Il au­rait fal­lu une au­to­ri­sa­tion de dé­fri­cher

La Montagne (Moulins) - - Région -

Ils sont pas­sion­nés de deux­roues. Mais pas fran­che­ment ex­perts en ré­gle­men­ta­tion…

À l’au­tomne 2014, les membres de l’Ami­cale des mo­tards de Queuille, dans les Com­brailles, dé­cident d’agran­dir leur cir­cuit de cross. L’as­so­cia­tion est pro­prié­taire d’une par­celle de deux hec­tares, qu’elle en­tre­prend donc de net­toyer « On a en­le­vé les ronces, les ge­nêts, les brous­sailles, etc. Des arbres, on en a cou­pé six, pas plus... », ex­plique le pré­sident du club, à la barre du tri­bu­nal de Cler­mont­Fer­rand.

Mais l’agent de la pré­fec­ture qui ef­fec­tue une vi­site in­opi­née sur place, en juin 2015, n’a tout à fait pas la même ap­pré­cia­tion. Pour lui, les mo­tards ont pro­cé­dé à un « dé­fri­che­ment » pur et simple, sans avoir la moindre au­to­ri­sa­tion préa­lable. Dans la sal­ le, un « membre ac­tif » de l’Ami­cale se lève. « On ne sa­vait pas qu’il fal­lait une au­to­ri­sa­tion. Ju­ri­di­que­ment, tous ces trucs, on n’y connaît pas grand­chose. On a peut­être fait une conne­rie, on s’en ex­cuse. Mais la mo­to, on a ça dans le sang, et ça draine du monde dans le vil­lage. Vous ne pou­vez pas nous l’en­le­ver ! »

« A­t­on fait perdre à la par­celle sa vo­ca­tion fo­res­tière ? Bien sûr que non, ré­sume Me Gat­ti­gnol en dé­fense. La fac­ture de l’en­tre­prise qui est in­ter­ve­nue le montre bien : il s’agis­sait de tra­vaux d’amé­na­ge­ment, de net­toyage, de des­sou­chage, de ter­ras­se­ment mais en au­cun cas d’un dé­fri­che­ment to­tal ».

In­suf­fi­sant, néan­moins, pour convaincre le tri­bu­nal, qui condamne le pré­sident de l’as­so­cia­tion à 3.000 eu­ros d’amende.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.