Va­lé­rie Mo­nier

TÊTE PEN­SANTE DE BLIZZ

La Montagne Entreprendre - - SOMMAIRE - Pa­trice Cam­po

Tête pen­sante de Blizz.

De­puis 12 ans, Va­lé­rie Mo­nier, com­mer­ciale dans l’âme, dé­ve­loppe l’ac­ti­vi­té de sa so­cié­té de conseil, hé­ber­ge­ment et main­te­nance in­for­ma­tique, à Cler­mont-fer­rand. Pro­chaine étape : l’in­ter­net mo­bile dans le do­maine des éner­gies re­nou­ve­lables.

Elle au­rait ai­mé Bliss, comme fé­li­ci­té en an­glais, mais le nom était dé­jà pris. Ce fut donc Blizz. Va­lé­rie Mo­nier a créé cette so­cié­té, qui fê­te­ra ses douze ans en fé­vrier 2016, afin de faire sa place sur le mar­ché de la ges­tion et main­te­nance de ré­seaux in­for­ma­tiques et l’hé­ber­ge­ment de sites in­ter­net.

Cette Lyon­naise d’ori­gine re­joint l’au­vergne dès 1995 pour suivre son ma­ri. Elle in­tègre la so­cié­té Ney­rial aux bal- bu­tie­ments de l’in­ter­net lo­cal, forte de sa for­ma­tion en ges­tion de pe­tits sys­tèmes in­for­ma­tiques ef­fec­tuée à L’AF­PA (as­so­cia­tion pour la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle des adultes). C’est l’époque des mo­dems ex­ternes à dé­bit très li­mi­té...

> Proche de ses clients

Sept ans plus tard, en 2004, in­ter­net a tis­sé sa toile. Va­lé­rie Mo­nier dé­cide donc de lan­cer sa propre en­tre­prise et de conqué­rir une clien­tèle de pro­fes­sion­nels ex­clu­si­ve­ment. Elle dé­ve­loppe son ac­ti­vi­té sur l’au­vergne prin­ci­pa­le­ment, voire jus­qu’en Dor­dogne ou Pa­ris. « Dans un pé­ri­mètre de 3h30 maxi­mum au­tour de Cler­mont afin d’être proche de nos clients », pré­cise-t-elle,

« même si 90 % de notre tra­vail s’ef­fec­tue de­puis nos bu­reaux. On s’est di­ver­si­fiés à par­tir de 2011 en dé­ve­lop­pant l’hé­ber­ge­ment de sites pour des clients plus im­por­tants, qui cher­chaient du ser­vice ef­fi­cace ». Sans grande pu­bli­ci­té. « Nos clients amènent d’autres clients. On gran­dit sur­tout grâce au bouche-ào­reille ».

Blo­tis dans la zone du Bré­zet, Bliss em­ploie au­jourd’hui, outre sa fon­da­trice, six em­ployés, contre trois en 2010. « Ce sont tous des geeks, » sou­rit la pa­tronne. « Il le faut, dans notre mi­lieu. Mais il forme sur­tout une équipe stable. C’est ma fier­té. Le pre­mier sa­la­rié, qui est en­tré en 2005, est tou­jours là au­jourd’hui à 33 ans. La deuxième aus­si. On garde des col­la­bo­ra­teurs sé­rieux et mo­ti­vés, ce­la contri­bue aus­si à la bonne image de la so­cié­té. Alors, il faut les va­lo­ri­ser et les ré­com­pen­ser, quand c’est pos­sible ».

L’équipe de Blizz as­sure la par­tie tech­nique et ad­mi­nis­tra­tive. Va­lé­rie Mo­nier, elle, a tou­jours as­su­ré le dé­ve­lop­pe­ment com­mer­cial. Mais être pa­tronne, c’est aus­si faire du ma­na­ge­ment. « Gé­rer les prio­ri­tés, re­mon­ter le mo­ral à cer­tains, quand il faut ». Et de la ges­tion. « Ça c’est plu­tôt après 18 heures, quand j’ai fi­ni ma jour­née... Je fais de la comp­ta­bi­li­té, le rè­gle­ment des four­nis­seurs ». Et traite plus de 150 mails par jour.

> In­ves­tie dans les ré­seaux

Va­lé­rie Mo­nier ne compte pas son temps et elle en trouve en­core pour s’in­ves­tir dans les ré­seaux. Co­pré­si­dente du Club des 1.000 de­puis oc­tobre, elle fit long­temps par­tie du Centre des jeunes di­ri­geants. « J’ai beau­coup ap­pris, no­tam­ment au­près des grosses struc­tures, qui ren­contrent les mêmes pro­blèmes que les pe­tites. J’ai pu échan­ger. C’est im­por­tant quand on dé­marre seule ». Autre ac­ti­vi­té ex­terne, au sein de la CGPME : les re­la­tions écoles-en­tre­prises. « On a mon­té en 2012 l’opé­ra­tion ‘’Le com­mer­cial qui dé­chire’’, une sorte de con­cours d’en­tre­tiens pour les jeunes, afin qu’ils se per­fec­tionnent. J’ai sillon­né toute l’au­vergne pour faire pas­ser ces en­tre­tiens », rap­pelle fiè­re­ment Va­lé­rie Mo­nier, qui re­tient de belles ren­contres et la sa­tis­fac­tion de voir cette ac­tion per­du­rer.

Mais le sou­ci pre­mier d’une chef d’en­tre­prise, c’est la pé­ren­ni­té de sa so­cié­té. Blizz n’en­tend pas s’en­dor­mir sur ses lau­riers. Va­lé­rie Mo­nier a iden­ti­fié un mar­ché de di­ver­si­fi­ca­tion por­teur : l’in­ter­net mo­bile en lien avec les éner­gies re­nou­ve­lables.

« Il y a un be­soin de lo­gi­ciels spé­ci­fiques qui n’existent pas en­core en France sur­tout pour la main­te­nance. La sur­veillance de parcs éo­liens, par exemple. Il s’agit de dé­ve­lop­per une ap­pli­ca­tion mo­bile dé­con­nec­tée pour pou­voir in­ter­ve­nir dans des lieux par­fois dif­fi­ciles en termes de connexion. Ce se­ra le chan­tier de 2016 ».

> Tro­phée

Blizz veut trou­ver une en­tre­prise as­so­ciée pour le dé­ve­lop­pe­ment et la com­mer­cia­li­sa­tion de cette ap­pli­ca­tion, mais aus­si re­cru­ter un dé­ve­lop­peur in­ter­net mo­bile. « Car nous n’avons en­core pas cette ex­per­tise », ajoute Va­lé­rie Mo­nier.

So­li­de­ment ins­tal­lée à Cler­mont-fer­rand, de­ve­nue « Au­ver­gnate de coeur », elle n’en­vi­sage en au­cun cas un re­tour à Lyon, ca­pi­tale de la nou­velle grande ré­gion.

« Pas du tout. J’ai trou­vé un équi­libre en Au­vergne qui n’a pas de prix ». Et la ré­gion le lui rend bien. Va­lé­rie Mo­nier vient de re­ce­voir le Tro­phée de Femme Chef d’en­tre­prise Puy-de-dôme pour l’an­née 2015.

Va­lé­rie Mo­nier avec ses col­la­bo­ra­teurs dans les lo­caux de Blizz, à Cler­mont.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.