Le bra­queur était dé­pres­sif

Le père de fa­mille écope de deux ans de pri­son ferme

La Montagne (Issoire) - - Région Actualité - Ophé­lie Cré­milleux ophe­lie.cre­mil­leux@cen­tre­france.com

Le bra­queur d’un bu­reau de ta­bac si­tué dans le cen­tre­ville du Puy-en-Velay, a été condam­né à deux ans d’em­pri­son­ne­ment ferme par le tri­bu­nal po­not.

«Al­cool, ca­chets… C’était pas moi ce jour­là ». Le mer­cre­di 3 oc­tobre, le sou­deur payé au Smic entre dans le bu­reau de ta­bac Le Saint­Jacques, dans le centre­ville du Puy­en­Velay avec, dans une main, un pis­to­let en plas­tique « ga­gné à la foire » par son fils et un cut­ter dans l’autre.

Ca­puche sur la tête, fou­lard sur le nez, il exige la caisse. Elle est vide, le com­merce ve­nant d’ou­vrir ses portes. Le bu­ra­liste lui re­met six pa­quets de ci­ga­rettes. Le bra­queur s’en contente, tourne les ta­lons et s’en va (*).

Le tren­te­naire n’avait be­soin ni d’ar­gent, ni de ci­ga­rettes. « J’ai agi sur un coup de tête. J’ai dis­jonc­té », dit­il à la barre du tri­bu­nal cor­rec­tion­nel du Puy. La faute à des nuits sans som­meil, aux an­ti­dé­pres­seurs mé­lan­gés à l’al­ co­ol et à l’ab­sence de ce fils de 7 ans qu’il n’a pas vu « de­puis dix mois » à cause de son ad­dic­tion à la bois­son. « C’était un ap­pel au se­cours », sup­pose le pré­ve­nu.

Son avo­cate, elle, pense que le but était de sa­bo­ter l’au­dience à ve­nir pour la garde de son fils, « de peur qu’on l’em­pêche de le voir dé­fi­ni­ti­ve­ment. Le bra­quage n’était pas pré­pa­ré. Cet homme n’est pas connu pour être violent, im­pul­sif », le dé­fend Me Clau­zier, s’in­sur­geant contre les ré­qui­si­tions du par­quet.

Le pro­cu­reur a ré­cla­mé cinq ans de pri­son, dont deux as­sor­tis d’un sur­sis avec mise à l’épreuve. « Le bra­quage est un crime pas­sible de vingt ans de ré­clu­sion cri­mi­nelle », a­til rap­pe­lé. Mais compte te­nu des cir­cons­tances et de la fra­gi­li­té psy­cho­lo­gique du père de fa­mille, le tri­bu­nal a choi­si de ne pas suivre les ré­qui­si­tions.

« Il n’est pas connu pour être violent im­pul­sif »

Ke­vin Kel­ler a été condam­né à deux ans d’em­pri­son­ne­ment ferme. Si, pen­dant les deux ans à ve­nir, il re­fuse de se soi­gner, de tra­vailler ou d’in­dem­ni­ser le bu­ra­liste, il de­vra pur­ger un an de pri­son sup­plé­men­taire. Il a été re­con­duit à la mai­son d’ar­rêt à l’is­sue de l’au­dience. ■

(*) Il avait été in­ter­pel­lé peu après avoir re­ga­gné son do­mi­cile dans le centre­ville du Puy, grâce aux images de ca­mé­ras de vi­déo­sur­veillance qui ja­lon­naient son par­cours.

PHO­TO D’ILLUS­TRA­TION

VI­DÉO­SUR­VEILLANCE. Le bra­queur a été fil­mé du bu­reau de ta­bac jus­qu’à son do­mi­cile.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.