« Cha­cun est hé­ros de sa propre vie »

Le Ch­rist re­vient sur Terre… et sur­tout sur scène. Mike Mas­sy ra­conte com­ment il est de­ve­nu Jé­sus. « En me voyant avec une cou­ronne d’épines, j’ai pleu­ré ».

La Montagne (Riom) - - Riom - Oli­vier Bo­hin oli­vier.bo­hin@cen­tre­france.com

Col­lier de barbe bien taillé, vi­sage sculp­tu­ral éclai­ré d’un re­gard énig­ma­tique, Mike Mas­sy a bien plus que le look de l’em­ploi. Au Pa­lais des sports de Pa­ris, à par­tir du 17 oc­tobre, il chan­te­ra la pa­role du Ch­rist au coeur d’une grande fresque mu­si­cale, si­gnée Pas­cal Obis­po et mise en scène par Ch­ris­tophe Bar­ra­tier (Les Cho­ristes). Alors, l’ar­tiste n’a au­cun mal à ré­pondre à nos ques­tions dans la peau de Jé­sus.

■ 2.017 ans après votre cru­ci­fixion, se­lon la croyance chré­tienne, vous êtes de re­tour. Est-ce une ré­sur­rec­tion ? Tous les jours, il y a une forme de ré­sur­rec­tion dans cha­cun de nous. Ce sont nos pas­sions qui font que l’on se lève tous les ma­tins, quelle que soit notre ac­ti­vi­té. C’est une forme de ré­sur­rec­tion. À cha­cun de nous, sa pas­sion et sa rai­son d’être. Quand on dé­passe tous les obs­tacles de la vie, on vit une sorte de re­nais­sance, une ré­sur­rec­tion. Ce se­ra ain­si jus­qu’à la nuit des temps.

■ Dans le spec­tacle, vous ra­con­tez les 3 der­nières an­nées de votre vie. En quoi

sont-elles les plus mar­quantes ? Ce sont des an­nées dé­ter­mi­nantes qui ont per­mis aux gens de sa­voir que j’al­lais trans­mettre un mes­sage.

■ Quel est ce mes­sage ? Le plus beau mes­sage, c’est le par­tage de l’amour. Le co­mé­dien qui m’in­carne vient d’un ter­ri­toire, le Moyen­Orient, où il y a tou­jours beau­coup de dif­fi­cul­tés. Comme il y a plus de 2.000 ans. C’est im­por­tant de mon­trer une image de par­tage et d’amour pro­ve­nant de ces terres loin­taines. Mais mon plus grand mes­sage, la clé de la gué­ri­son de tout, c’est le par­don.

■ Vous n’êtes pas tout seul sur scène. C’est une grande messe ! C’est une fresque mu­si­cale. Il y au­ra un p’tit cô­té show, mais l’his­toire se suf­fit à elle­même. Pas ques­tion de mettre des fio­ri­tures pour em­bel­lir une his­toire dé­jà si belle. Je suis sur scène avec tous ceux que j’ai connus dans les 3 der­nières an­nées de ma vie.

■ Pas­cal Obis­po, l’au­teur des chan­sons, est-il votre meilleur apôtre ? Il m’a ap­pris beau­coup de choses, nous sommes amis. Nous don­nons le meilleur de nous­mêmes pour trans­mettre ce mes­sage uni­ver­sel. Je crois sa­voir que Pas­cal Obis­po connaît Jé­sus de­puis son en­fance. ■ Jé­sus, votre fresque est-elle ré­ser­vée à vos seuls fi­dèles,

les chré­tiens ? Non, tout le monde est convié. Ce spec­tacle parle de moi, Jé­sus, en tant qu’homme. Il n’est pas ques­tion de faire des mi­racles sur scène. Ils sont ra­con­tés à tra­vers les té­moi­gnages de per­son­nages. Je trans­mets un mes­sage uni­ver­sel, que l’on soit croyant ou pas, chré­tiens, mu­sul­mans, juifs ou de n’im­porte quelle autre confes­sion. C’est d’abord mon his­toire, pas un cours de ca­té­chisme. ■ Jé­sus, êtes-vous un su­per­hé­ros ? Jé­sus a été l’un des pre­miers hé­ros qui ont in­fluen­cé le plus l’hu­ma­ni­té. Jé­sus a ap­pris que l’Homme est à l’image de Dieu. Cha­cun d’entre nous est le hé­ros de sa propre vie. ■ C’est im­por­tant de croire. Je pense que l’hu­main ne peut être sau­vé de sa mi­sère s’il ne croit pas. Nous avons tous be­soin de croire en quelque chose, pour par­don­ner et sur­vivre à la souf­france, la sienne et celle des autres. ■

➔ Pra­tique. Jé­sus, de Na­za­reth à

Jé­ru­sa­lem, au Pa­lais des sports de Pa­ris, à par­tir du 17 oc­tobre. www.je­sus-les­pec­tacle.com

PHOTO THIBAULT GRABHERR

RÔLE. Mike Mas­sy confie être at­ta­ché à « ap­pro­cher le per­son­nage de Jé­sus de sa propre per­son­na­li­té. Je me sens proche de lui, de son cô­té hu­main ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.