The Whis­ky Lodge

UN AS­SEM­BLAGE D’ÉCOSSE ET D’AU­VERGNE

La Montagne Entreprendre - - SOMMAIRE - Ri­chard Ben­gui­gui

Un as­sem­blage d’écosse et d’au­vergne.

Veste de velours et barbe sa­ge­ment cou­pée, le pa­tron, Pierre Tis­san­dier, 41 ans, n’a au­cune ori­gine écos­saise. Il est Au­ver­gnat, né à Or­cines. Mais il a tou­jours bai­gné dans les vins et spi­ri­tueux. Son père, Ga­briel Tis­san­dier, a ou­vert sa pre­mière cave à vins à Cler­mont-fer­rand en 1968. En 1979, il est dé­si­gné par le cri­tique Gilles Pud­low­ki comme le meilleur ca­viste de France.

C’est l’époque où il in­ter­vient à la ra­dio, à la té­lé­vi­sion et fait dé­cou­vrir aux Au­ver­gnats des crus du monde en­tier à des prix alors très abor­dables. Il se fait aus­si im­por­ta­teur des whis­kies Gordon & Mac­phail. « Il dé­couvre que le whis­ky pos­sède une com­plexi­té aus­si fas­ci­nante que celle du vin », ra­conte son fils.

Les fioles sont sa­ge­ment ali­gnées dans des éta­gères de verre, l’éclai­rage un peu ta­mi­sé comme une in­vi­ta­tion à une pa­ren­thèse sen­so­rielle. Pous­ser la porte du 7 rue Fer­ran­dière dans le centre de Lyon, une in­vi­ta­tion au voyage... Dans une am­biance très bri­tish, 1 500 ré­fé­rences, pas moins, font de ce lieu l’un des temples fran­çais du whis­ky.

> Leur propre gamme

En 1993, il ouvre The Whis­ky Lodge à Lyon. Pierre, après des études à Pa-

ris puis en Ecosse, tra­vaille­ra comme cadre dans deux grands groupes de luxe pro­prié­taires de dis­til­le­ries avant de re­prendre la gé­rance du ma­ga­sin lyon­nais. Ma­ga­sin, ce n’est d’ailleurs peut-être pas le bon mot. A l’ar­rière, le per­son­nel em­balle, éti­quette des malts pour des clients pas­sion­nés se trou­vant par­tout dans le monde.

The Whis­ky Lodge sé­lec­tionne, conseille et four­nit éga­le­ment de grands hô­tels et res­tau­rants par­tout en France. Pierre et Ga­briel com­mer­cia­lisent en­fin de­puis 2011 leur propre gamme de whis­kys, les Or­cines, vieillis en Ecosse dans des fûts les plus neutres pos­sibles pour main­te­nir ce que les Ecos­sais ap­pellent le « dis­til­le­ry cha­rac­ter », l’eaude-vie ori­gi­nelle sor­tie d’alam­bic.

Ces bou­teilles sont ven­dues entre 60 et 80 eu­ros, 230 eu­ros pour du 30 ans d’âge. Une aven­ture ar­ti­sa­nale très exi­geante. Si le conte­nu est lar­ge­ment plé­bis­ci­té par les ama­teurs, le conte­nant l’est tout au­tant. Le de­si­gn de la bou­teille, tout en so­brié­té, et son éti­quette en co­ton ont été ré­com­pen­sés par un Lion de bronze au fes­ti­val du film publicitaire de Cannes.

Le whis­ky Or­cines, trait d’union entre Ecosse et Au­vergne.

Pierre Tis­san­dier, par­mi les rayons du Whis­ky Lodge, ou­vert à Lyon en 1993 par son père, Ga­briel.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.