Ma­rion Lor­blan­chet, an­cienne ath­lète de haut ni­veau et coach de vie

La Montagne (Haute-Loire) - - Le Fait Du Jour - Sté­pha­nie Mer­zet

Ce n’est un se­cret pour per­sonne, le sport mas­cu­lin a beau­coup plus la cote… Tou­te­fois, la Cler­mon­toise Ma­rion Lor­blan­chet, an­cienne cham­pionne de tri­ath­lon, a su se dé­mar­quer dans ce mi­lieu es­sen­tiel­le­ment plé­bis­ci­té par les hommes.

Cette femme s’est lan­cée dans le tri­ath­lon à l’âge de 14 ans. Au dé­but des an­nées 2000, elle de­vient cham­pionne du monde ju­nior de la dis­ci­pline. En pa­ral­lèle, elle signe son pre­mier contrat pro­fes­sion­nel et en­tame une chasse aux spon­sors.

« Je sa­vais qu’ils in­ves­tis­saient d’abord sur les hommes, comme ils le font d’ailleurs dans tous les sports. Mais j’avais dé­ci­dé d’opé­rer une stra­té­gie de com­mu­ni­ca­tion pour sor­tir du lot. Il n’était pas ques­tion de me sen­tir dé­va­lo­ri­sée parce que j’étais une femme », af­firme­telle.

Ma­rion Lor­blan­chet pour­suit avec suc­cès sa vie d’ath­lète en tant que pro­fes­sion­nelle, sans man­quer de no­ter des dif­fé­rences avec ses ho­mo­logues mas­cu­lins : « Nous sommes moins bien payées puis­qu’ils gagnent le double. » Le dé­fi était donc de réus­sir à tra­vers les ré­sul­tats spor­tifs et aus­si d’uti­li­ser son éner­gie pour conqué­rir les par­te­naires : « Mais se­lon moi, être une femme est l’op­por­tu­ni­té de réa­li­ser quelque chose de plus fort que si on était un homme. J’ai deux filles et c’est dans cet es­prit­là que je sou­haite les éle­ver », sou­ligne­t­elle. Ma­rion Lor­blan­chet a donc trans­for­mé en force ce qui sem­blait être une « fai­blesse ». C’est sû­re­ment avec ce cre­do qu’elle a ac­cep­té que sa car­rière de spor­tive s’ar­rête pré­ma­tu­ré­ment à 30 ans. « Un jour, j’ai ap­pris que j’avais une tu­meur cé­ré­brale. Elle était bé­nigne, mais tout a bas­cu­lé. Il a fal­lu se re­cons­truire. »

Au­jourd’hui, Ma­rion Lor­blan­chet a mon­té sa propre so­cié­té, O2B Life. Elle in­ter­vient pour coa­cher des par­ti­cu­liers et aus­si en en­tre­prise. « C’est un mi­lieu où l’on croise des ma­chos. Mais, les choses ont évo­lué. Les femmes ont des postes qu’au­cune ne pou­vait bri­guer il y a dix ans. La clé de leur réus­site est tou­jours la même : ne sur­tout pas jouer la vic­time ou être trop au­to­ri­taire. » ■

PHOTO RICHARD BRUNEL

SPOR­TIVE. « Les femmes ne doivent pas se sen­tir dé­va­lo­ri­sées. Au contraire, elles doivent trans­for­mer leur sta­tut en atout. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.