« On est d’abord cham­pion du monde dans sa ré­gion »

La Montagne (Haute-Loire) - - Les Mardis De L'Economie -

Oli­vier Me­vel, maître de confé­rence en sciences de ges­tion, com­merce, lo­gis­tique et dis­tri­bu­tion à l’Uni­ver­si­té Bre­tagne sud à Nantes, est un spé­cia­liste des marques ré­gio­nales.

Pour que la Marque Auvergne fonc­tionne, il pense que les Au­ver­gnats doivent se l’ap­pro­prier : « On est d’abord cham­pion du monde chez soi avant de l’être chez les autres. C’est bien parce que les Bre­tons consomment en prio­ri­té bre­ton que le la­bel « pro­duit en Bre­tagne » fait un ta­bac à Pa­ris. Quand un Bre­ton et un Corse se­ront ac­cueillis en Auvergne et que dans le fri­go au­ver­gnat il n’y au­ra que des pro­duits lo­caux, ils di­ront “c’est ex­tra­or­di­naire, les Au­ver­gnats ont une iden­ti­té de ter­roir ma­gni­fique” ».

L’uni­ver­si­taire pense que l’Auvergne a les atouts pour réus­sir ce pa­ri. contre­ront l’adhé­sion du consom­ma­teur », es­ti­met­il.

Car le rôle des grandes sur­faces se­ra pour lui ca­pi­tal.

« La pro­chaine étape doit être le ré­fé­ren­ce­ment de pro­duits au­ver­gnats sous cette ban­nière ré­gio­nale Auvergne. C’est aux grandes et moyennes sur­faces lo­cales de jouer le jeu. Re­gar­dez le Breizh Co­la, qui a obli­gé Co­ca Co­la à faire pour la pre­mière fois une en­torse à ses prin­cipes en ac­cep­tant d’ap­po­ser un gwe­na­du, le dra­peau bre­ton, sur ses éti­quettes, afin de ne pas perdre un mar­ché en­tier. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.