Cou­derc

L’AMER À LA MON­TAGNE

La Montagne Entreprendre - - SOMMAIRE - Gilles Lal­loz

L’amer à la mon­tagne.

Au coeur du pays de la fée jaune, dans le Can­tal, la dis­til­le­rie Cou­derc cultive de­puis plus de cent ans une gen­tiane ty­pée ter­roir. Pour ti­rer le meilleur de l’amer.

Il a la langue bien pen­due et dis­tille son hu­mour au gré de belles ren­contres. Mais quand il parle de la Gen­tiane, celle de la mai­son Cou­derc qu’il di­rige, Jean-jacques Ver­meersch a les yeux qui s’écar­quillent comme un père qui voit gran­dir son en­fant. D’ailleurs, il n’a pas hé­si­té à of­frir à Jeanne, sa fée née il y a quelques se­maines, un deuxième pré­nom digne d’une belle plante... Gen­tiane.

Il porte aus­si un re­gard bien­veillant sur la gen­tiane qu’il met en bou­teille à Au­rillac. Lui qui croit « aux va­leurs de lo­ca­li­sa­tion de la pro­duc­tion et à la consom­ma­tion lo­cale » se re­trouve dans un sec­teur des apé­ri­tifs al­coo­li­sés de gen­tiane do­mi­né par des marques af­fi­liées à de grands groupes na­tio­naux et in­ter­na­tio­naux. « Des monstres éco­no­miques où on concentre les ou­tils, les ac­ti­vi­tés... Moi, je crois en l’in­verse,

avec des consom­ma­teurs qui sont de­ve­nus ‘’consom­mac­teurs’’ plé­bis­ci­tant des en­tre­prises et des pro­duits ar­ti­sa­naux ». La Gen­tiane Cou­derc, à l’his­toire plus que cen­te­naire, est de ceux là. « La force de notre dis­til­le­rie, c’est que nos clients sont nos am­bas­sa­deurs ». C’est vrai dans le Can­tal, à Cler­mont, mais aus­si à Pa­ris pour cette gen­tiane, ty­pée pro­duit de ter­roir. « On tra­vaille uni­que­ment avec des ra­cines de gen­tiane sau­vage, fraîche et d’au­vergne. Et on pro­duit dans le Can­tal », an­nonce fiè­re­ment ce­lui qui re­ven­dique le titre de « der­nier li­quo­riste in­dé­pen­dant d’au­vergne ».

Pas­sion­né, Jean-jacques Ver­meersch a la vo­lon­té opi­niâtre de res­ter au pays. « En maî­tri­sant notre dé­ve­lop­pe­ment pour conser­ver notre ca­rac­té­ris­tique ar­ti­sa­nale. Pour bien tra­vailler la gen­tiane sau­vage et fraîche, il faut être proche du lieu de ré­colte » Là ou se forge l’iden­ti­té du pro­duit. « Pour­quoi Cou­derc conti­nue d’exis­ter ? Parce que le client fait le choix de notre gen­tiane plu­tôt qu’une autre. Ce n’est pas une ques­tion de prix ou de look, même si on a une jo­lie bou­teille. Non, c’est une ren­contre entre le consom­ma­teur et nous. Notre gen­tiane, une des plus amères, est dif­fé­rente des autres. » Une dif­fé­rence culti­vée au coeur du pays de la fée jaune.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.