Une nou­velle coupe qui ne passe pas

La Montagne (Haute-Loire) - - Auvergne-Rhône-Alpes -

Mal­gré la « morgue » dont fe­rait preuve le gou­ver­ne­ment, la Ré­gion conserve ses ob­jec­tifs bud­gé­taires pour 2018 : baisse des dé­penses, hausse des in­ves­tis­se­ments et fis­ca­li­té stable.

Laurent Ber­nard

u len­de­main de la Confé­rence des ter­ri­toires, au cours de la­quelle le Pre­mier mi­nistre Edouard Phi­lippe a an­non­cé la sup­pres­sion de 450 mil­lions d’aides en fa­veur des Ré­gions, le pré­sident d’Au­vergne­Rhô­neAlpes Laurent Wau­quiez (LR) a vio­lem­ment cri­ti­qué cette dé­ci­sion, hier, à Lyon, lors d’une séance plé­nière consa­crée entre autres au dé­bat d’orien­ta­tions bud­gé­taires de 2018.

« Mau­vais coup à la dé­cen­tra­li­sa­tion »

« Ce sont 50 mil­lions d’eu­ros par an que Pa­ris prend dans la poche des Au­ver­gnats et des Rhô­nal­pins, a­t­il dé­cla­ré. Cette somme, elle était dé­diée au sou­tien à l’em­ploi, aux en­tre­prises et à l’ac­tion éco­no­mique », puis­qu’elle de­vait com­pen­ser le trans­fert de la com­pé­tence éco­ no­mie. Le pré­sident a de­man­dé au gou­ver­ne­ment de « s’ap­pli­quer à lui­même » cette po­li­tique d’éco­no­mie puisque « dans le même temps, il s’ac­corde une aug­men­ta­tion de ses dé­penses de quatre mil­liards ».

A plu­sieurs re­prises, Laurent Wau­quiez a fus­ti­gé « l’ar­ro­gance, la morgue, le mé­pris » dont fe­rait preu­ ve le gou­ver­ne­ment. Cin­quante mil­lions, c’est jus­te­ment le mon­tant les éco­no­mies qui se­ront à nou­veau réa­li­sées sur le fonc­tion­ne­ment, en 2018. Les ef­forts, « nous al­lons les réa­li­ser en fa­veur de l’Etat », a re­gret­té le vi­ce­pré­sident char­gé des fi­nances, Étienne Blanc.

L’op­po­si­tion n’a pu que re­gret­ter elle aus­si la dé­ci­ sion du gou­ver­ne­ment. Jean­Fran­çois De­bat (PS) a « dé­non­cé ce mau­vais coup fait à la dé­cen­tra­li­sa­tion ». Il a tout de même re­gret­té le « flou » dans les grandes lignes du bud­get ré­gio­nal. « Je crains que la culture, les jeunes et les plus mo­destes soient à nou­veau les va­riables de votre po­li­tique », a­t­il dit.

Le groupe PRG s’est éton­né que la ma­jo­ri­té in­siste sur le main­tien des taux de fis­ca­li­té, une autre des prio­ri­tés de la ma­jo­ri­té. « Vous avez sim­ple­ment bais­sé le prix de la carte grise des Au­ver­gnats. Ce n’est pas ça qui va chan­ger leur train de vie », a dé­cla­ré Sa­rah Bou­kaa­la. « Vous êtes tous for­mi­dables, à me dire que la Ré­gion n’a pas d’im­pôt à le­ver. Mais quand vous étiez en place, à chaque fois que vous avez pu, vous avez uti­li­sé le le­vier de la hausse des pré­lè­ve­ments », a dé­cla­ré Laurent Wau­quiez, avant d’énu­mé­rer les dif­fé­rentes hausse du prix des cartes grises et des taxes sur l’éner­gie au cours de la der­nière dé­cen­nie.

Fi­dèle à sa vo­lon­té af­fi­chée de­puis deux ans, la ma­jo­ri­té a aus­si an­non­cé des in­ves­tis­se­ments en hausse, à 900 mil­lions d’eu­ros. « Avoir réus­si cette in­flexion dans la ges­tion des fi­nances de la Ré­gion est re­mar­quable. Je crains que la Cour des comptes, pré­si­dée par un an­cien élu so­cia­liste soit obli­gée de dire que nous sommes la Ré­gion la mieux gé­rée de France, tant au ni­veau de la chasse au gas­pillage que de la re­prise des in­ves­tis­se­ments », s’est fé­li­ci­té Laurent Wau­quiez. Ce rap­port, les élus l’au­ront au mo­ment du vote du bud­get, fin no­vembre, puis­qu’il de­vrait être pu­blié dans un mois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.