Ré­forme du tra­vail : les pour et les contre

Ar­gu­ments croisés Les di­ri­geants d’en­tre­prise, adhé­rents du Me­def en tête, sont a prio­ri lar­ge­ment fa­vo­rables au conte­nu des or­don­nances an­non­cées par le gou­ver­ne­ment. Mais dans les en­tre­prises de taille in­ter­mé­diaire, dans les pe­tites so­cié­tés ou dans le

La Montagne (Issoire) - - La Une - Pa­trice Cam­po pa­trice.cam­po@cen­tre­france.com

PUY-DE-DÔME. Les acteurs lo­caux, en­tre­prises et syn­di­cats s’ex­priment sur les or­don­nances pré­sen­tées par le gou­ver­ne­ment et vi­sant à ré­for­mer le code du tra­vail. MO­BI­LI­SA­TION. Pre­mière jour­née test pour les op­po­sants aux or­don­nances qui ap­pellent à faire grève et à ma­ni­fes­ter, ce ma­tin, à 10 heures, à Cler­mont.

Le monde de l’en­tre­prise n’est pas ce­lui du si­lence mais quand il s’agit d’évo­quer la ré­forme du Code du tra­vail, ce­la y res­semble un peu. Tout juste cer­tains di­ri­geants de pe­tite ou moyenne en­tre­prise, du bout des lèvres et sous cou­vert de l’ano­ny­mat, lâchent­ils : « Ce n’est pas la ré­forme qui fe­ra les em­bauches, c’est le car­net de commandes ». Jean­Luc Hel­bert, pré­sident de la Chambre de Mé­tiers du Puyde­Dôme, est plus ex­pli­cite : « Sur le vo­lume d’em­plois que ce­la peut gé­né­rer, je ne suis pas convain­cu. On em­bau­che­ra s’il y a du tra­vail et la re­prise an­non­cée n’est pas si nette que ça alors que les contraintes à l’em­bauche per­durent ». Le re­pré­sen­tant des ar­ti­sans et TPE voit quand même d’un bon oeil « l’éga­li­sa­tion des condi­tions de tra­vail entre les au­toen­tre­pre­neurs et les ar­ti­sans ». Il en va de même pour la li­mi­ta­tion an­non­cée des in­dem­ni­tés prud’ho­males qui don­ne­ra « plus de sé­cu­ri­té mais pas for­cé­ment de la vi­si­bi­li­té ». Pour Claude Bar­bin, pré­sident de la CCI du Puy­de­Dôme, « don­ner plus de li­ber­té et de sou­plesse à la né­go­cia­tion au sein de l’en­tre­prise consti­tue une avan­cée bien évi­dem­ment po­si­tive », mais « l’es­sen­tiel, c’est de re­don­ner la confiance aux chefs d’en­tre­prise ». La confiance, ce res­sort in­dis­pen­sable pour in­ves­tir et em­bau­cher. A l’uni­ver­si­té du Me­def, fin août, Jean­Dominique Se­nard, pa­tron de Mi­che­lin, es­ti­mait : « Ces pro­jets d’or­don­nances, les pro­jets fis­caux aus­si, font le­ver un vent d’es­poir. Il ne faut pas que cet es­poir soit dé­çu. Les en­tre­prises ont be­soin de confiance sur la du­rée, c’est la res­pon­sa­bi­li­té de l’État de l’éta­blir. » Mi­chel Bouys­sy, pré­sident du Me­def Puy­de­Dôme, tra­duit ain­si les at­tentes du pa­tro­nat : « Nous sommes fa­vo­rables au dia­logue so­cial ra­me­né au ni­veau de la branche et de l’en­tre­prise. On sort de l’éga­li­ta­risme par la loi, prin­ci­pal frein à la crois­sance. Ces dis­po­si­tions sont par­ti­cu­liè­re­ment adap­tées aux PME. Il fau­dra qu’elles se les ap­pro­prient. » Mais pour le Me­def, ces or­don­nances ne suf­fisent pas. Au su­jet des ins­ti­tu­tions re­pré­sen­ta­tives du per­son­nel, Phi­lippe Char­vé­ron, dé­lé­gué gé­né­ral pour l’Al­lier, es­père que la fu­sion condui­ra à « une op­ti­mi­sa­tion des coûts liés au dia­logue so­cial et à plus de sim­pli­ci­té ». Pour lui, « la fai­blesse prin­ci­pale de ces textes, c’est de ne pas avoir tou­ché à la li­mite des cin­quante salariés. Il au­rait fal­lu que ce seuil passe à cent. » Mi­chel Bouys­sy es­time, pour com­plé­ter la po­si­tion du Me­def, que cette ré­forme doit être ac­com­pa­gnée « d’un vo­let éco­no­mique sou­te­nant la com­pé­ti­ti­vi­té », vo­let attendu dans la fou­lée des or­don­nances. Au plus près du ter­rain, Christelle Sol, fon­da­trice de la so­cié­té nais­sante Miamz’y, se montre plus scep­tique : « Nous, star­tup, avons be­soin d’aides aux pre­mières em­bauches. Il n’y en a pas. Ce sont les grands groupes qui en bé­né­fi­cie­ront ».

« C’est de re­don­ner confiance aux en­tre­prises »

PHO­TO THIER­RY LINDAUER

PHO­TO D’AR­CHIVES RÉ­MI DUGNE

MO­BI­LI­SA­TION. Ma­ni­fes­ta­tions contre la loi El Khom­ri, à l’au­tomne et au prin­temps der­nier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.