Fleu­rus sti­mu­lé par les grands du luxe

L’en­tre­prise de­vrait dé­pas­ser les 30 mil­lions d’eu­ros de chiffre d’af­faires, un re­cord, en 2017

La Montagne (Issoire) - - LES MARDIS DE L'ECONOMIE - Da­vid Al­li­gnon da­vid.al­li­gnon@cen­tre­france.com

300 sa­la­riés pré­vus en 2019 sur le site de pro­duc­tion de Saint­Flour Chris­tian Sart, di­rec­teur du site de Saint­Flour, a pris sa re­traite après 42 ans

Être tou­jours à la pointe dans le do­maine ul­tra-concur­ren­tiel de la confec­tion d’ar­ticles de luxe n’est pas une mince affaire. Le groupe Fleu­rus y par­vient. Mieux, il pro­gresse. «N os bases sont so­lides ». Ces quatre mots ré­sument à eux seuls une pro­gres­sion du chiffre d’af­faires in­édite : 14 % de­puis le mois de jan­vier. Cé­cile La­val, PDG du groupe Fleu­rus (*), a le sou­rire. Sa so­cié­té de­vrait pas­ser la barre des 30 mil­lions d’eu­ros de chiffre d’af­faires d’ici à fin 2017. Un re­cord pour l’en­tre­prise fa­mi­liale fon­dée en 1942 à Saint­Flour, par Pierre La­val, son grand­père. Son suc­cès tient à la san­té re­mar­quable de l’in­dus­trie du luxe. Vuit­ton, Cha­nel ou Her­mès, ces éten­dards de la mode fran­çaise ex­portent leurs créa­tions dans le monde en­tier pour de riches clients. Et sur­tout vers la Chine, nou­vel el­do­ra­do pour les marques de prê­tà­por­ter. Sacs à main, ac­ces­soires en cuir, montres… L’ac­crois­se­ment de la de­mande est tel qu’il oblige les sous­trai­tants à ré­agir. Le groupe Fleu­rus ne fait pas ex­cep­tion.

Re­cru­te­ment

La PME Vul­ca­cuir, fi­liale du groupe Fleu­rus, ins­tal­lée sur la zone ar­ti­sa­nale du Ro­zier­Co­ren, en bor­dure de l’A75, s’est spé­cia­ li­sée dans la confec­tion d’ar­ticles de ma­ro­qui­ne­rie, la fa­bri­ca­tion de bra­ce­lets­montres, la gai­ne­rie et les ar­ticles de voyage haut de gamme. Pour ré­pondre à la de­mande, le groupe crée des em­plois. De 125 sa­la­riés en 2015, l’ate­lier san­flo­rain ac­tuel­le­ment à 210 em­ployés, doit at­teindre le chiffre de 300 d’ici à 2019. « Nous re­cru­tons et for­mons en ce mo­ment 35 per­sonnes ». Ces re­cru­te­ments, en par­te­na­riat avec Pôle em­ploi et les agences d’in­té­rim, concernent des sa­voir­faire ma­nuels spé­ci­fiques comme ce­lui de pi­queur ou de dé­coupe du cuir.

2.5 mil­lions d’eu­ros

Ces nou­veaux contrats d’em­bauche s’ac­com­pagnent d’une ex­ten­sion des ins­tal­la­tions. Un se­cond ate­lier de 2.700 m2 se­ra mis en chan­tier dans les pro­chains mois. Un in­ves­tis­se­ment né­ces­saire de 2.5 mil­lions d’eu­ros pour suivre la me­sure im­po­sée par des clients exi­geants et sou­li­gner l’an­crage du groupe dans le Can­tal, près de ses ra­cines his­to­riques. « Ici, il y a un maire, une Com­mu­nau­té de com­munes dy­na­miques, ob­serve Cé­cile La­val. Et l’A75 est une au­baine. On est ou­vert sur le bu­si­ness, sur le monde grâce à cette voie de com­mu­ni­ca­tion ». Il ne manque que la fibre op­tique an­non­cée pour la fin de l’an­née. « On en a be­soin ! ». Constante, Vul­ca­cuir a su se faire un nom dans le sec­teur très concur­ren­tiel du luxe et ac­qué­rir la confiance de com­man­di­taires qui ne tran­sigent pas sur la qua­li­té et la confi­den­tia­li­té. Une crois­sance ex­cel­lente, un car­net de com­mandes plein, Fleu­rus sé­duit de nou­veaux clients, en France comme à l’étran­ger, sans ja­mais rien bous­cu­ler de ses fon­da­men­taux. « On est là pour du­rer », conclut, am­bi­tieuse, Cé­cile La­val. (*) Le Groupe Fleu­rus a trois sites de pro­duc­tion : à Saint­Flour (Can­tal), Bel­le­rive (Allier) et Ma­da­gas­car ras­sem­blant, d’ici à 2019, plus de 650 sa­la­riés.

CRÉ­DIT PHO­TO D.R.

MINUTIE. Les sa­la­riés em­bau­chés en ate­lier bé­né­fi­cient d’une formation de plu­sieurs mois pour ac­qué­rir un geste sûr.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.