A saute nuages au-des­sus de la chaîne des Puys

La Montagne (Issoire) - - Grand Angle - Ré­mi Pi­ro­nin lo­cale@cen­tre­france.com

La Bal­loon Team Saint-Mi­chel a choi­si le ciel au­ver­gnat pour or­ga­ni­ser, ce week-end, son ras­sem­ble­ment an­nuel de mont­gol­fières. Une dou­zaine de bal­lons ont sur­vo­lé la chaîne des Puys jouant à cache-cache avec les nuages. Un spec­tacle unique au­quel nous avons as­sis­té pen­dant quelques di­zaines de mi­nutes. Em­bar­quez !

1 0 h 30. En pas­sant la tête par­des­sus la na­celle, Laurent sou­rit. Au loin, le géant des Dômes daigne en­fin re­ti­rer sa coiffe va­po­reuse pour lais­ser ap­pa­raître son ai­guille per­çant les nuages. Pi­lote de mont­gol­fière de­puis plus de quinze ans, le Bour­gui­gnon n’avait ja­mais sur­vo­lé la chaîne des Puys. Mais ce court ins­tant de bon­heur se mé­rite! 7h15. Dans la nuit fraîche, une dou­zaine de pi­lotes et leurs pas­sa­gers se ras­semblent près du site du Pa­no­ra­mique des Dômes. Lampe de poche en main, Laurent nous sa­lue. Il se­ra notre guide pour sur­vo­ler les vol­cans. Quelques mètres plus loin, sa femme Alice et leurs deux en­fants Ga­bin, 12 ans, et son pe­tit frère, Ar­thur, pa­tientent près de la voi­ture. Pour eux, le bal­lon est une his­toire de fa­mille. « Le pi­lo­tage de mont­gol­fière est une pas­sion vrai­ment pre­nante puis­qu’on sillonne la France, as­sure Laurent. Si on ne fai­sait pas ça en fa­mille, on ne se ver­rait ja­mais. » Sur la voi­ture, un au­to­col­lant en forme de pan­neau de si­gna­li­sa­tion aus­tra­lien donne le ton : « Ar­rêts fré­quents bal­loons. » Nous mon­tons. La co­horte lu­mi­neuse de vé­hi­cules trac­tant des re­morques prend la route di­rec­tion le nord de la chaîne des Puys. Les étoiles brillent, les condi­tions s‘an­noncent par­faites. 8h30. Ins­tal­lée dans un vaste champ au­des­sus de Vol­vic, l’équipe pa­tiente. Les belles étoiles ont lais­sé place à des nappes de nuages ac­cro­chées aux vol­cans. Quelques flammes viennent bri­ser le calme ma­ti­nal pour vé­ri­fier les brû­leurs mais rien ne bouge. « Ça ar­rive as­sez sou­vent, ex­plique le pi­lote ins­truc­teur. En­vi­ron 20 % des vols en mont­gol­fières sont re­por­tés à cause des condi­tions mé­téo­ro­lo­giques. Un vol, ça se mé­rite ! Il faut être pa­tient. » Une pre­mière réunion a lieu avec le di­rec­teur des vols. Dé­ci­sion est prise d’at­tendre le le­ver du so­leil pour l’ins­tant caché der­rière une mer de nuages. 9 h 30. Le calme laisse place à l’agi­ta­tion. Le So­leil a fait son tra­vail, les nuages ont dé­cro­ché. Le vol peut com­men­cer. Laurent en­clenche le ven­ti­la­teur, la toile se gonfle peu à peu. Tour à tour, les bal­lons se re­dressent dans un im­pres­sion­nant ba­lai de vo­lumes orange. Alice re­tient la nôtre avec une longue corde. Laurent prend place dans la na­celle. « Mon­tez ! ». Nous grim­pons alors que d’autres bal­lons prennent dé­jà leur en­vol di­rec­tion le géant des Dômes. L’ex­ci­ta­tion est pal­pable. Quelques mi­nutes plus tard, les voi­tures lais­sées plus bas ne sont plus que des pe­tits points noirs. « Nous al­lons mon­ter jus­qu’à 1.800 mètres d’al­ti­tude pour pas­ser au­des­sus du Puy­de­Dôme, in­dique Laurent. Notre vi­tesse est de 45 km/h, tout va bien. » L’im­pres­sion de ver­tige est in­exis­tante. Le pay­sage gran­diose. À l’est, le So­leil s’élève au­des­sus des monts du Fo­rez et de la mer de nuages qui noie la plaine de la Li­magne. Les mi­nutes filent, les nuages dé­filent. Le si­lence. De temps en temps, des trouées laissent ap­pa­raître une chaîne des Puys pa­rée de ses ha­bits d’au­tomne. Nous flir­tons avec l’ai­guille du puy de Dôme avant de fi­ler vers le sud. « At­ten­tion, ça va se­couer », Laurent vient clore cette pa­ren­thèse en­chan­tée. Une heure dé­jà. L’at­ter­ris­sage s’avère moins calme que le vol mais tout va bien. Notre pé­riple s’achève dans un champ près de Né­bou­zat, non sans avoir, tra­di­tion oblige, trin­qué tous en­semble à la réus­site du vol. Une ex­pé­rience unique à réa­li­ser d’ur­gence!■

« Un vol, ça se mé­rite ! Il faut être pa­tient » « Nous al­lons mon­ter jus­qu’à 1.800 mètres d’al­ti­tude »

PHO­TO RÉ­MI PI­RO­NIN

TÊTE-À-TÊTE. Pen­dant quelques mi­nutes, le géant des Dômes s’est dé­cou­vert pour lais­ser place à une danse gran­diose avec les mont­gol­fières.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.