Un lo­to pour sau­ver onze sites au­ver­gnats

La Montagne (Haute-Loire) - - La Une - La ré­dac­tion

PA­TRI­MOINE.

■ Pour per­mettre de fi­nan­cer des ré­ha­bi­li­ta­tions de mo­nu­ments, un Lo­to du pa­tri­moine au­ra lieu pen­dant les Jour­nées du pa­tri­moine en sep­tembre.

AU­VERGNE.

■ Sur les 250 sites re­te­nus en France pour bé­né­fi­cier des re­tom­bées du lo­to, onze sont au­ver­gnats, dont trois en Haute­Loire à l’image de l’église de Saint­Ilpize (notre pho­to).

Dans le cadre d’une mis­sion confiée par le pré­sident de la Ré­pu­blique, Sté­phane Bern et la Fon­da­tion du pa­tri­moine ont lis­té 250 sites es­ti­més en pé­ril en France. Ils bé­né­fi­cie­ront d’aides à la ré­no­va­tion abon­dées, au mois de sep­tembre, par les re­cettes d’un Lo­to du pa­tri­moine et d’un jeu de grat­tage. Onze sont si­tués en Au­vergne.

Quelque 250 sites bé­né­fi­cie­ront au fi­nal des re­tom­bées du Lo­to du pa­tri­moine dont le ti­rage spé­cial au­ra lieu le 14 sep­tembre à la veille des Jour­nées eu­ro­péennes du pa­tri­moine pro­gram­mées les 15 et 16 sep­tembre. L’opé­ra­tion se­ra com­plé­tée par un jeu de grat­tage – les ti­ckets se­ront mis en vente, au prix de 15 eu­ros, dès le 3 sep­tembre – des­ti­né à re­cueillir des fonds pour qua­torze mo­nu­ments choi­sis au ni­veau na­tio­nal. C’est ce qu’a an­non­cé Sté­phane Bern, char­gé par l’Élysée de cette mis­sion qui doit per­mettre de fi­nan­cer la sau­ve­garde d’une par­tie du pa­tri­moine fran­çais en pé­ril.

La liste a été consti­tuée par la Fon­da­tion du pa­tri­moine en par­te­na­riat avec la Fran­çaise des jeux, après avoir éplu­ché 2.100 pro­po­si­tions faites par les Fran­çais sur le site par­ti­ci­pa­tif du mi­nis­tère de la Cul­ture. En Au­vergne,

3. L’ÉGLISE SAINTE-MA­DE­LEINE À SAINT-ILPIZE (HAUTE-LOIRE). Au pied du châ­teau. Ins­tal­lée sur un pro­mon­toire ro­cheux qui do­mine la val­lée de l’Al­lier, ca­chée par les ves­tiges du châ­teau et sa cha­pelle, l’église Sainte-Ma­de­leine a été éri­gée à l’époque ro­mane, puis trans­for­mée aux XIVe et XVe siècles. Fer­mée au pu­blic de­puis le 21 dé­cembre 2016, l’église, ins­crite aux mo­nu­ments his­to­riques de­puis 1920, a be­soin de tra­vaux de conso­li­da­tion de ses pla­fonds et de ré­no­va­tion de sa toi­ture. Des dé­fauts struc­tu­rels mettent en ef­fet l’édi­fice en pé­ril. ils sont onze à avoir été sé­lec­tion­nés.

L’opé­ra­tion dev­rait être lan­cée of­fi­ciel­le­ment en mai par le chef de l’État lors d’un dé­pla­ce­ment à la mai­son de Pierre Lo­ti, à Ro­che­fort (Cha­ren­teMa­ri­time). L’exé­cu­tif es­père ti­rer de ce lo­to entre 15 à 20 mil­lions d’eu­ros à consa­crer à la pré­ser­va­tion du pa­tri­moine, en plus des 10 mil­lions d’eu­ros pro­mis au(x) joueur(s) ga­gnant(s).

La Fon­da­tion du pa­tri­moine a pré­vu de dé­blo­quer la moi­tié des fonds pro­ve­nant de la re­cette du lo­to pour dé­mar­rer les chan­tiers afin que les pre­miers ré­sul­tats soient vi­sibles à la fin de l’an­née ou dé­but 2019.

