COMBATTEZ ET DOMPTEZ LES DINOSAURES DANS ARK : SUR­VI­VAL EVOL­VED

La Montagne (Riom) - - Riom -

SEUL AU MONDE. Se ré­veiller sur une île dé­serte pa­ra­di­siaque, en slip, en­tou­ré de créa­tures ter­ri­fiantes. Un rêve que cha­cun a fait au moins une fois dans sa vie et qu’Ark : Sur­vi­val Evol­ved pro­pose de vivre.

Ici, au­cune ligne de conduite à adop­ter si ce n’est celle qui amé­lio­re­ra vos condi­tions de sur­vie. Au dé­part, on ra­masse tout ce qu’on a sous la main pour fa­bri­quer la pre­mière lance et construire une mai­son en fou­gère. Après des di­zaines d’heures à cra­pa­hu­ter sur l’île, vos construc­tions de­vien­dront in­fran­chis­sables et vos armes ex­trê­me­ment puis­santes.

Ark reste un jeu de sur­vie pu­ni­tif : il faut gé­rer des barres de faim, de soif, d’éner­gie, tout en étant vi­gi­lant face aux condi­tions cli­ma­tiques. Sur terre, dans l’eau, les airs, rares sont les créa­tures in­of­fen­sives qui rem­pli­ront vos stocks de res­sources sans op­po­si­tion. Les com­bats sont âpres, un équi­pe­ment de qua­li­té est cru­cial pour ne pas se faire dé­vo­rer par un T-Rex ou un car­no­saure.

Le mode so­lo per­met de se fa­mi­lia­ri­ser avec le jeu. Mais c’est en ligne qu’il trouve toute sa puis­sance. On s’or­ga­nise en tri­bu pour se dé­ve­lop­per plus vite et fa­ci­li­ter les com­bats. Pe­tits bé­mols, l’op­ti­mi­sa­tion laisse à dé­si­rer. Les gra­phismes manquent de fi­ni­tion, les ser­veurs sont aléa­toires et certaines tra­duc­tions ont été ou­bliées.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.