Squa­re­lab

UN IN­CU­BA­TEUR DE PRO­JETS GRAN­DEUR NA­TURE

La Montagne Entreprendre - - SOMMAIRE - Pa­trice Cam­po

Un in­cu­ba­teur de pro­jets gran­deur na­ture.

Miss Can­dy, Look Trend, les Ate­liers d’au­bus­son et Se­lu­ni : voi­là les quatre so­cié­tés créées en 2015 sous la bien­veillance du Squa­re­lab, l’in­cu­ba­teur du groupe ESC Cler­mont.

De­puis la créa­tion de ce la­bo­ra­toire d’ac­com­pa­gne­ment de créa­tion d’en­tre­prise en tout genre, en 2009, 43 pro­jets ont été pris en charge. Mais en six ans, le lab de l’école de com­merce cler­mon­toise a évo­lué.

En sep­tembre 2013, Fa­brice Cailloux a été re­cru­té pour struc­tu­rer l’in­cu­ba­teur, or­ga­ni­ser son ac­ti­vi­té et ses res­sources. « Je fai­sais par­tie des bé­né­voles qui en­ca­draient l’in­cu­ba­teur vir­tuel créé en 2009 pour les étu­diants en der­nière an­née d’école, qui ont un long stage à ef­fec­tuer », rap­pelle-t-il. « Quand ils par­taient en stage, il de­ve­nait dif­fi­cile de tra­vailler sur le pro­jet. On en per­dait beau­coup ».

> A tous les étages

Plu­tôt des­ti­né aux in­no­va­tions non tech­no­lo­giques, l’in­cu­ba­teur du groupe ESC Cler­mont monte en puis­sance avec dé­jà vingt-quatre pro­jets ac­com­pa­gnés en deux ans et une ré­cente ou­ver­ture sur l’ex­té­rieur.

D’où la dé­ci­sion, de­puis deux ans, de ré­orien­ter l’in­cu­ba­teur, re­bap­ti­sé Squa­re­lab, sur l’en­tre­pre­neu­riat et de l’ou­vrir à tous les étages des pro­grammes de L’ESC. Les pro­jets por­tés du­rant les deux pre­mières an­nées dé­bouchent sur un con­cours et, en troi­sième an­née, l’étu­diant peut se fo­ca­li­ser sur la créa­tion d’une start-up, soit sur la base de son propre pro­jet ou à par­tir d’un nou­veau. « C’est com­plè­te­ment in­té­gré au par­cours de for­ma­tion, pré­cise Fa­brice Cailloux. Avec d’abord de la pré-in­cu­ba­tion puis l’in­té­gra­tion à l’in­cu­ba­teur des pro­jets, via un co­mi­té d’agré­ment ».

L’école en or­ga­nise deux par an : un pre­mier en jan­vier pour les étu­diants clas­siques, un se­cond en juin pour les al­ter­nants. Et de­puis sep­tembre 2014, le sta­tut d’étu­diant-en­tre­pre­neur per­met d’ef­fec­tuer son stage de der­nière an­née sur son pro­jet, au sein de l’in­cu­ba­teur.

Le co­mi­té d’agré­ment, pré­si­dé par Franck Ray­naud (pré­sident du clus­ter Au­vergne TIC) est com­po­sé d’ac­teurs ré­gio­naux de la créa­tion d’en­tre­prise (banques, autres or­ga­nismes fi­nan-

ciers, plate-formes d’ini­tia­tive) et se pro­nonce en fonc­tion de cri­tères pré­cis : le pro­jet doit être va­li­dé par une clien­tèle po­ten­tielle et dé­mon­trer une ap­ti­tude à être ac­com­pa­gné par l’in­cu­ba­teur.

Ce der­nier, au sein de L’ESC Cler­mont, n’a pas vo­ca­tion à suivre des pro­jets d’in­no­va­tion tech­no­lo­gique, mais d’in­no­va­tion tout court (mar­ke­ting, so­cial, etc.). Mais le nu­mé­rique reste très pré­sent. « On ne forme pas d’étu­diants dans ce do­maine mais 70 % des pro­jets sont dans le nu­mé­rique », ajoute Fa­brice Cailloux.

> Ou­tils et conseils pré­cieux

Et les por­teurs de ces pro­jets dis­posent d’ou­tils et de conseils pré­cieux. Un vaste es­pace de tra­vail, d’abord, dans les lo­caux de L’ESC, dé­dié à l’in­cu­ba­teur et ac­ces­sible à tout mo­ment. Et sur­tout l’ap­pui d’une quin­zaine de men­tors, comme les ap­pelle Fa­brice Cail- loux. Des en­tre­pre­neurs, fi­nan­ciers, scien­ti­fiques, cadres de la chambres de com­merce, qui ac­com­pagnent les « in­cu­bés » dès l’ébauche de leur pro­jet jus­qu’à son ac­com­plis­se­ment. Es­sen­tiel­le­ment via du coa­ching per­son­na­li­sé et de la mise en ré­seau. « Il faut s’adap­ter au pro­jet. Cha­cun est dif­fé­rent », rap­pelle Fa­brice Cailloux.

De­puis 2015, l’in­cu­ba­teur de L’ESC est ou­vert aux créa­teurs ex­té­rieurs, jeunes ou moins jeunes. Trois per­sonnes ont ain­si re­joint la struc­ture l’an der­nier, via le pro­gramme de for­ma­tion conti­nue. Ce qui a com­pen­sé la baisse du nombre d’étu­diants en­re­gis­trée du­rant le pas­sage de l’école sous la ban­nière France Bu­si­ness School (de jan­vier 2013 à juin 2014). Une pa­ren­thèse désen­chan­tée dont L’ESC s’est re­le­vée. Grâce, aus­si, à cet in­cu­ba­teur fer­tile qui offre une pas­se­relle, re­con­nue, de la théo­rie à la pra­tique.

Fa­brice Cailloux di­rige le Squa­re­lab de­puis sep­tembre 2013.

L’in­cu­ba­teur est ou­vert aux étu­diants de L’ESC mais aus­si, de­puis 2015, aux por­teurs de pro­jets ex­té­rieurs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.