Évo­qué de longue date en France sans ja­mais jus­qu’à pré­sent par­ve­nir à se concré­ti­ser, ce mode de fi­nan­ce­ment est loin d’être in­édit en Eu­rope où, de­puis plu­sieurs an­nées, les re­cettes de lo­tos abondent des fonds pour l’en­tre­tien des mo­nu­ments en Grande­Bre­tagne, en Ita­lie ou en­core aux Pays­Bas. ■

1. FORT VIL­LA­GEOIS DE MAREUGHEOL (PUY-DE-DÔME). Pit­to­resque. Clas­sée site re­mar­quable, l’en­ceinte du fort a été éri­gée pen­dant la guerre de Cent Ans. À l’in­té­rieur, c’est tout un vil­lage qui est au point mort : les édi­fices sont trop in­stables pour être sé­cu­ri­sés et plu­sieurs par­ties sont in­ter­dites au pu­blic. Le temps semble s’y être ar­rê­té : les pe­tites mai­sons, dont le toit manque sou­vent, sont en­va­hies par le lierre. La tour (sur la pho­to) a été re­faite, mais les fonds manquent à l’ap­pel pour en­tre­te­nir l’in­té­gra­li­té de l’édi­fice.

2. LE VIEUX PONT DE LAVOÛTESUR-LOIRE (HAUTE-LOIRE). Du

so­lide. Le vieux pont ou pont vieux, au­jourd’hui to­ta­le­ment en ruines, a vrai­sem­bla­ble­ment été construit au XIIe siècle. Il est si­tué juste en des­sous du via­duc fer­ro­viaire da­tant lui de 1864. Les crues suc­ces­sives du fleuve l’ont en­dom­ma­gé : en 1559, en 1840… Après la construc­tion du pont ac­tuel en 1855, le pont mé­dié­val a été aban­don­né. Il est alors très vite tom­bé en ruines. Au dé­but du XXe siècle, il res­tait en­core 4 des 6 arches pri­mi­tives. Il n’en sub­siste que deux ac­tuel­le­ment. Le coût de res­tau­ra­tion s’élè­ve­rait à la somme im­por­tante de 276.230 eu­ros (50.000 eu­ros resteraient à trou­ver).

4. LA CHAUS­SÉE DE VI­GOU­ROUX À ST-MAR­TIN-SOUS-VI­GOU­ROUX

(CAN­TAL). Une route ma­jeure. Jus­qu’à la fin du XXe siècle, la chaus­sée de Vi­gou­roux qui date du XIIe, était la voie prin­ci­pale pour re­lier Saint-Flour à Au­rillac. Lorsque la route dé­par­te­men­tale a été construite, la na­ture a re­pris ses droits et la voie est de­ve­nue celle des quads et des mo­tos, se dé­for­mant, s’abî­mant, se dé­té­rio­rant au fil du temps. Des pierres du pa­ra­pet sont tom­bées dans l’Hi­ron­delle. Sa res­tau­ra­tion, es­ti­mée à 11.000 €, ac­com­pa­gnée d’une ré­no­va­tion de ses abords, per­met­trait de rou­vrir ce lieu, no­tam­ment aux ran­don­neurs, et de mettre en va­leur un site im­por­tant du pa­tri­moine can­ta­lien.

5. SAINT-RÉ­MY-DE-BLOT (PUY-DEDÔME). Châ­teau-Ro­cher. Per­ché sur une fa­laise, à 483 mètres d’al­ti­tude, le Châ­teau-Ro­cher sur­plombe la val­lée de la Sioule. Les his­to­riens consi­dèrent que la construc­tion de l’édi­fice fut en­ta­mée au XIe siècle. Il était à l’époque un lieu stra­té­gique pour sur­veiller la val­lée de la Sioule ain­si que le pont de Me­nat. Le site est fer­mé au pu­blic de­puis quatre ans par me­sure de sé­cu­ri­té. Des tra­vaux de conso­li­da­tion au ni­veau des che­mins de ronde sont d’ores et dé­jà en­ta­més. Au pro­jet de ré­no­va­tion s’ajoute la va­lo­ri­sa­tion du site via des pan­neaux ou de la scé­no­gra­phie. Le mo­ment to­tal du pro­jet s’élève à 1,4 mil­lion d’eu­ros.

8. LE CH­TEAU DE MONTVALLAT À CHAUDES-AIGUES (CAN­TAL). Joyau his­to­rique. Construit au XVIIe siècle sur les bords des gorges de la Truyère, le châ­teau de Montvallat a été clas­sé mo­nu­ment his­to­rique pour sa bâ­tisse prin­ci­pale, dès 1971. Il fau­dra at­tendre le 8 sep­tembre 2000 pour que la to­ta­li­té de l’édi­fice soit clas­sée. Res­té dans la fa­mille de Montvallat jus­qu’en 1777, le châ­teau ap­par­tient au­jourd’hui à Mi­chel Royer qui a lan­cé de lourds tra­vaux de ré­no­va­tion. Mais il reste en­core beau­coup à faire. Le pro­prié­taire es­père à terme pour­voir l’ou­vrir au pu­blic, afin de faire dé­cou­vrir son ar­chi­tec­ture unique et la ri­chesse ex­cep­tion­nelle de ses or­ne­men­ta­tions in­té­rieures. 7. FERME DE LA­VAULT-SAINT-ANNE (AL­LIER). Un site cen­te­naire. Le site de la Cha­ri­té, qui a vu le jour en 1910, est ins­crit mo­nu­ment his­to­rique de­puis 2006. Les bâ­ti­ments D et A, ré­no­vés ces der­nières an­nées, abritent au­jourd’hui une mai­son de re­traite et un centre so­cial. Au to­tal, 84 ré­si­dents y vivent dont 14 dans l’an­tenne al­zeih­mer (bâ­ti­ment C). Le lo­to per­met­trait de fi­nan­cer une par­tie des ré­no­va­tions du bâ­ti­ment B (char­pente, toi­ture, ma­çon­ne­rie, me­nui­se­rie, vitres), à l’aban­don de­puis le dé­part de l’as­so­cia­tion Apa­jh en 2011. Le chan­tier est es­ti­mé à 600.000 € hors taxes et per­met­trait, à terme, la créa­tion d’une mai­son de la san­té et d’un ac­cueil pour en­fants.

