Ac­cro aux jeux, il avait cou­lé la gé­rance

La Montagne (Haute-Loire) - - Haute-Loire -

Ju­gé mar­di après-mi­di par le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel du Puy, un quin­qua­gé­naire a été condam­né à six mois de pri­son ferme pour abus de biens so­ciaux.

Avec deux as­so­ciés, il avait pris en 2013, un hô­tel­res­tau­rant(*) en lo­ca­tion­gé­rance dans le bourg de la Chaise­Dieu. Mais c’est bien lui seul qui va cou­ler l’af­faire en pui­sant al­lè­gre­ment dans les caisses de l’éta­blis­se­ment, entre autres pour s’adon­ner à son vice : les jeux de grat­tage. L’homme est âgé de 56 ans et ha­bite dé­sor­mais à Tours. Il a dé­jà été condam­né à di­verses re­prises.

La so­cié­té cou­lée en neuf mois

L’af­faire a très peu fonc­tion­né. La li­qui­da­tion ju­di­ciaire a été pro­non­cée en sep­tembre 2013 alors que la so­cié­té avait été créée en dé­cembre 2012. Soit à peine 9 mois de fonc­tion­ne­ment. « Vous avez fait un peu n’im­porte quoi en tant que gé­rant comme uti­li­ser une carte ban­caire et des chèques pour al­ler faire des jeux de grat­tage », rap­pelle le pré­sident du tri­bu­nal An­dréF­ré­dé­ric De­lay. « J’étais ac­cro. Je pre­nais des mé­di­ca­ments » avance le pré­ve­nu dans ses ex­pli­ca­tions. Cette ad­dic­tion au jeu a pour­tant rui­né sa vie. « J’ai ga­gné une fois et j’ai vou­lu re­com­men­cer. Le but : c’était de ga­gner de l’ar­gent », ra­conte­t­il. Car sur l’ac­ti­vi­té pro­fes­sion­nelle, force est de consta­ter que la res­tau­ra­tion, il n’y connais­sait rien… « C’était pas mon truc », avoue le pré­ve­nu. « Vous avez confon­du la caisse du res­tau­rant avec votre poche », pour­suit le pré­sident du tri­bu­nal. L’au­dience laisse ap­pa­raître de très nom­breuses vic­times des chèques en bois du pré­ve­nu. Aler­té par sa banque sur l’in­ter­dic­tion d’en émettre, il avait pour­tant conti­nué à faire pas moins de 34 chèques sans sour­ciller. L’homme re­ti­rait aus­si des sommes d’ar­gent en es­pèces sur le compte de la so­cié­té pour al­ler les dé­pen­ser dans des jeux à grat­ter. Plus de 4.600 eu­ros rien que sur les sommes en es­pèces.

Il aban­donne son chien à l’hô­tel

Lorsque dé­bute l’en­quête des gen­darmes, c’est con­cer­nant des im­payés dans les com­merces de la com­mune et no­tam­ment pour des jeux de grat­tage ré­glés avec des chèques en bois. L’homme prend alors la poudre d’es­cam­pette.

Il quitte même tel­le­ment vite la Chaise­Dieu qu’il aban­donne son chien dans sa chambre d’hô­tel. « Ça aus­si, je ne l’ai pas fait ex­près », dit­il à la barre en par­lant du chien re­trou­vé par les gen­darmes, tout en po­sant des ques­tions sur l’état de san­té de l’ani­mal, cinq ans après être par­ti…

Il a « fui ses res­pon­sa­bi­li­tés » et a « sa­bo­té une SARL » dé­non­çait le sub­sti­tut du pro­cu­reur Ma­rie Mo­schet­ti. Le mi­nis­tère pu­blic a re­quis 12 mois de pri­son dont 4 avec sur­sis.

Le tri­bu­nal l’a fi­na­le­ment condam­né à 12 mois de pri­son dont 6 mois avec sur­sis. En re­vanche, la cons­ti­tu­tion en par­ties ci­viles du couple pro­prié­taire de l’en­seigne était dé­cla­rée ir­re­ce­vable car leur pré­ju­dice re­lève du pas­sif de la so­cié­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.