La ma­jo­ri­té à l’épreuve d’un pro­jet contro­ver­sé

Une se­maine de vifs dé­bats à l’As­sem­blée.

La Montagne (Montluçon) - - La Une -

Coup d’en­voi d’une se­maine de dé­bats ten­dus à l’As­sem­blée sur le pro­jet de loi asile et im­mi­gra­tion : le texte contro­ver­sé de Gé­rard Col­lomb met la ma­jo­ri­té à l’épreuve. Les op­po­si­tions s’in­surgent contre des me­sures ju­gées « laxistes » ou « dan­ge­reuses ».

L’As­sem­blée a en­ta­mé hier soir l’exa­men du pro­jet de loi asile et im­mi­gra­tion, le gou­ver­ne­ment plai­dant l’« ur­gence » à agir avec ce texte contro­ver­sé.

La loi a « trois ob­jec­tifs ma­jeurs : une im­mi­gra­tion mai­tri­sée, un droit d’asile ef­fec­tif, une in­té­gra­tion réus­sie », a af­fir­mé le mi­nistre de l’In­té­rieur, Gé­rard Col­lomb, à l’ou­ver­ture des dé­bats en pre­mière lec­ture.

Dans un hé­mi­cycle clair­se­mé, il a évo­qué la « crise mi­gra­toire » en Eu­rope et mis en avant la sa­tu­ra­tion en France des hé­ber­ge­ments d’ur­gence, qui conduit à une si­tua­tion « in­digne des tra­di­tions d’ac­cueil de la France, et de plus en plus dif­fi­cile à vivre pour un cer­tain nombre de nos conci­toyens ». « Il y a donc ur­gence à ré­agir face à une si­tua­tion qui se dé­grade d’an­née en an­née », a­t­il plai­dé.

Cri­ti­qué de­puis des mois par les as­so­cia­tions, le pro­jet pré­voit no­tam­ment de ré­duire à six mois les dé­lais d’ins­truc­tion de la de­mande d’asile, pour en­ta­mer ra­pi­de­ment le tra­vail d’in­té­gra­tion des ré­fu­giés et, à l’in­verse, de fa­ci­li­ter la re­con­duite à la fron­tière pour les dé­bou­tés.

La France a en­re­gis­tré plus de 100.000 de­mandes d’asile l’an der­nier, soit une hausse de 17,5 % par rap­port à 2016.

Le pro­jet de loi est cri­ti­qué au sein même de la ma­jo­ri­té. Les dis­cus­sions ont été agi­tées dès l’exa­men en com­mis­sion, ce qui a va­lu à la ving­taine de contes­ta­taires LREM un rap­pel à l’ordre du pré­sident de groupe, Ri­chard Fer­rand.

Le dé­lé­gué gé­né­ral de LREM Ch­ris­tophe Cas­ta­ner a ju­gé que ceux qui s’abs­tien­draient ou vo­te­raient contre “man­que­raient de so­li­da­ri­té”, ren­voyant à M. Fer­rand la res­pon­sa­bi­li­té de sanc­tions éven­tuelles.

Plus d’un mil­lier d’amen­de­ments sont au me­nu jus­qu’à la fin de la se­maine, dont 200 des dé­pu­tés LREM, un re­cord.

Chez les MoDem, cer­tains ont des « ré­serves » et dé­fen­dront des amen­de­ments pour l’amé­lio­rer, tout en ju­geant le pro­jet de loi « équi­li­bré dans ses ob­jec­tifs ».

Par­mi les points sen­sibles, fi­gurent les di­vers amen­de­ments pré­voyant d’ou­vrir le mar­ché du tra­vail aux de­man­deurs d’asile ou la ré­écri­ture du « dé­lit de so­li­da­ri­té » pour cer­taines per­sonnes ve­nant en aide aux mi­grants.

De son cô­té, la droite, qui dé­nonce « am­bi­tions bien mo­destes » et « laxisme », sou­haite pou­voir fixer des quo­tas d’ac­cueil an­nuels, li­mi­ter le re­grou­pe­ment fa­mi­lial, et éloi­gner plus fa­ci­le­ment les étran­gers re­pré­sen­tant une me­nace.

La pré­si­dente du FN et dé­pu­tée du Pas­de­Ca­lais Ma­rine Le Pen a, elle, pré­sen­té un contre­pro­jet d’une cin­quan­taine de pro­po­si­tions alors que ce texte va, se­lon

elle, « ac­cé­lé­rer » l’im­mi­gra­tion.

La gauche de la gauche es­time le pro­jet de loi « in­utile et dan­ge­reux », sur­fant « sur la lo­gique de la peur ».

Les so­cia­listes jugent que le texte « tourne le dos à nos prin­cipes consti­tu­tion­nels », les élus UDI­Agir veulent « équi­li­brer » ses me­sures.

L’As­sem­blée se pro­non­ce­ra à l’is­sue des échanges sur l’en­semble du texte, sans vote so­len­nel en rai­son de la pause qui s’en­suit dans les tra­vaux par­le­men­taires. ■

PHO­TO AFP

DE­VANT L’AS­SEM­BLÉE. Plu­sieurs cen­taines de ma­ni­fes­tants se sont ras­sem­blés hier pour dé­non­cer un pro­jet de loi « li­ber­ti­cide ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.