AIDES À DO­MI­CILE : « L’HO­RI­ZON EST OBS­CUR »

La Montagne Entreprendre - - DOSSIER -

Si l e s be­soi ns d’ a i de à do­mi­cil e croissent, ils sont très dif­fi­ciles à main­te­nir en mi­lieu ru­ral. Avec 500 sa­la­riés équi­valent temps plein, 4.500 bé­né­fi­ciaires et 18 mil­lions d’eu­ros de chiffre d’af­faires, l’as­so­cia­tion d’aide à do­mi­cile des centres so­ciaux de l’al­lier ( AADCSA) et l’as­so­cia­tion pour l’amé­na­ge­ment et l e main­tien de l ’ ac­ti­vi­té ru­rale ( APAMAR) sont deux struc- tures ini­tiées et gé­rées par la MSA. « Nous avons un rôle so­cial. Nous sommes les seuls à in­ter­ve­nir dans l’en­semble des com­munes ru­rales. Beau­coup d’as­so­cia­tions ne vont plus dans un tiers des com­munes d e l ’ Al l i e r c a r e l l e s p e r d e n t d e l’ar­gent. Les coûts de dé­pla­ce­ments re­viennent très chers. Nous ne vou­lons pas aban­don­ner le mi­lieu ru­ral. Mais nous ne pour­rons le faire que tant que nos comptes se­ront en­core à l’équi­libre » , ex­plique Do­mi­nique Ber­nier, sous- di­rec­teur de la MSA Au­vergne. In­quiet, il constate que les be­soins vont crois­sant mais que rien n’est fait pour les or­ga­ni­ser. « L’ho­ri­zon est obs­cur, il va fal­loir qu’on se dé­batte pour main­te­nir notre en­tre­prise au- des­sus de la vague. Nous sommes à la mer­ci de nos fi­nan­ceurs qui sont obli­gés de re­voir leur po­li­tique ta­ri­faire » , sou­ligne- t- il. « L’APAMAR dans le Puy-de-dôme a connu une chute de 10 % de son ac­ti­vi­té. Der­rière, pour nous, c’est très dif­fi­cile. Nous nous en sor­tons car nous re­grou­pons en tout douze as­so­cia­tions et que nous avons mu­tua­li­sé les coûts », conclut Do­mi­nique Ber­nier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.