La su­per-ca­gnotte du ven­dre­di 13 a fait des émules

Comme à son ha­bi­tude, la su­per­ca­gnotte du ven­dre­di 13 a fait des émules du cô­té des pa­rieurs

La Montagne (Montluçon) - - La Une - Adrien Ma­ri­det mont­lu­con@cen­tre­france.com

Chaque ven­dre­di 13, c’est le même re­frain. Un Su­per Lo­to, des su­per­sti­tions et des joueurs dans les star­ting-blocks, qui n’hé­sitent pas à ten­ter leur chance pour es­pé­rer ra­fler la mise. Ren­contres.

Le proverbe dit que la chance sou­rit aux au­da­cieux. Pour pro­vo­quer cette chance, nom­breux sont ceux à avoir pous­sé la porte d’un bu­ra­liste hier dans la ci­té des bords du Cher pour ache­ter un ti­cket de lo­to et ten­ter le coup. Un coup que tous les su­pers­ti­tieux es­pèrent ga­gnant, « sans vrai­ment trop y croire », plai­sante un pa­rieur, son pré­cieux sé­same dans la main.

Ven­dre­di 13 oblige, la Fran­çaise des jeux, fi­dèle à ses ha­bi­tudes, avait dé­gai­né l’ar­tille­rie lourde avec son Su­per Lo­to de 13 mil­lions d’eu­ros (*). Mais aus­si cin­quante codes Lo­to ga­gnants d’une va­leur de 20.000 eu­ros et des gains plus consé­quents que d’or­di­naire pour les « pe­tits » ga­gnants. De quoi at­ti­rer les foules et sus­ci­ter l’en­thou­siasme des joueurs. Jour de chance pour les uns, de mal­chance pour les autres, ce

ven­dre­di à part était le deuxième de l’an­née, après ce­lui du mois d’avril qui n’avait pas vu de pa­rieur trou­ver la com­bi­nai­son ga­gnante en in­té­gra­li­té et rem­por­ter le gros lot.

Tôt hier ma­tin et tout au long de la jour­née, les clients du bas­sin mont­lu­çon­nais, jeunes et moins jeunes, se sont suc­cé­dé au comp­toir pour jouer au moins une grille pour le ti­rage de la su­per­ca­gnotte. « De fa­çon aléa­toire, en fai­sant confiance au ha­sard, ou sur bul­le­tin, en co­chant cinq nu­mé­ros fé­tiches, tels que les dates de nais­sance de ses en­fants », in­dique Au­drey Phi­li­po­net.

« Un ven­dre­di 13 est tou­jours une jour­née par­ti­cu­lière. C’est la jour­née de la chance, où l’en­goue­ment des pa­rieurs est dif­fé­rent des autres jours » , re­con­naît celle qui est à la tête du ta­bac­presse ­ Fran­çaise des Jeux Saint­Pierre de Jade, à Mont­lu­çon, de­puis dix ans. Une au­baine pour les bu­ra­listes. « Sur la jour­née, on réa­lise 30 à 40 % de ventes en plus, ti­ckets grat­tés ou bul­le­tins va­li­dés confon­dus », in­siste­t­elle, re­con­nais­sant au pas­sage avoir rem­pli une grille du Su­per Lo­to.

Même son de cloche du cô­té du Ma­ri­gny, im­plan­té ave­nue de la Ré­pu­blique. « Le ven­dre­di 13 est une tra­di­tion en France. Ce gros jack­pot mis en jeu mo­tive et in­cite les gens à jouer », af­firme Paul, gé­rant du bar ta­bac.

Aux cô­tés des ha­bi­tués se sont gref­fés de nom­breux joueurs oc­ca­sion­nels, bien dé­ci­dés à ten­ter leur chance. C’est le cas de Na­tha­lie, ins­tal­lée à Dé­ser­tines, qui a cra­qué pour une grille re­haus­sée de 2,20 eu­ros à 3 eu­ros pour l’oc­ca­sion. « Je ne suis pas une joueuse du tout et pas plus su­per­sti­tieuse que ce­la, c’est his­toire de. Je suis en va­cances ce soir en plus, donc ce se­rait un beau ca­deau. Et on ne sait ja­mais… », pré­cise­t­elle, le sou­rire aux lèvres.

« Sur la jour­née, on réa­lise 30 à 40 % de ventes en plus »

« Je dois être né sous une mau­vaise étoile »

De son cô­té, Gilles a va­li­dé quatre grilles du Su­per Lo­to, et ache­té un jeu de grattage, comme chaque lun­di, mer­cre­di et sa­me­di de­puis… tren­te­sept ans. « Cer­tains jouent une fois et gagnent. Je dois être né sous une mau­vaise étoile, puisque je n’ai ja­mais rien ga­gné. Mais je ne déses­père pas. Je conti­nue de jouer les chiffres de mon nu­mé­ro de té­lé­phone au lo­to. Si ça veut bien sor­tir un jour, ça amé­lio­re­rait ma pe­tite re­traite », as­sure le Mont­lu­çon­nais.

« Si la chance reste in­fime de re­par­tir avec le jack­pot, elle existe », es­time Ma­rie, ha­bi­tuée à jouer le res­tant de l’an­née, son nu­mé­ro fé­tiche 13 ran­gé dans la poche. Pour les su­pers­ti­tieux, il fau­dra dé­sor­mais pa­tien­ter jus­qu’en sep­tembre 2019, pour de nou­veau faire le pa­ri du ha­sard un ven­dre­di 13. ■

(*) 17 mil­lions d’eu­ros étaient aus­si en jeu pour l’Eu­ro mil­lion.

PHO­TO FLO­RIAN SA­LESSE

LO­TE­RIE. Comme chaque ven­dre­di 13, de nom­breux joueurs mont­lu­çon­nais ont ten­té leur chance et fait le pa­ri du ha­sard.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.