Le temps de la fa­mille

Ch­ro­nique d’une fa­mille ins­crite dans son temps avec Les Bour­geois ,le nou­veau ro­man hors d’âge d’Alice Fer­ney (Actes Sud).

La Montagne (Riom) - - Riom - Blan­dine Hu­tin-Mer­cier blan­dine.hu­tin@cen­tre­france.com

Chez les Bour­geois, on ne ri­gole pas tous les jours ! On n’est pas si­nistres, non – en­core que les guerres, les échecs et les ma­la­dies ap­portent leur lot de pertes et de so­li­tude. Mais, si rien as­su­ré­ment ne doit faire re­non­cer, chez les Bour­geois, on ne se laisse pas fa­ci­le­ment ga­gner par l’eu­pho­rie.

C’est que dans cette fa­mille de la bonne bour­geoi­sie, mar­quée du sceau des tra­di­tions et des croyances de la fin du XIXe siècle, ca­tho­lique fer­vente et conser­va­trice convain­cue, na­tio­na­liste et mi­li­ta­riste, on a des va­leurs et on s’y ac­croche. On se les trans­met de gé­né­ra­tion en gé­né­ra­tion, par l’âpre­té pa­ter­nelle et le lait ma­ter­nel.

Cha­cun son rôle

Cha­cun a sa place chez les Bour­geois : les pères com­mandent, font la guerre, croissent et s’en­ri­chissent. Les femmes, elles, fondent la fa­mille, élèvent les en­fants et di­rigent la mai­son. Elles parlent peu, pensent à peine, elles sont la dou­ceur et l’obéis­sance, quand les hommes sont l’en­ga­ge­ment et la lutte, sur les champs de ba­taille ou dans la so­cié­té.

Cha­cun vit sa vie, im­muable, sans plainte mais pas sans amour, jus­qu’à ce que les fra­cas du XXe siècle viennent bous­cu­ler cet ordre bien éta­bli. Les Bour­geois peuvent­ils conser­ver, en­vers et contre tout, leur mode de vie et de pen­sée quand le monde au­tour d’eux semble tour­ner plus vite, les rôles s’échan­ger, les va­leurs se fondre dans une nou­velle so­cié­té, moins fi­gée, moins sûre ? Peuvent­ils res­ter ce monde à part, cam­pé sur son his­toire et ses pré­ju­gés ?

Avec la clar­té de sa langue, la fi­nesse de son ob­ser­va­tion, la dou­ceur de son ana­lyse, Alice Fer­ney, peintre im­pres­sion­niste des sen­ti­ments et des âmes, dresse un por­trait raf­fi­né et sans conces­sion d’une fa­mille hors du temps. Parce qu’il change, ce temps, et que la trans­mis­sion leur échappe, les Bour­geois s’adaptent ou se perdent.

Avec bien­veillance, Alice Fer­ney les ra­conte, nous of­frant ain­si une le­çon d’his­toire et de so­cio­lo­gie pré­cieuse. Parce qu’on a tous, en nous, quelque chose des Bour­geois… ■

ILLUSTRATION

TRA­DI­TIONS. La fa­mille au coeur de la vie des Bour­geois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.