Nou­veau zo­nage des mé­de­cins : un pro­jet qui in­quiète les élus

Seuls les sec­teurs de Gué­ret et La Sou­ter­raine se­ront éli­gibles aux aides à l’ins­tal­la­tion des mé­de­cins

La Montagne (Creuse) - - La Une - Ca­the­rine Per­rot ca­the­rine.per­rot@cen­tre­france.com

Les élus creu­sois montent au cré­neau contre le pro­jet de nou­veau zo­nage des mé­de­cins éta­bli par l’ARS. La carte pré­voit seule­ment deux bassins de vie où les gé­né­ra­listes qui s’ins­tallent pour­ront bé­né­fi­cier d’un contrat d’aide de 50.000 eu­ros : Gué­ret et La Sou­ter­raine.

«Nous ne sou­hai­tons pas qu’il y ait de la concur­rence entre les dif­fé­rents ter­ri­toires. C’est ce qu’il va se pas­ser si seules les zones au­tour de La Sou­ter­raine et Gué­ret sont éli­gibles aux dis­po­si­tifs d’aide à l’ins­tal­la­tion », ex­plique Vincent Tur­pi­nat, maire de Jar­nages et res­pon­sable du groupe de tra­vail dé­dié à la san­té dans le cadre du Plan par­ti­cu­lier pour la Creuse.

L’élu était pré­sent le 16 mai der­nier, dans les lo­caux gué­ré­tois de l’ARS (Agence ré­gio­nale de san­té), quand le pro­jet de nou­velle carte du zo­nage des mé­de­cins gé­né­ra­listes li­bé­raux a été pré­sen­té. « L’an­cien zo­nage n’était pas sa­tis­fai­sant. Nous pen­sions qu’avec le nou­veau, toute la Creuse se­rait trai­tée de la même fa­çon », ajoute Vincent Tur­pi­nat.

Eta­blie se­lon une mé­tho­do­lo­gie na­tio­nale, la carte est en­core « en concer­ta­tion », comme le sou­ligne Va­lé­rie Go­dard, di­rec­trice de la dé­lé­ga­tion de la Creuse de l’ARS. Elle se­ra ar­rê­tée dans le cou­rant du mois de juin par le di­rec­teur gé­né­ral de l’ARS Nou­velle­Aqui­taine.

L’en­semble du dé­par­te­ment de la Creuse est clas­sé en zone fra­gile (en jaune sur la carte de l’ARS), ce qui per­met aux méde­ cins de bé­né­fi­cier d’aides, no­tam­ment le contrat de pra­ti­cien ter­ri­to­rial de mé­de­cine gé­né­rale (lire ci­des­sous). « Toute la Creu­ se a bé­né­fi­cié d’un re­gard par­ti­cu­lier. C’est le seul ter­ri­toire de Nou­velle­Aqui­taine à avoir uni­que­ment des zones jaunes et orange, il n’y a pas de gris », pré­cise la di­rec­trice de l’ARS.

Les zones dé­fi­ci­taires ou sous­denses (en orange) peuvent bé­né­fi­cier d’aides sup­plé­men­taires de l’As­su­rance maladie, no­tam­ment un contrat d’aide à l’ins­tal­la­tion, qui pré­voit le ver­se­ment de 50.000 eu­ros en deux fois pour l’ar­ri­vée d’un mé­de­cin. Au­pa­ra­vant, quinze com­munes creu­soises étaient clas­sées en zones dé­fi­ci­taires. Le pro­jet de nou­veau zo­nage pré­voit uni­que­ment deux sec­teurs : les bassins de vie de Gué­ret et La Sou­ter­raine.

« C’est une ca­tas­trophe en ter­ me d’at­trac­ti­vi­té », dé­plore Cy­ril Vic­tor, maire de Gou­zon et conseiller régional, qui au­rait vou­lu que toute la Creuse soit lo­gée à la même en­seigne. Il ajoute : « On peut faire tous les ef­forts que l’on veut en terme d’at­trac­ti­vi­té du ter­ri­toire, si on ne peut pas se faire soi­gner… Même si ce zo­nage ne règle pas tout ».

Vincent Tur­pi­nat ne dé­co­lère pas : « On va en­voyer un si­gnal dé­tes­table. Les en­droits où il y a le plus de pro­blèmes, où les in­di­ca­teurs de san­té sont ca­tas­tro­phiques, comme le sud et le sud­est du dé­par­te­ment, no­tam­ment Au­zances et Au­bus­son, sont ceux qui se­raient les plus dé­fa­vo­ri­sés. On condamne ces ter­ri­toires. Il y a une lo­gique qu’on n’ar­rive pas à per­ce­voir ! »

Deux zones « où il y a le plus de pro­jets »

Va­lé­rie Go­dard ex­plique qu’il est im­pos­sible de clas­ser toute la Creuse en zone orange. « Nous avons un vo­lume de zones orange et jaunes à ré­par­tir sur la ré­gion. Ce qu’on met à un en­droit, on ne pour­ra pas le mettre ailleurs. Nous avons choi­si les bassins de Gué­ret et La Sou­ter­raine car ce sont les en­droits où il y a le plus de pro­jets, où il y a les plus fortes pro­ba­bi­li­tés de voir s’ins­tal­ler des mé­de­cins, où il y a dé­jà une dy­na­mique. Les élus disent qu’Au­bus­son est très en dif­fi­cul­té. Sur ce ter­ri­toire, avant il y avait des aides à l’ins­tal­la­tion et au­cun mé­de­cin n’est ve­nu s’ins­tal­ler. »

La di­rec­trice dé­par­te­men­tale de l’ARS af­firme qu’avec le nou­veau zo­nage, en Creuse, la pro­por­tion de ter­ri­toire cou­verte par ces aides (en orange) « est net­te­ment plus im­por­tante qu’ac­tuel­le­ment ». ■

PHO­TO D’ILLUS­TRA­TION AGNÈS GAU­DIN

MÉ­DE­CINS. Le nou­veau zo­nage des gé­né­ra­listes ne convient pas aux élus creu­sois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.