Les ma­chines à cash ne font plus re­cette

La Montagne (Issoire) - - La Une -

Le mou­ve­ment est en­core ti­mide mais il est bien en­clen­ché. Les dis­tri­bu­teurs au­to­ma­tiques de billets (DAB) sont en voie de dis­pa­ri­tion en mi­lieu ru­ral. L’Au­vergne compte en­core entre 1.200 et 1.300 dis­tri­bu­teurs de billets. L’ob­jec­tif est clai­re­ment de di­mi­nuer l’usage de l’ar­gent li­quide.

Banques Le mou­ve­ment est en­core ti­mide mais il est en­clen­ché. Le parc de dis­tri­bu­teurs au­to­ma­tiques de billets (DAB) tend à se ré­duire, en pre­mier lieu dans les zones ru­rales où des so­lu­tions al­ter­na­tives émergent. À plus long terme, la courbe des­cen­dante des paie­ments en es­pèces pose la ques­tion de l’exis­tence même des DAB.

Pa­trice Cam­po pa­trice.cam­po@cen­tre­france.com n monde sans dis­tri­bu­teurs au­to­ma­tiques de billets, ce n’est pas pour de­main. Pour après­de­main, peu­têtre si l’on se fie aux courbes croi­sées des paie­ments en es­pèces et de ceux en cartes de cré­dit. De­puis 2011, le nombre de re­traits d’es­pèces par carte ban­caire di­mi­nue en France et la baisse s’est ac­cé­lé­rée de­puis deux ans à ­ 5 % (source Fé­dé­ra­tion des banques fran­çaises). Les paie­ments par carte, en re­vanche, aug­mentent conti­nuel­le­ment (+ 5,5 % en 2016). L’aug­men­ta­tion conti­nue du nombre de cartes en cir­cu­la­tion comme celle des ter­mi­naux com­pa­tibles, conju­guées aux so­lu­tions de paie­ment mo­bile émer­gentes vont ac­cen­tuer la ten­dance. Di­mi­nuer l’usage de l’ar­gent li­quide « Baisse du pla­fond des paie­ments en es­pèces à 1.000 €, paie­ments par cartes pos­sibles dès 1 € et sans contact jus­qu’à 30 € : tous ces si­gnaux en­voyés par l’État vont di­mi­nuer l’usage du cash », ex­plique Pas­cal Pouyet, membre du di­rec­toire de la Caisse d’Épargne Au­vergne­Li­mou­sin. Jus­qu’à faire dis­pa­raître les fa­meux dis­tri­bu­teurs de billets ? Nous en sommes en­core loin, mais le mou­ve­ment est en­clen­ché, même si l’ac­teur prin­ci­pal sur la ré­gion, le Cré­dit Agri­cole Centre France, in­dique une cer­taine sta­bi­li­té en la ma­tière. Un DAB fer­mé à Po­ly­dome, à Cler­mont­Fer­rand ? « Oui, mais parce que les re­traits y étaient in­suf­fi­sants et parce que deux dis­tri­bu­teurs, Bar­bier­Dau­brée et stade Mi­che­lin, sont proches », plaide Fré­dé­ric Du­pou­het, char­gé de com­mu­ni­ca­tion. Et pour les zones ru­rales, ce ré­seau s’ap­puie sur des points verts ré­ser­vés à ses clients. Si cer­tains ne com­mu­niquent pas sur leur ré­seau de DAB, comme la Banque Po­pu­laire, la Caisse d’Épargne n’élude pas la ré­duc­tion de son dis­po­si­tif (­25 DAB sur 260 de­puis 2014, dont 60 % en zones ru­rales) sans faire mys­tère de la rai­son prin­ci­pale : des points où les re­traits étaient ju­gés in­suf­fi­sants. Elle a éga­le­ment stop­pé, sur la même pé­riode, l’ex­ploi­ta­tion d’une ving­taine de dis­tri­bu­teurs hors agences, no­tam­ment des ap­pa­reils en fin de vie. Les usages changent, les banques s’adaptent. Et si le mou­ve­ment s’ac­cé­lère, peut­être les grands ré­seaux en vien­dront­ils à mu­tua­li­ser leurs dis­tri­bu­teurs, comme l’ont fait tout ré­cem­ment les trois prin­ci­pales banques des Pays­Bas. « Mais nous n’en sommes pas là en France », es­time Paul Ke­ran­gue­ven, pré­sident du di­rec­toire de la Caisse d’Épargne Au­vergne­Li­mou­sin. En at­ten­dant, les re­traits d’es­pèces pour­raient être en par­tie trans­fé­rés aux com­mer­çants vo­lon­taires dès 2018. « La di­rec­tive eu­ro­péenne qui va dans ce sens pour­rait être trans­po­sée en droit fran­çais en jan­vier, dans un cadre ré­gle­men­taire à dé­fi­nir », ex­plique Jean­Noël Mé­riot, di­rec­teur de la Banque de France pour le Puy­de­Dôme. Con­crè­te­ment, par exemple, en ache­tant pour 30 € et en payant 70 € par carte ban­caire chez un com­mer­çant, le client ré­cu­pé­re­rait 40 € en es­pèces, sans pas­ser par un DAB.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.