Une plaque à la mé­moire d’Eu­gène Fran­cil­lon

La Montagne (Creuse) - - Sud Creuse Vie Locale -

Les au­to­mo­bi­listes tra­ver­sant Crocq ont pu être in­tri­gués, sa­me­di, de voir des porte­dra­peaux en fac­tion de­vant une mai­son de la ville basse et un pe­tit groupe de per­sonnes sta­tion­né face à une vi­trine, ves­tige d’un an­cien com­merce face au châ­teau. On de­vait cet at­trou­pe­ment à Eu­gène Fran­cil­lon (19011967) au­quel la mu­ni­ci­pa­li­té ren­dait hom­mage en dé­voi­lant une plaque à sa mé­moire et à son pas­sé de Ré­sis­tant.

Le maire, Jacques Long­cham­bon, est pas­sion­né par l’his­toire de sa ville. Il a re­trou­vé la trace de l’ac­tion de ce Ré­sis­tant dans des do­cu­ments d’époque, no­tam­ment cette ci­ta­tion du co­lo­nel Ri­vier, com­ man­dant la 12e ré­gion mi­li­taire : « Fran­cil­lon Eu­gène, res­pon­sable de la Ré­sis­tance à Crocq de juin à juillet 1944, s’est dé­pen­sé sans comp­ter pour as­su­rer le ra­vi­taille­ment des troupes FFI de sa ré­gion ». Cette ci­ta­tion com­porte at­tri­bu­tion de la croix de guerre avec étoile de bronze le 21 no­vembre 1944. Eu­gène Fran­cil­lon a re­çu la mé­daille de la Ré­sis­tance le 19 dé­cembre 1945.

La plaque a été dévoilée par le maire et la fille d’Eu­gène Fran­cil­lon, Jea­nine Rouault, très émue. Dans son dis­cours, dé­bu­té par une longue liste d’ab­sents ex­cu­sés ou pas, signe d’une di­ver­gence d’ap­pré­cia­tion de l’ac­tion du Ré­sis­tant ho­no­ré, Jac­ ques Long­cham­bon a rap­pe­lé quelques faits d’armes im­pli­quant « Dio­gène », al­lias Fran­cil­lon, rap­por­tés en fé­vrier 1945 par un ca­pi­tai­ne­du78e ré­gi­ment d’in­fan­te­rie. Il a ter­mi­né son al­lo­cu­tion en ci­tant Eu­gène Fran­cil­lon un an après la li­bé­ra­tion de Crocq : « Je dis à tous ceux qui ont dit que j’étais un voyou, être d’ac­cord avec eux : nous, les ma­qui­sards, étions des ter­ro­ristes ».

A l’is­sue de la cé­ré­mo­nie, une fois re­mise la mé­daille de la ville à la fa­mille Rouault par le maire, les par­ti­ci­pants ont pu consul­ter les do­cu­ments évo­qués par ce der­nier au cours d’un mo­ment de convi­via­li­té.

RÉ­SIS­TANT. Jea­nine Rouault dé­couvre avec une émo­tion vi­sible, les larmes au bord des yeux, l’image de son père sur la plaque qu’elle dé­voile et qui lui rend hom­mage.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.