Il avait mor­du le po­li­cier qui vou­lait le contrô­ler

La Montagne (Riom) - - Région Actualité - Pierre Gé­rau­die

Le 22 jan­vier à Avermes, ce qui de­vait être un simple contrôle d’iden­ti­té a tour­né à l’in­ter­pel­la­tion mus­clée.

Au sor­tir d’une salle de spec­tacle, une pa­trouille de po­lice contrôle un groupe. Ori­gi­naire du bas­sin vi­chys­sois, un jeune homme de 19 ans vient se mê­ler à l’opé­ra­tion de po­lice. Mais pour quelle rai­son, alors que, d’après les au­di­tions, il n’avait au­cun rap­port avec le­dit groupe ?

À la barre, il peine à l’ex­pli­quer du tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Cus­set. « J’ai vu qu’il y avait un contrôle, alors je me suis ap­pro­ché ». D’après les mêmes rap­ports d’au­di­tion, il se se­rait in­ter­po­sé entre les po­li­ciers et les per­sonnes contrô­lées. « Non, je me suis juste mis der­rière », pré­cise­t­il.

Suf­fi­sant, mal­gré tout, pour que trois po­li­ciers tentent de l’im­mo­bi­li­ser. L’un d’entre eux passe ses mains par­des­sus l’épaule du jeune homme, qui mord la main du fonc­tion­naire de po­lice. « Je n’avais pas mes pa­piers sur moi, je n’avais ja­mais été contrô­lé, j’ai mal ré­agi. Je re­grette », ex­plique le Vi­chys­sois, qui avait im­mé­dia­te­ment pré­sen­té ses ex­cuses après son in­ter­pel­la­tion.

« C’était sa pre­mière sor­tie noc­turne, il a mal pris la pal­pa­tion. Il était à mille lieues d’ima­gi­ner al­ler en garde à vue », ap­puie son con­seil, Me Ber­nal.

Pour Me Moya, avo­cate du po­li­cier mor­du ce jour­là, il s’agit ef­fec­ti­ve­ment « d’une in­ter­pel­la­tion qui a mal tour­né. Mais il y a bien un acte de ré­bel­lion et de vio­lence dé­li­bé­rées ».

Le jeune pré­ve­nu, dont le ca­sier est vierge de toute men­tion, a fi­na­le­ment été dé­cla­ré cou­pable d’acte de ré­bel­lion. Il de­vra ac­com­plir 105 heures de tra­vaux d’in­té­rêt gé­né­ral et ré­gler 350 € de pré­ju­dice. ■

« Je n’avais ja­mais été contrô­lé, j’ai mal ré­agi »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.