UN “PE­TIT PA­RIS” TRÈS CONVOI­TÉ

A Vi­chy, les pro­mo­teurs lo­caux conti­nuent de concur­ren­cer les gros opé­ra­teurs na­tio­naux sur les pro­jets im­mo­bi­liers d’en­ver­gure. Et es­pèrent que la ville ti­re­ra en­fin son épingle du jeu du point de vue dé­mo­gra­phique, une fois le fon­cier cler­mon­tois à sa­tu

La Montagne Entreprendre - - DOSSIER IMMOBILIER - Mat­thieu Per­ri­naud

Sur le bas­sin de Vi­chy, trois prin­ci­paux ac­teurs se par­tagent le gâ­teau de la pro­mo­tion im­mo­bi­lière. Pas évident, sur un sec­teur où la plu­part des au­baines ap­par­tiennent dé­jà au pas­sé. « Vi­chy est sa­tu­rée par les opé­ra­tions ef­fec­tuées dans le cadre des lois de Ro­bien, Pi­nel…, ana­lyse Marc Su­chet, pa­tron d’une en­tre­prise de cou­ver­ture et de bar­dage à Cus­set. Il y en a eu plus de 700 entre 2007 et 2011 sur l’ag­glo, c’est énorme ! » Pour au­tant, le ter­rain de jeu n’a pas épui­sé toutes ses res­sources. Oli­vier Réo­lon, res­pon­sable d’une so­cié­té avec pi­gnon sur rue dans le bâ­ti­ment de­puis 1936, éga­le­ment sise à Cus­set, voit dans la pro­mo­tion im­mo­bi­lière l’op­por­tu­ni­té de maî­tri­ser un chan­tier de bout en bout. Et de ras­su­rer les in­ves­tis­seurs, en sup­pri­mant les in­ter­mé­diaires. Pour ce pan de son ac­ti­vi­té, il s’est as­so­cié avec Chau­mette-du­pleix, à Mou­lins, et Vincent Isa­vard, à Cler­mont- Fer­rand, pour créer CDR Pro­mo­tion, il y a deux ans.

> « Créer son propre mar­ché »

« Le fait de se re­grou­per per­met de faire bar­rage aux gros na­tio­naux » , es­time Oli­vier Réo­lon. A Vi­chy, lui et ses par­te­naires ont no­tam­ment dé­cro­ché la ré­ha­bi­li­ta­tion de l’hô­tel Mo­lière, et sa vente par ap­par­te­ments. En­vi­ron 1 mil­lion d’eu­ros d’in­ves­tis­se­ment. Et puis, sur­tout, le chan­tier des Docks de Blois, an­cienne friche in­dus­trielle d’où sor­ti­ront bien­tôt de terre le nou­veau bâ­ti­ment de l’école de ki­né, un In­termar­ché et des lo­ge­ments, dans le cadre d’une vente en l ’ état f utur d’achè­ve­ment (VEFA). 15 mil­lions d’eu­ros. « Ce­la per­met de créer son propre mar­ché. » Der­nier pro­jet de pro­mo­tion, dix mai­sons in­di­vi­duelles en ac­ces­si­bi­li­té, à Bel­le­rive-sur-al­lier, sur le site du pro­jet d’éco-quar­tier, re­vu de­puis. Du T3 au T5 clé en main, de 188.000 à 232.000 eu­ros, ter­rain com­pris. Mal­gré tout, « ça reste dif­fi­cile à équi­li­brer, on ver­ra la ren­ta-

bi­li­té à la fin du chan­tier » . Pour lui, cette ac­ti­vi­té per­met sur­tout « d’équi­li­brer, avec 50 % en pro­mo­tion, 50 % en construc­tion ».

> « Un bon em­pla­ce­ment, c’est la clé »

Marc Su­chet, de son cô­té, monte éga­le­ment ses opé­ra­tions d’amé­na­ge­ment ou de pro­mo­tion im­mo­bi­lière via une struc­ture qu’il co­di­rige avec son as­so­cié Da­niel Ne­bout. Der­nier gros dos­sier en date, ce­lui de la friche Ap­pli­fil, à Cus­set. Un gros pois­son, sur le pa­pier, mais fi­na­le­ment avor­té, après la dé­cou­verte d’un sol pol­lué. Oli­vier Réo­lon et lui se re­joignent, glo­ba­le­ment, sur la phi­lo­so­phie de la pro­mo­tion : « Il faut un bon em­pla­ce­ment, c’est la clé. » Par exemple « sur la ri­vière Al­lier, rue de Pa­ris ou aux « Quatre- Che­mins » , dé­ve­loppe Marc Su­chet. « Le gâ­teau n’est pas gros. A Vi­chy il y a beau­coup d’hô­tels, mais à ré­ha­bi­li­ter c’est très com­pli­qué. » Et pour le reste, « le fon­cier n’est pas cher à Vi­chy, ça at­tise beau­coup de convoi­tises », d’au­tant que « ça reste une va­leur re­fuge ». Pour lui, au­jourd’hui, il ne reste que deux belles opé­ra­tions à faire : l’an­cien im­meuble de la Banque de France et l’hô­tel Ré­gi­na. Mais ils sont voués aux mas­to­dontes na­tio­naux. « Je ne sais pas si nous, pe­tits pro­mo­teurs in­dé­pen­dants, nous pour­rons te­nir la dis­tance, re­grette Marc Su­chet. Les belles opé­ra­tions sont ré­ser­vées aux gros fai­seurs, et on ne fait pas des marges de fo­lie. Les bé­né­fices se font en gé­né­ral sur les der­niers lots, c’est une vraie prise de risque. Il faut une cer­taine as­sise fi­nan­cière et le sou­tien des banques. » Et Oli­vier Réo­lon de ter­mi­ner : « Vi­chy, c’est une su­per ville, mais il manque 10.000 à 15.000 per­sonnes. Au­tour de Cler­mont, le fon­cier de­vient in­ac­ces­sible, mais il n’y a pas as­sez de com­mu­ni­ca­tion pour ra­me­ner les gens de notre cô­té.

Pho­tos : Do­mi­nique Parat

Oli­vier Réo­lon a dé­cro­ché le chan­tier de l’hô­tel Mo­lière.

Troi­sième chan­tier por­té par CDR Pro­mo­tion, ces mai­sons in­di­vi­duelles bien­tôt construites sur le Do­maine du Brian­det, à Bel­le­rive-sur-al­lier.

Marc Su­chet, pa­tron de l’en­tre­prise Su­chet, ba­sée à Cus­set, et éga­le­ment pré­sident du Rug­by Club Vi­chys­sois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.