« Bou­le­ver­sé par ces actes in­nom­mables »

L’évêque ré­agit à la mise en exa­men d’un ab­bé du dio­cèse pour agres­sions sexuelles sur mi­neurs

La Montagne (Moulins) - - Région Faits Divers - Yann Bays­sat

Après la mise en exa­men et l’in­car­cé­ra­tion de Phi­lippe Pou­zet, prêtre de sa pa­roisse, pour agres­sions sexuelles sur mi­neurs, l’évêque de Saint-Flour Mon­sei­gneur Grua ré­agit. «J’ ai re­çu des lettres et des per­sonnes. Mais ce­la se compte sur les doigts d’une main, ou d’une de­mi­main. Et pour des faits très an­ciens. Il n’y a pas à l’heure ac­tuelle d’ac­tion en jus­tice ou d’en­quête me­née à l’en­contre d’un prêtre sur le dio­cèse. Et je rap­pelle que ma porte est ou­verte à tous les pa­rois­siens qui sou­haitent me par­ler. » Ain­si s’ex­pri­mait Mon­sei­gneur Bru­no Grua dans nos co­lonnes le 1er sep­tembre.

Deux jours plus tard, les pa­rents de quatre filles et gar­çons, âgés au­jourd’hui de 13 à 17 ans, dé­po­saient plainte contre l’ab­bé Phi­lippe Pou­zet. Ce der­nier a été pla­cé en garde à vue jeu­di, avant d’être mis en exa­men et écroué, ven­dre­di ( voir notre édi­tion d’hier).

Sol­li­ci­té hier, Mon­sei­gneur Grua a ré­agi par voie de com­mu­ni­qué. Il y af­firme d’abord avoir été mis au cou­rant tar­di­ve­ment des agis­se­ments de ce prêtre : « J’ap­prends ce ma­tin (sa­me­di, NDLR) par la presse les der­niers dé­ve­lop­pe­ments de cette af­faire. Des faits graves ayant été por­tés à ma con­ nais­sance le 3 sep­tembre, j’ai pris aus­si­tôt contact avec le pro­cu­reur de la Ré­pu­blique, dé­jà in­for­mé. J’ai sus­pen­du ce prêtre de l’exer­cice de son mi­nis­tè­ re. J’ai in­for­mé dans un pre­mier temps les prêtres et diacres du dio­cèse et, par eux, les com­mu­nau­tés chré­tiennes plus di­rec­te­ment concer­nées. »

Quant à la pre­mière en­quête por­tant sur ce prêtre et clas­sée sans suite, il af­firme avoir été « in­for­mé de ru­meurs en avril 2017. J’avais ef­fec­tué un si­gna­le­ment au pro­cu­reur de la Ré­pu­blique qui s’était tra­duit par l’ou­ver­ture d’une en­quête qui n’a pas eu de suite. La jus­tice in­for­mée, beau­coup de pa­rois­siens ayant été en­ten­dus, le mi­nis­tère de ce prêtre ne pou­vait se pour­suivre sur place. En sep­tembre 2017, je le nom­mais dans l’équipe d’Au­rillac. »

Il pour­suit en se pro­je­tant sur la suite de cette af­faire : « Je re­dis ma confiance en la jus­tice. Il est né­ces­saire qu’elle passe, tant pour les vic­times que pour le prêtre in­cri­mi­né. »

Et l’évêque de ter­mi­ner son com­mu­ni­qué en li­vrant ses émo­tions : « Avec tout le dio­cèse, nous sommes bou­le­ver­sés par ces actes in­nom­mables. Nos pen­sées sont pour les vic­times et leurs pa­rents. Nous vou­lons leur dire notre vo­lon­té de proxi­mi­té et de sou­tien. Nous de­vons prendre toutes les dis­po­si­tions pour que de tels actes ne se re­pro­duisent pas. To­lé­rance zé­ro, se­lon l’in­jonc­tion du pape Fran­çois dans sa lettre ré­cente au peuple de Dieu […]. En France, l’Église s’est en­ga­gée avec une grande dé­ter­mi­na­tion dans cette lutte contre les abus et no­tam­ment contre la pé­do­phi­lie. Nous de­vons, prêtres, consa­crés, laïcs, nous at­te­ler chez nous à ce chan­tier pour vaincre cette ca­la­mi­té des abus dans l’Église et res­tau­rer la confiance dans nos pa­roisses, nos écoles, nos au­mô­ne­ries, tous nos lieux d’Église. Je compte sur tous les chré­tiens, les fa­milles, les jeunes et leurs ani­ma­teurs en par­ti­cu­lier, pour nous y ai­der. »

Les pa­rois­siens san­flo­rains, eux, sont sous le choc après ces ré­vé­la­tions. ■

Un pre­mier si­gna­le­ment en 2017

PHO­TO D’AR­CHIVES DA­VID ALLIGNON

BRU­NO GRUA. Pou­zet. L’évêque af­firme avoir ap­pris dans la presse la mise en exa­men du père

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.