Des dé­fec­tions chez les Mar­cheurs

La Montagne (Haute-Loire) - - France & Monde -

Une cen­taine d’adhé­rents d’En Marche !, ve­nus à l’époque où Em­ma­nuel Ma­cron l’a créé, ont an­non­cé hier dans une tri­bune qu’ils cla­quaient la porte, faute d’y trouver « dé­mo­cra­tie » et « éthique ». Ce qui a pro­vo­qué des ré­ac­tions plu­tôt iro­niques au sein du mou­ve­ment.

Ré­vé­lé par fran­cein­fo, ce texte dont les si­gna­taires res­tent ano­nymes jus­qu’à ven­dre­di, veille du « Conseil » de La Ré­pu­blique en marche qui doit plé­bis­ci­ter l’ar­ri­vée de Ch­ris­tophe Cas­ta­ner à sa tête, a été ré­di­gé à l’ini­tia­tive d’un col­lec­tif, « Les Mar­cheurs de la Ré­pu­blique », an­ciens « Mar­cheurs en co­lère », a as­su­ré l’un de ses ani­ma­teurs.

« Digne de l’An­cien Ré­gime »

« Entre le jeu des sta­tuts, l’opa­ci­té des ins­tances, la loterie du ti­rage au sort de ceux qui ne re­pré­sen­te­ront qu’un quart des voix au Conseil na­tio­nal […], les tirs aux pi­geons sur les ré­seaux so­ciaux, les balles au pri­son­nier sur les boucles de com­mu­ni­ca­tion Te­le­gram, nous avons pour notre part suf­fi­sam­ ment joué au sein de l’ex­pé­ri­men­ta­tion po­li­tique En Marche », écrivent­ils.

Une de leurs « dé­cep­tions » ré­side dans le choix de pro­cé­der à ce qu’ils qua­li­fient de « sacre de Ch­ris­tophe Cas­ta­ner », seul can­di­dat pour di­ri­ger le par­ti, par le biais d’un vote à main le­vée et non à bul­le­tin se­cret. Évo­quant « un mode d’or­ga­ni­sa­tion digne de l’An­cien Ré­gime », les par­tants constatent que « sous le poids des pro­cess mar­ke­ting, des #lo­veLaRem, #Lo­veLaTeamMa­cron, les pi­liers de la dé­mo­cra­tie se sont ef­fon­drés, en­traî­nant dans leur chute l’en­goue­ment et la mo­ti­va­tion des Mar­cheurs ». Ils as­surent qu’ils ne peuvent « pas conti­nuer au sein d’un mouve­ ment ou par­ti sans ligne po­li­tique, qui n’a pas su s’ap­puyer sur les pi­liers de la dé­mo­cra­tie et qui a nié avec ar­ro­gance et mé­pris l’in­tel­li­gence du peuple ».

C’est « plu­tôt bon signe » en termes de dé­mo­cra­tie, a in­di­qué, hier, une source au sein de LREM. Ces par­tants sont com­po­sés à « bien 80 % » de gens qui n’ont pas ob­te­nu l’in­ves­ti­ture aux lé­gis­la­tives, re­lève cette source. Et de pour­suivre : le dé­part de « 100 adhé­rents, c’est tou­jours em­bê­tant, mais après, ad­hé­rer à En Marche !, c’était un clic à l’époque ».

Trop de calme après la tem­pête

« On a été un par­ti de cam­pagne, on a me­né une cam­pagne pré­si­den­tielle folle, une cam­pagne lé­gis­la­tive dans un rythme aus­si fa­bu­leux », a ten­té d’ex­pli­quer la dé­pu­tée Lae­ti­tia Avia, can­di­date au bu­reau exé­cu­tif de LREM. Elle a re­con­nu une « pé­riode (de) baisse d’ac­ti­vi­té » alors qu’« il fal­lait ré­pondre aux at­tentes de nos mar­cheurs, c’est­à­dire conti­nuer les re­mon­tées d’idées, conti­nuer la construc­tion col­lec­tive ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.