Vers une « op­po­si­tion pa­ci­fique » en Ca­ta­logne ?

Le pré­sident des­ti­tué veut pro­lon­ger le bras de fer.

La Montagne (Issoire) - - La Une -

Au len­de­main de la dé­cla­ra­tion d’in­dé­pen­dance, le pré­sident ca­ta­lan des­ti­tué Carles Puig­de­mont a pous­sé en­core plus loin son bras de fer avec Ma­drid, hier, en ap­pe­lant ses par­ti­sans à s’op­po­ser pa­ci­fi­que­ment à la re­prise en main de la ré­gion.

«Nous sommes cer­tains que la meilleure ma­nière de dé­fendre les vic­toires ob­te­nues jus­qu’à ce jour est l’op­po­si­tion dé­mo­cra­tique à l’ap­pli­ca­tion de l’ar­ticle 155 » de la Cons­ti­tu­tion es­pa­gnole, uti­li­sé par Ma­drid pour prendre le contrôle de la Ca­ta­logne, a dé­cla­ré Carles Puig­de­mont, hier après­mi­di, dans un dis­cours té­lé­vi­sé. Le di­ri­geant sé­pa­ra­tiste n’a pas pré­ci­sé de quelle ma­nière cette op­po­si­tion doit se ma­ni­fes­ter. Mais de­puis plu­sieurs jours, des « Co­mi­tés de dé­fense de la Ré­pu­blique » is­sus des quar­tiers ap­pellent à la « ré­sis­tance pa­ci­fique » des Ca­ta­lans contre la tu­telle de l’Etat. Dans un dé­cor com­po­sé d’un dra­peau ca­ta­lan et d’un dra­peau eu­ro­péen, Carles Puig­de­mont a af­fir­mé que la des­ti­tu­tion de son gou­ver­ne­ment et la dis­so­lu­tion du par­le­ment ré­gio­nal dé­ci­dées ven­dre­di par Ma­ drid étaient « contraires à la vo­lon­té des ci­toyens » de Ca­ta­logne. Il a pro­mis de conti­nuer à « oeu­vrer pour construire un pays libre », de ma­nière « pa­ci­fique ». La ver­sion écrite de son dis­cours est d’ailleurs si­gnée « Carles Puig­de­mont, pré­sident de la Ge­ne­ra­li­tat (gou­ver­ne­ment) de Ca­ta­logne », ce qui laisse en­tendre qu’il n’ac­cepte pas sa des­ti­tu­tion. Pen­dant ce temps, le gou­ver­ne­ment es­pa­gnol, qui a re­fu­sé de com­men­ter les dé­cla­ra­tions du chef de file in­dé­pen­dan­tiste « dé­mis de toutes ses fonc­tions », cher­chait à re­prendre en main la Ca­ta­logne. La ré­gion est dé­sor­mais di­ri­gée di­rec­te­ment par la nu­mé­ro 2 du gou­ver­ne­ment, So­raya Saenz de San­ta­ma­ria. Une des pre­mières dé­ci­sions a été la prise de contrôle de la po­lice ca­ta­lane, dont l’em­blé­ma­tique chef Jo­sep Lluis Tra­pe­ro a été rem­pla­cé par son ad­joint. Se­lon la presse, près de 150 hauts res­pon­sables de l’ad­mi­nis­tra­tion ca­ta­lane se­ront dé­mis de leurs fonc­tions.

Le 21 dé­cembre…

Hier, le calme ré­gnait dans les rues de Bar­ce­lone. A Ma­drid, quelques mil­liers de per­sonnes se sont ras­sem­blées pour dé­fen­ dre l’uni­té de l’Es­pagne. Dans le cadre de l’ar­ticle 155, le chef du gou­ver­ne­ment conser­va­teur es­pa­gnol, Ma­ria­no Ra­joy, a convo­qué des élec­tions dans la ré­gion pour le 21 dé­cembre, pré­sen­tées comme un moyen de sor­tir l’Es­pagne de sa pire crise politique de­puis 1977. Lors des der­nières élec­tions ré­gio­nales, en 2015, l’en­semble des for­ma­tions pro­sé­ces­sion (de l’ex­trême gauche au centre droit) avaient ob­te­nu 47,8 % des suf­frages, mais une ma­jo­ri­té en sièges au par­le­ment ca­ta­lan. Toutes les grandes ca­pi­tales oc­ci­den­tales ont an­non­cé leur sou­tien à l’uni­té de l’Es­pagne, mais le pré­sident du Conseil eu­ro­péen Do­nald Tusk a ap­pe­lé Ma­drid à choi­sir « la force de l’ar­gu­ment plu­tôt que l’ar­gu­ment de la force », alors que beau­coup craignent que la Ca­ta­logne ne soit en­traî­née dans une spi­rale de troubles.

AFP

AU CONTACT. Carles Puig­de­mont, en com­pa­gnie de son épouse (as­sise, au centre), en grande dis­cus­sion, hier, avec des ha­bi­tants de sa ville de Gé­rone.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.