Sighor

La Montagne Entreprendre - - SOMMAIRE - Vé­ro­nique Feuer­stein

370 em­bauches pré­vues chez Sighor.

Une en­tre­prise qui pro­jette d’em­bau­cher au moins 370 per­sonnes dans les cinq ans à ve­nir, ça n’est pas cou­rant. Cet em­ployeur hors du com­mun s’ap­pelle Sighor. Il re­crute des BTS hô­tel­le­rie, des cadres de di­rec­tion pour sa chaîne d’hô­tels et des gé­rants pour ses aires d’au­to­route.

En ces temps de crise où le chô­mage ne cesse de pro­gres­ser, une en­tre­prise qui em­bauche c’est tou­jours une très bonne nou­velle. Di­ri­gé de­puis sa créa­tion par des hô­te­liers-res­tau­ra­teurs, le groupe Sighor est de­ve­nu en 25 ans, le pre­mier groupe in­dé­pen­dant fran­çais en­sem­blier sur au­to­route où il a dé­ve­lop­pé sa propre marque Léo Res­to. C’est aus­si un ac­teur de l’hô­tel­le­rie éco­no­mique avec Ace Hô­tel.

Le groupe so­lide et per­for­mant em­ploie 900 per­sonnes pour un chiffre d’af­faires de 70 mil­lions d’eu­ros et pos­sède 21,5 mil­lions d’eu­ros de fonds propres. Une bonne san­té qui per­met à la So­cié­té des In­dé­pen­dants Ges­tion­naires en Hô­tel­le­rie et Res­tau­ra­tion (Sighor) de pré­voir d’em­bau­cher 370 per­sonnes dans les cinq ans à ve­nir, en toute sé­ré­ni­té. « Nous pro­gres­sons gen­ti­ment à notre rythme, il n’y a pas de fonds de pen­sion chez nous. Notre dé­ve­lop­pe­ment est rai­son­né et du­rable », sou­ligne Ber­nard Gorce, pré­sident du conseil de sur­veillance.

Pour sou­te­nir son dé­ve­lop­pe­ment qui s’est par­ti­cu­liè­re­ment ac­cé­lé­ré ces cinq der­nières an­nées _ son chiffre d’af­faires a fait un bond de 38 mil­lions d’eu­ros à 70 mil­lions d’eu­ros _ Sighor a em­bau­ché 450 per­sonnes. Un chiffre par­ti­cu­liè­re­ment fort qu’elle compte bien re­pro­duire, dans les cinq pro­chaines an­nées. « Pour faire fonc­tion­ner une aire d’au­to­route, il nous faut créer 25 em­plois. Nous es­pé­rons ga­gner au moins une di­zaine de nou­velles conces­sions, soit 250 em­plois créés. Pour faire tour­ner un hô­tel Ace, nous avons be­soin de 5,5 per­sonnes par hô­tel. Nous avons une am­bi­tion d’ou­vrir 20 hô­tels dans les cinq ans à ve­nir, soit 110 em­plois créés. Pa­ral­lè­le­ment, nous de­vons ren­for­cer nos ser­vices cen­traux à Cler­mont-fer­rand, nous al­lons créer 10 em­plois dans les trois ans », pré­cise Alain Renault, di­rec­teur gé­né­ral dé­lé­gué.

> Re­cru­te­ment et for­ma­tion

En plus de ces em­plois di­rects, Sighor gé­nère des em­plois in­di­rects, en­vi­ron 7 postes par hô­tel. Le groupe sous­traite en ef­fet le net­toyage de l’hô­tel et du linge ain­si que l’en­tre­tien des es­paces verts.

Mal­gré sa taille d’en­tre­prise in­ter­mé­diaire, Sighor ne pos­sède pas de di­rec­teur des res­sources hu­maines. « Nous ne vou­lons pas créer une struc­ture cen­trale trop lourde qui ris­que­rait de sclé­ro­ser l’en­tre­prise. Nous vou­lons pen­ser opé­ra­tion­nel et ter­rain avant de pen­ser ad­mi­nis­tra­tif. Pen­dant que vous faites des res­sources hu­maines, vous ne faites plus votre mé­tier. Pour nous, il est im­por­tant que les moyens hu­mains soient tour­nés vers les or­ga­ni­sa­tions pour ap­por­ter des ré­ponses aux ques­tions. On doit être le plus proche du ter­rain », ex­plique Alain Renault.

Pour ses re­cru­te­ments, Sighor fait donc ap­pel à des ca­bi­nets spé­cia­li­sés, à Pôle em­ploi, aux écoles hô­te­lières et aux écoles de com­merce, au ré­seau hô­te­lier, se­lon les postes re­cher­chés. Le groupe s’en­gage pour l’em­ploi des jeunes, 90 % des cadres re­cru­tés ont moins de 30 ans et 20 % ont tra­vaillé dans la so­cié­té l’an­née de leur di­plôme. Sighor aime beau­coup les contrats en ap­pren­tis­sage qui per­mettent de ju­ger de la qua­li­té ou non des sa­la­riés.

« Ce n’est pas évident de faire ve­nir des sa­la­riés en Au­vergne. Mais c’est beau­coup moins dif­fi­cile qu’il y a cinq ans quand le groupe Sighor n’était pas aus­si connu ».

Le groupe a consa­cré 300 000 eu­ros à la for­ma­tion de 680 sa­la­riés. « Nous de­vons nous dif­fé­ren­cier par la qua­li­té de l’ac­cueil », sou­ligne Alain Renault.

De­puis quatre ans, les hô­te­liers-res­tau­ra­teurs ont ou­vert le ca­pi­tal de l’en­tre­prise aux cadres. « Ce­la donne de la re­con­nais­sance. Les cadres se sont pris au jeu. Ils viennent aux as­sem­blées gé­né­rales. Ils ont une voix. Ils ap­pré­cient d’être as­so­ciés aux grandes dé­ci­sions de l’en­tre­prise », sou­ligne Alain Renault.

Sighor a dé­ve­lop­pé sa propre marque de res­tau­ra­tion, Léo Res­to, qui pro­pose de la cui­sine stan­dard et des plats ré­gio­naux adap­tés à chaque im­plan­ta­tion.

Ace hô­tel offre une pré­sence hu­maine 24 h sur 24 qui ras­sure le client.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.