Les pê­cheurs font le point des ur­gences

Les pré­si­dents des so­cié­tés de pêche du bas­sin ver­sant Al­lier se sont réunis pour faire le point

La Montagne (Haute-Loire) - - La Une -

Les pré­si­dents des so­cié­tés de pêche du bas­sin ver­sant Al­lier se sont réunis pour faire le point sur les pro­blèmes à trai­ter lors de l’as­sem­blée gé­né­rale dé­par­te­men­tale du 28 avril.

Les pré­si­dents de so­cié­tés de pêche du Bas­sin­ver­sant Al­lier se sont en­tre­te­nus, vendredi, à Au­ba­zat, de pro­blèmes ré­cur­rents à pré­sen­ter lors de l’as­sem­blée gé­né­rale dé­par­te­men­tale de la pêche, qui se tien­dra le 28 avril à Bas­en­Bas­set. En pré­sence du pré­sident du SAGE du Haut­Al­lier, Fran­cis Rome, et du dé­pu­té Pe­ter Vi­gier, quatre su­jets ma­jeurs ont été dé­bat­tus.

Les cor­mo­rans. Florent Georges, pré­sident de la so­cié­té de pêche de Lan­geac pose le pro­blème cor­mo­rans sur la table : « la Ligue de pro­tec­tion des oi­seaux (LPO) nous met la pres­sion de plus en plus chaque an­née. » Se­lon lui, les quo­tas de tir fixés par la LPO sont « en dé­ca­lage avec la pro­li­fé­ra­tion de l’es­pèce et les dé­gâts » en­gen­drés. Les pê­cheurs sou­haitent être in­dem­ni­sés pour la perte de pois­sons ré­in­tro­duits et man­gés par les cor­mo­rans. D’autres pro­po­si­tions sont à l’étude. Se­lon eux, sur la pé­riode 20162017, « 480 cor­mo­rans au­raient été comp­tés dans le dé­par­te­ment, re­pré­sen­tant 36 tonnes de pois­sons man­gées ». Un pré­ju­dice qu’ils es­timent à 360.800 € par an pour les pê­cheurs.

Le sau­mon. « On va mon­ter au cré­neau pour ex­pli­quer ce que l’on sou­haite : ale­vi­ner en amont de Lan­geac », sou­li­gnait Pe­ter Vi­gier. Les ale­vins ne pou­vant être dé­ver­sés sur cet­ te zone se­lon des di­rec­tives na­tio­nales afin de « pro­té­ger la re­pro­duc­tion na­tu­relle du sau­mon par rap­port aux ale­vins de la sal­mo­ni­cul­ture de Chan­teuges ».

« L’ale­vi­nage se fait sur­tout en aval de Brioude, dans une eau pol­luée par les plaines agri­coles et dont la tem­pé­ra­ture est éle­vée », ex­plique Louis Sau­va­det, pré­sident de l’as­so­cia­tion pro­tec­trice du sau­mon.

Des sau­mons morts d’épui­se­ment

Le bar­rage de Pou­tès. Dans cette re­te­nue d’eau de 3,5 km de long, les pe­tits sau­mons peinent à trou­ver la sor­tie, « tournent dans la re­te­nue, meurent d’épui­se­ment, se font man­ger par les pré­da­teurs, ou fi­nissent dans les tur­bines », ex­plique Louis Sau­va­det. De plus, les pois­sons met­traient trop long­temps à pas­ser la re­ te­nue. De ce fait ils n’au­raient pas le temps d’adap­ter leur mor­pho­lo­gie pour le pas­sage de l’eau douce de la ri­vière à l’eau sa­lée de l’océan. Sans par­ler de l’obs­tacle que Pou­tès consti­tue dans la mon­tai­son du sau­mon adulte.

La truite. Pol­lu­tion de l’eau, fonds des ri­vières de plus en plus col­ma­tés : les beaux spé­ci­mens de truites tendent à dis­pa­raître se­lon Pa­trice De­camps, pré­sident de l’AAPPMA de Chan­teuges. « Les pê­cheurs de truites ne viennent plus, sou­ligne­t­il. On est en train de perdre toute la base de l’éco­no­mie de la truite. » Il pro­pose la créa­tion d’un groupe de tra­vail entre les dif­fé­rents pré­si­dents du bas­sin ver­sant afin de pal­lier à ce dé­li­te­ment des condi­tions de vie du pois­son, res­tant, d’après Pe­ter Vi­gier, « la base de l’ac­ti­vi­té de la pêche ». ■

PÊ­CHEURS. juillet 2017) Les su­jets des cor­mo­rans, du sau­mon, du bar­rage de Pou­tès (pho­to d’ar­chives et de la truite se­ront évo­qués lors de l’as­sem­blée gé­né­rale dé­par­te­men­tale, fin avril.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.