Re­voi­là la course des gar­çons de ca­fé

■ Ren­dez­vous le 24 sep­tembre pour tous les ser­veurs et ser­veuses qui al­lient vi­tesse et dex­té­ri­té

La Montagne (Riom) - - Puy-de-dôme Actualité - Phi­lippe Cros

La course des gar­çons de ca­fé (des filles aus­si) est de re­tour à Cler­mont, après quatre an­nées d’ab­sence. Ren­dez-vous le 24 sep­tembre, un pla­teau à la main, entre les places de Jaude et de la Vic­toire.

Les ar­chives le prouvent, en noir et blanc ou en cou­leurs, la course des gar­çons de ca­fé est une tra­di­tion cler­mon­toise !

Mais de­puis 2012, les ser­veurs et ser­veuses de la ca­pi­tale au­ver­gnate de­vaient cou­rir loin de leurs terres pour me­su­rer la sou­plesse de leur te­nue de pla­teau et la flui­di­té de leur course sur les pa­vés.

L’Union des mé­tiers et des in­dus­tries de l’hô­tel­le­rie du Puyde­Dôme a dé­ci­dé de mettre un terme à cette ab­sence au ca­len­drier en re­lan­çant l’épreuve : elle se dé­rou­le­ra à 11 heures, di­manche 24 sep­tembre, sur un tra­cé se­mé d’em­bûches de 2,5 ki­lo­mètres entre la place de Jaude et la place de la Vic­toire.

« Le par­cours pas­se­ra par les voies pié­tonnes et se ter­mi­ne­ra par un par­cours avec obs­tacles place de la Vic­toire », in­dique l’UMIH.

L’ob­jec­tif de la course n’est pas uni­que­ment d’al­ler vite mais il est aus­si – et sur­tout – de ne pas cas­ser les deux verres vides de son pla­teau et de ne pas perdre une seule goutte des deux bou­teilles ou­vertes jus­qu’à la ligne d’ar­ri­vée. Les trois pre­miers de l’épreuve au­ver­gnate pour­ront par­ti­ci­per à la fi­nale na­tio­nale, qui est pré­vue le 30 sep­tembre à Li­moges, lieu des re­trou­vailles de­puis plu­sieurs an­nées.

Par­mi les can­di­dat­e­s pré­sents à Cler­mont­Ferrand, il y au­ra avec cer­ti­tude Jen­ni­fer Duc, vice­cham­pionne na­tio­nale en 2013, sous les cou­leurs de l’Ha­cien­da Ca­fé, et en­core dans le top 3 des gar­çons et filles de ca­fé l’an der­nier. Elle a été la pre­mière à s’ins­crire pour le re­ tour de la course place de Jaude ! « C’est une ex­pé­rience à vivre quand on fait ce mé­tier. Il y a l’am­biance mais c’est aus­si le fait de mettre en va­leur notre mé­tier, ce que l’on sait faire, nos com­pé­tences », confie la jeune femme.

Le se­cret de la cham­pionne, ce n’est pas de ga­lo­per comme une ga­zelle pres­sée mais plu­tôt d’avan­cer avec la sou­plesse d’une pan­thère, sans ren­ver­ser la moindre goutte. « Cer­tains courent mais ce n’est pas le but. Un ser­veur ne court pas de­vant les clients… Mon ob­jec­tif est de ne sur­tout pas faire tom­ber le pla­teau, il faut jouer la pru­dence. » Abon­née de­puis des an­nées aux pre­mières places na­tio­nales, Jen­ni­fer avait rem­por­té deux des trois der­nières courses à Cler­mont et ter­mi­né une fois deuxième.

Il va fal­loir être agile pour lui contes­ter la vic­toire la 24 sep­tembre, entre la place de Jaude et la place de la Vic­toire. ■

« C’est une ex­pé­rience à vivre quand on fait ce mé­tier. »

La course des gar­çons de ca­fé, c’est une vieille his­toire : ici, en 1954 !

Ar­chives La Mon­tagne

PHOTO D’AR­CHIVES PAS­CAL CHAREYRON

OC­TOBRE 2011. Sur la place de Jaude : ne pas confondre vi­tesse et pré­ci­pi­ta­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.