10. LE BU­RON DU CASSAÏRE À SAINT-PRO­JET-DE-SA­LERS (CAN­TAL).

Un bé­dé­lat ty­pique. Voi­là près d’un siècle que cet abri pour veaux, ju­ché à 1.500 m d’al­ti­tude, entre les val­lées de la Jor­danne et de Ber­trande, me­nace ruine. Il fut un temps où un beau bâ­ti­ment s’éle­vait ain­si qu’une grande voûte cou­verte de lauzes. Une porte d’étable, dé­mo­lie au­jourd’hui, pro­té­geait les veaux du froid. Pla­cé sur une crête du puy Cha­va­roche, le bé­dé­lat se mé­rite, et né­ces­site une heure trente de marche pour se lais­ser dé­cou­vrir. « C’est l’em­preinte hu­maine sur les monts du Can­tal », souffle-t-on à l’As­so­cia­tion de sau­ve­garde des bu­rons du dé­par­te­ment. Le mon­tant du pro­jet s’élève à 98.000 €. 6. CH­TEAU DE LA CHAUX-MONTGROS À SALLÈDES (PUY-DE-DÔME). Moyen Âge et Re­nais­sance. Avec son ar­chi­tec­ture ori­gi­nale, qui mêle Moyen Âge et Re­nais­sance, le châ­teau de La Chaux-Montgros trône fiè­re­ment à l’en­trée de Sallèdes. Pour­tant, en s’ap­pro­chant, on dé­couvre que la bâ­tisse a en­core be­soin de bien des tra­vaux pour re­nouer avec un pas­sé dont on connaît peu de choses. C’est grâce à l’as­so­cia­tion re­nais­sance du châ­teau de la Chaux-Montgros (ARCM) que ce site, qui était de­ve­nue une ruine, est res­sor­ti de l’ano­ny­mat. De­puis qua­rante ans, des tra­vaux ont été conduits pour lui re­don­ner de sa ma­jes­tuo­si­té. Mais il reste beau­coup à faire.

9. LE PI­GEON­NIER DE LEYVAUX (CAN­TAL). Toit en lauzes. Mal­gré leur plan qua­dran­gu­laire ou cy­lin­drique, la plu­part des pi­geon­niers datent du XIXe siècle. Ce­lui de Leyvaux pos­sède une base car­rée, cou­verte d’une toi­ture py­ra­mi­dale en lauzes. Ce type de pi­geon­nier est tou­te­fois moins ré­pan­du, on le re­trouve sur­tout en Haute-Au­vergne. Gé­né­ra­le­ment, le rez-de-chaus­sée sert à en­tre­po­ser du ma­té­riel, tan­dis que la par­tie su­pé­rieure est oc­cu­pée par les ni­choirs des pi­geons. L’ac­cès se fait par une échelle ins­tal­lée à l’in­té­rieur pour ré­cu­pé­rer la co­lom­bine.

11. LES GROTTES DE COU­TEAUX À LANTRIAC (HAUTE-LOIRE). Vil­lage tro­glo­dy­tique. C’est l’exemple le plus re­pré­sen­ta­tif du tro­glo­dy­tisme dans le dé­par­te­ment. Voi­ci plu­sieurs mois, ce site s’éten­dant sur 150 mètres avait connu des ébou­le­ments : une faille lon­gi­tu­di­nale au­rait même été re­le­vée dans le pla­fond des grottes. Ces me­naces ont in­ci­té Sté­phane Bern à clas­ser les grottes dans le pa­tri­moine à sau­ve­gar­der. Le coût to­tal des tra­vaux de ré­ha­bi­li­ta­tion a été éva­lué à 30.765 eu­ros ; il res­te­rait à trou­ver un mon­tant d’en­vi­ron 15.000 eu­ros. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.