L’Épi­ce­rie n’offre que des pro­duits bio et en cir­cuit court

Ins­tal­lée de­puis le 21 mars, Isa­belle Schir­ru vend uni­que­ment des pro­duits lo­caux et du bio

La Montagne (Creuse) - - La Une - Ca­the­rine Per­rot ca­the­rine.per­rot@cen­tre­france.com ➔ Pra­tique. 11 rue Vincent à Bous­sac. Ou­vert du mar­di au sa­me­di de 10 heures à 13 heures et de 16 heures à 19 heures. In­ter­net : page Fa­ce­book L’Épi­ce­rie Bous­sac.

On trouve de tout dans les fermes du nord de la Creuse : viande, oeufs, fro­mage, lé­gumes, miel… Isa­belle Schir­ru a eu l’idée d’ou­vrir une épi­ce­rie à Bous­sac où on peut trou­ver tous ces pro­duits lo­caux de qua­li­té.

Après avoir tra­vaillé pen­dant vingt ans à La Poste en ré­gion pa­ri­sienne, où elle s’oc­cu­pait de la main­te­nance in­for­ma­tique, Isa­belle Schir­ru a opé­ré un chan­ge­ment de vie à 360°. Elle a ou­vert le 21 mars der­nier L’Épi­ce­rie, tout près de la place prin­ci­pale de Bous­sac. La par­ti­cu­la­ri­té ? Elle pro­pose uni­que­ment des pro­duits lo­caux et du bio.

« Nous avons une ré­si­dence se­con­daire à Saint­Syl­vain­Basle­Roc. Ça fait dix ans que je viens en Creuse, ra­conte cette femme sou­riante, sen­sible de­puis très long­temps au bio. C’est de­ve­nu dif­fi­cile d’ache­ter bio en ré­gion pa­ri­sienne. C’est moins bon et plus cher. Du coup, le week­end, je fai­sais le tour des fermes du nord de la Creuse pour ra­me­ner de bonnes choses dans l’Es­sonne. »

Des pro­duc­teurs ins­tal­lés dans un rayon de 40 km

L’idée de re­grou­per tous ces pro­duits lo­caux dans un même lieu est sur­tout ve­nue du be­soin ex­pri­mé par les agri­cul­teurs. « J’ai as­sis­té aux dé­buts de l’Al­zire, à Jar­nages. Il y a eu une confé­rence avec des pro­duc­teurs qui ont par­lé de leurs dif­fi­cul­tés, pour­suit Isa­belle Schir­ru. Ils manquent de temps pour com­mer­cia­li­ser leurs pro­duits. Je me suis dit “pour­quoi pas être fa­ci­li­ta­teur par rap­port à ce type de com­merce”. »

Les four­nis­seurs de L’Épi­ce­rie de Bous­sac sont ins­tal­lés dans un rayon de 40 km : fro­mages de Bous­sac­Bourg et Nou­ze­rines, lé­gumes de Bous­sac­Bourg et La­vau­franche, oeufs de La­vau­franche et Briantes (Indre), viande de Ge­nouillac et Pé­ras­say (Indre), jus de pomme de Nou­ze­rines, miel de Toulx­Sainte­Croix, sa­fran de Toulx­Sain­teC­roix et Nou­ze­rines, bière du Luma (Indre), vins de Cha­teau­meillant (Cher)…

Cer­tains ali­ments, no­tam­ment les lé­gumes, ne sont pas dis­po­nibles toute l’an­née. Isa­belle Schir­ru pro­pose donc des pro­duits bio pour com­plé­ter ses rayon­nages : pâtes, riz et cé­réales en vrac, cos­mé­tiques, en­tre­tien de la mai­son. La mar­chan­dise est jo­li­ment dis­po­sée sur des éta­gères en bois, réa­li­sées avec des ma­té­riaux de ré­cu­pé­ra­tion.

La com­mer­çante tra­vaille dé­jà avec une ving­taine de pro­duc­teurs : « Ce sont des pro­duits que j’ai goû­tés. C’est en­core mieux comme contrôle qua­li­té ! » Il y a peu de stock afin de ga­ran­tir la fraî­cheur des ali­ments. « Les agri­cul­teurs sont juste à cô­té donc ils peuvent me ré­ap­pro­vi­sion­ner ra­pi­de­ment. » Isa­belle Schir­ru ai­me­rait trou­ver des confi­tures lo­cales et un peu plus de lé­gumes. Elle dev­rait bien­tôt avoir du pain ar­ti­sa­nal.

La com­mer­çante pro­pose aus­si de la res­tau­ra­tion ra­pide à em­por­ter, idéale pour un dé­jeu­ner sur le pouce. « Il y a un gros bas­sin d’em­ploi à Bous­sac. J’ai donc choi­si de res­ter ou­verte entre mi­di et 13 heures. » Ses quiches et ses cakes sont cui­si­nés avec les bons pro­duits de L’Épi­ce­rie.

La clien­tèle : des tou­ristes, des per­sonnes âgées

Les dé­buts sont pro­met­teurs. « Je pen­sais sur­tout fonc­tion­ner avec les tou­ristes et les ré­si­dences se­con­daires. Mais fi­na­le­ment il y a pas mal des lo­caux : des gens qui tra­vaillent à Bous­sac, des per­sonnes âgées du quar­tier. Les ma­mies qui n’ont pas de voi­ture, c’est pra­tique pour elles. Je fais du vrac, donc elles peuvent prendre de pe­tites quan­ti­tés. » Un couple de re­trai­tés entre jus­te­ment dans la bou­tique. « Je viens cher­cher du fro­mage de chèvre, lance la dame. Il est très bon et c’est bio sur­tout ! Quand on a ça juste à cô­té de chez soi, c’est bien. »

La nou­velle com­mer­çante semble ra­vie de son chan­ge­ment de vie. « J’en avais marre du bruit, de la pol­lu­tion, de tou­jours cou­rir en ré­gion pa­ri­sienne, confie­t­elle. Main­te­nant, je mets cinq mi­nutes pour ve­nir au tra­vail ! Ça me plaît de cher­cher des pro­duc­teurs. J’ai en­core fait des dé­cou­vertes à la fête de la laine. J’aime bien cui­si­ner quand les pro­duits sont bons. » ■

PHO­TO ALEX OVERTON

SOU­RIANTE. Isa­belle Schir­ru a été em­ployée à la Poste pen­dant vingt ans en ré­gion pa­ri­sienne. Elle a chan­gé de vie en ou­vrant une bou­tique de pro­duits lo­caux à Bous­sac.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.