Au­vergne-rhône-alpes

QUES­TIONS AU­TOUR DE LA FU­SION

La Montagne Entreprendre - - SOMMAIRE - Pa­trice Cam­po

Ques­tions au­tour de la fu­sion.

La nou­velle co­or­di­na­tion ré­gio­nale des plates-formes Ini­tia­tive conserve le maillage ter­ri­to­rial des an­ciennes ré­gions. Mais l’or­ga­ni­sa­tion fu­ture pose tout de même la ques­tion de l’ef­fi­ca­ci­té. Elé­ments de ré­ponse avec Ber­nard Villa­ta, vice-pré­sident.

L’Au­vergne comp­tait douze pla­te­formes d’ini­tia­tive, ados­sées aux chambres de com­merce et d’in­dus­trie : onze ter­ri­to­riales et une plate-forme ré­gio­nale d’in­no­va­tion et trans­mis­sion, spé­ci­fi­ci­té au­ver­gnate, pré­si­dée par Ber­nard Villa­ta. Rhône-alpes, de son cô­té, fonc­tion­nait avec 27 plates-formes ter­ri­to­riales.

Avec la fu­sion des deux ré­gions, la nou­velle co­or­di­na­tion ré­gio­nale cha­peaute les 39 plate-formes et conserve, sur le pé­ri­mètre au­ver­gnat, celle consa­crée à l’in­no­va­tion et à la trans­mis­sion (si celle-ci concerne au moins cinq em­plois), cette der­nière de­ve­nant un pôle Au­vergne de dé­ve­lop­pe­ment ter­ri­to­rial.

La struc­ture pour­sui­vra donc sa mis­sion : gé­rer des fonds pu­blics (Eu­rope, ré­gion, CCI, caisse des dé­pôts) pour at­tri­buer des prêts d’hon­neur, à taux zé­ro, aux pro­jets sé­lec­tion­nés, ce qui per­met d’aug­men­ter les fonds propres au dé­mar­rage, mais aus­si ac­com­pagne les por­teurs de pro­jet pen­dant et après le lan­ce­ment de leur ac­ti­vi­té.

Ber­nard Villa­ta, dé­sor­mais vice-pré­sident de la co­or­di­na­tion ré­gio­nale, pré­si­dée par Jean-jacques Mar­tin, s’in­ter­roge tout de même sur la suite.

« Pas par rap­port à notre fonc­tion­ne­ment, la fu­sion ne m’in­quiète pas. Le cadre a été bien dé­fi­ni. Les contours exis­tants vont per­du­rer. Mon in­quié­tude porte plu­tôt sur l’en­vi­ron­ne­ment. Si nous avons be­soin de ren­con­trer un dé­ci­deur, à l’échelle de la grande ré­gion, je ne sais pas com­ment ça va se pas­ser. Je suis aus­si élu de la CCI Au­vergne à la­quelle les plates-formes de l’an­cienne ré­gion sont ados­sées, ce qui re­pré­sente une im­pli­ca­tion très im­por­tante (l’hé­ber­ge­ment no­tam­ment), alors qu’en Rhône-alpes, le rat­ta­che­ment est dif­fé­rent. Ce­la va conti­nuer comme ça en 2016. Mais en­suite ? »

Ber­nard Villa­ta sou­ligne l’im­por­tance et l’ef­fi­ca­ci­té du maillage ter­ri­to­rial ac­tuel. « Pour les trans­mis­sions d’en­tre­prise, qui sont l’es­sen­tiel de notre ac­ti­vi­té et peuvent bé­né­fi­cier d’une aide double, de la plate-forme lo­cale concer­née et du pôle de dé­ve­lop­pe­ment, la proxi­mi­té est très im­por­tante et ac­croît la confiance des banques. Sur l’au­vergne, l’ef­fet de le­vier ban­caire était ici plus im­por­tant qu’au ni­veau na­tio­nal (9 contre 6,5). Nos plates-formes bé­né­fi­ciaient aus­si d’un sou­tien im­por­tant des chambres et de l’an­cienne ré­gion. Il ne fau­drait pas que tout ça se di­lue dans la grande ».

Ber­nard Villa­ta, vice-pré­sident de la co­or­di­na­tion ré­gio­nale des plates-formes d’ini­tia­tives.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.