Quatre épreuves fi­nales, grand oral et contrôle

La Montagne (Haute-Loire) - - France & Monde -

Quatre épreuves fi­nales, un grand oral et du contrôle conti­nu, tel est le vi­sage du nou­veau bac dé­voi­lé hier par Jean-Mi­chel Blan­quer. Il s’ac­com­pagne de la sup­pres­sion des sé­ries scien­ti­fiques, lit­té­raires et éco­no­miques au lycée, au pro­fit d’un tronc com­mun et de « spé­cia­li­tés ».

Ce bac nou­velle for­mule, que les élèves ac­tuel­le­ment en classe de troi­sième se­ront les pre­miers à pas­ser en 2021, consis­te­ra en quatre épreuves écrites : le fran­çais en pre­mière, deux épreuves dites de spé­cia­li­té après les va­cances de prin­temps en ter­mi­nale, et la phi­lo fin juin. Un grand oral, d’une du­rée de 20 mi­nutes, se dé­rou­le­ra éga­le­ment fin juin.

Une mue ra­di­cale pour cet exa­men bi­cen­te­naire dont la ré­forme est me­née en même temps que celle de l’ac­cès à l’uni­ver­si­té.

Rite et trem­plin

La ré­forme de cet exa­men, pro­mise par le can­di­dat Em­ma­nuel Ma­cron, concerne les bacs gé­né­raux et tech­no­lo­giques (70 % des can­di­dats). La fi­lière pro­fes­sion­nelle fait l’ob­jet d’une mis­sion dis­tincte dont les conclu­sions se­ront ren­dues la se­maine pro­chaine. « Le bac doit être ren­for­cé par la ré­forme que nous sommes en train de me­ner. Il s’est un peu af­fais­sé ces der­nières an­nées, il doit res­ter un rite et un trem­plin », a dé­cla­ré le mi­nistre de l’Édu­ca­tion, après la pré­sen­ta­tion de la ré­forme en Conseil des mi­nistres.

Ces quatre épreuves écrites – contre une dou­zaine ac­tuel­le­ment – et l’oral comp­te­ront pour 60 % de la moyenne du bac. Les 40 % res­tants pro­vien­dront d’une part de « par­tiels » se­mes­triels en pre­mière et ter­mi­nale pas­sés si­mul­ta­né­ment par tous les élèves d’un même éta­blis­se­ment sur des su­jets ti­rés d’une banque na­tio­nale de su­jets (pour 30 %), et d’autre part des notes des deux der­nières an­nées du lycée (10 %).

Fin de sé­ries

« Cette nou­velle donne a un im­pact sur le lycée, avec la fin des sé­ries » dans la voie gé­né­rale, a sou­li­gné le mi­nistre. Adieu donc les sé­ries scien­ti­fique (S), lit­té­raire (L) et éco­no­mique et so­cial (ES). Elles sont rem­pla­cées par un tronc com­mun (16 heures par se­maine les deux der­nières an­nées de lycée) et trois spé­cia­li­tés en pre­mière, ra­me­nées à deux en Ter­mi­nale (pour 12 heures heb­do­ma­daires au to­tal).

La voie tech­no­lo­gique, elle, conserve ses fi­lières.

À ces dis­ci­plines s’ajoute une heure et de­mie d’orien­ta­tion par se­maine, dès la se­conde, soit 54 heures par an­née sco­ laire. Les chan­ge­ments se tra­dui­ront éga­le­ment par une re­fonte des pro­grammes, a pré­ci­sé le mi­nistre, qui a man­da­té le Conseil su­pé­rieur des pro­grammes (CSP).

Es­suyer les plâtres

Les pre­miers can­di­dats au bac nou­velle for­mule sont les élèves ac­tuel­le­ment en troi­sième. Ils rentrent en se­conde la ren­trée pro­chaine et cette an­née­là connaî­tra quelques chan­ge­ments mo­destes. Les élèves ef­fec­tue­ront « un test de po­si­tion­ne­ment » à la ren­trée pour connaître leurs com­pé­tences. Ils bé­né­fi­cie­ront aus­si « de jour­nées plus sys­té­ma­tiques sur l’orien­ta­tion », en lien « avec les ré­gions ».

La di­zaine de spé­cia­li­tés lis­tées par le mi­nistre ne se­ra pas dis­po­nible dans tous les éta­blis­se­ments, qui en pro­po­se­ront au moins cinq. « Nous au­rons des choix com­muns dans tous les ly­cées de France » et « nous veille­rons à im­plan­ter » le plus de spé­cia­li­tés pos­sible « dans les ly­cées qui ont be­soin de ren­for­cer leur at­trac­ti­vi­té », a dé­cla­ré Jean­Mi­chel Blan­quer.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.