­ra­tion (mise aux normes et ac­ces­si­bi­li­té).

Les tra­vaux sont cha­peau­tés par onze étu­diants de l’ESJDB (dont sept Creu­sois) qui doivent me­ner un pro­jet so­cial et bé­né­vole dans le cadre de leur cur­sus en al­ter­nance. Ils sont une se­maine par mois en for­ma­tion à Gué­ret ou à Cler­mont­Fer­rand et le reste du temps dans une en­tre­prise.

« Gé­rer un pro­jet comme ce­lui de la ferme de Ba­gnat me per­met de faire de la co­or­di­na­tion de chan­tier et de tra­vailler en équipe », dé­taille Ch­ris­tophe Sain­te­mar­tine. À l’is­sue de sa for­ma­tion, le tren­te­naire sou­haite re­prendre l’en­tre­prise fa­mi­ liale à Évaux­les­Bains, spé­cia­li­sée dans la char­pente, la cou­ver­ture et la construc­tion en bois.

Ti­tu­laire d’un bre­vet pro­fes­sion­nel de char­pen­tier et d’un BTS « sys­tèmes construc­tifs bois », Ch­ris­tophe Sain­te­mar­tine a sou­hai­té pour­suivre ses études en in­té­grant l’ESJDB, avant de suc­cé­der à ses pa­rents. « J’avais be­soin de cette for­ma­tion. On est une en­tre­prise de vingt sa­la­riés, ça n’est pas ano­din. »

À Roches, le fu­tur di­ri­geant cô­toie trois en­tre­prises lo­cales sé­lec­tion­nées pour réa­li­ser le chan­tier : Mar­ti­net de Fel­le­tin, DSCS de Bé­tête et Ca­dillon de Gué­ret.

Six se­maines de tra­vail

Les tra­vaux, qui de­vraient du­rer six se­maines, lui per­mettent de dé­cou­vrir un autre uni­vers que ce­lui de la char­pente et de la construc­tion bois : « C’est in­té­res­sant. Je vois d’autres mé­tiers, d’autres fa­cettes des chan­tiers ».

Tout le monde est ga­gnant. L’équipe du centre d’hé­ber­ge­ment ap­pré­cie le contact avec ces jeunes en­tre­pre­neurs dy­na­miques. « C’est que du bon­heur, sou­rit Ma­rie­France Da­lot, la di­rec­trice de la ferme de Ba­gnat. Ils font tout du dé­but à la fin. Ça aide beau­coup. C’est agréable de tra­vailler avec eux. »

PHO­TO MA­THIEU TIJERAS

TRA­VAUX. Réunion de chan­tier avec Ch­ris­tophe Sain­te­mar­tine, fu­tur en­tre­pre­neur, Gé­rard Gran­deau, gé­rant de la so­cié­té de pein­ture Ca­dillon, et Ma­rie-France Da­lot, di­rec­trice de la ferme de Ba­gnat.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.