36.000 si­gna­tures pour évi­ter l’ex­pul­sion de Fa­rhad

Ca­the­rine et Pierre Jo­bin ont été re­çus en pré­fec­ture, hier

La Montagne (Creuse) - - La Une - Ju­lie Ho Hoa

Ca­the­rine et Pierre Jo­bin ont re­cueilli près de 36.000 si­gna­tures pour évi­ter l’ex­pul­sion de Fa­rhad, le jeune ré­fu­gié kurde qui tra­vaille dans leur pé­pi­nière, à Royère.

Le couple de pé­pi­nié­ristes au­rait sou­hai­té re­mettre les 35.941 si­gna­tures de leur pé­ti­tion en main propre au pré­fet de la Creuse, hier. Ils au­ront fi­na­le­ment été re­çus par le di­rec­teur du ser­vice de la Ci­toyen­ne­té et de la lé­ga­li­té, JeanC­laude Cu­villier, pour ex­pli­quer la si­tua­tion dans la­quelle ils se re­trouvent.

De­puis un an, ils em­ploient Fa­rhad, ré­fu­gié kurde de 35 ans, dans leurs pé­pi­nières du Haut Li­mou­sin, l’ont for­mé et très sa­tis­faits de son tra­vail, sou­haitent lui pro­po­ser un CDI. Ils ont tout fait dans les règles, en res­pec­tant cha­cune des pro­cé­dures pré­vues par la loi.

Ar­ri­vé en France il y a deux ans, après de mul­tiples re­fus de ses de­mandes d’asile et de titre de sé­jour, le jeune Kurde a re­çu une obli­ga­tion de quit­ter le ter­ri­toire. « Si elle est ap­pli­quée, il va être re­con­duit dans son pays où la si­tua­tion est ca­tas­tro­phique ou dans un autre pays, ex­plique Ca­ the­rine Jo­bin. C’est très éprou­vant pour lui mais au tra­vail, il nous im­pres­sionne par sa vo­lon­té de mon­trer qu’il est ca­pable de tra­vailler. »

Par les cen­taines de pages de pé­ti­tion qu’elle tient soi­gneu­se­ment dans ses bras, elle es­père faire chan­ger d’avis le pré­fet, qu’« il an­nule sa dé­ci­sion d’ex­pul­ser Fa­rhad, qu’il lui donne une chance. On n’au­rait pas sou­te­nu comme ça quel­qu’un de­puis un an s’il n’avait pas fait ses preuves. On se porte cau­tion pour lui. »

Ca­the­rine et Pierre Jo­bin étaient ac­com­pa­gnés dans leur dé­marche par plu­sieurs pro­fes­sion­nels de la fi­lière bois li­mou­sine, dont Ch­ris­tophe Ces­to­na, di­rec­teur de la coo­pé­ra­tive fo­res­tière Al­liance Fo­ret bois pour le Li­mou­sin. Outre l’as­pect hu­main de la si­tua­tion c’est éga­le­ment son as­pect éco­no­mique qui pré­oc­cupe. La fi­lière manque de main­d’oeuvre de­puis des an­nées. « Des gens qui veulent tra­vailler, à qui l’on pro­pose un CDI, quelle que soit leur ori­gine, il nous pa­raî­trait tout à fait lo­gique de les ac­cueillir », sou­ligne Da­niel Mi­chaud, re­pré­sen­tant du syn­di­cat des fo­res­tiers pri­vés. Do­mi­nique Alas­seur, de la Ci­made Ey­mou­tiers était éga­le­ment pré­sente. Elle sou­haite que la pré­fec­ture ait re­cours à « des pro­cé­dures qui existent pour ré­gu­la­ri­ser un sans­pa­piers à titre ex­cep­tion­nel ».

Ca­the­rine et Pierre Jo­bin sont sor­tis de leur en­tre­vue « heu­reux d’avoir été en­ten­dus ». L’État s’est en­ga­gé à « étu­dier le dos­sier qui pa­rais­sait sé­rieux et com­plet », tout en pré­ci­sant qu’il fal­lait « res­ter dans la lé­ga­li­té ».

BRU­NO BARLIER

SO­LI­DAIRES. Ca­the­rine et Pierre Jo­bin sont ve­nus à la pré­fec­ture de la Creuse, ac­com­pa­gnés par des re­pré­sen­tants de la Ci­made et de la fi­lière bois du Li­mou­sin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.