« Chez la femme, la BPCO est plus sé­vère »

La Montagne (Riom) - - Puy-De-Dôme -

À l’ini­tia­tive de la Fon­da­tion du souffle, le co­mi­té ré­gio­nal Au­vergne contre les ma­la­dies res­pi­ra­toires lance une cam­pagne de sen­si­bi­li­sa­tion chez la femme. Une jour­née est pro­po­sée, jeu­di, au CHU cler­mon­tois.

Chez la femme, la BPCO, bron­cho­pneu­mo­pa­thie chro­nique obs­truc­tive, est plus sé­vère et évo­lue plus ra­pi­de­ment.

Cette nou­velle cam­pagne vise à in­ter­pel­ler les femmes et à leur faire prendre conscience qu’elles ont au moins au­tant de risques qu’un homme de dé­ve­lop­per une BPCO, à ta­ba­gisme égal, voire peut­être plus. La re­pré­sen­ta­tion de cette ma­la­die est celle d’un homme de 65 ans qui tousse et crache. Or, la BPCO at­teint les femmes, et ce dès 35 ans. Cette ma­la­die n’in­quiète pas, ses symp­tômes – bron­chites chro­niques, toux, es­souf­fle­ments… – étant sou­vent ba­na­li­sés jus­qu’à ce qu’il soit trop tard, car il est im­pos­sible de re­cou­vrer ses ca­pa­ci­tés res­pi­ra­toires. L’ag­gra­va­tion de la BPCO peut conduire à l’in­suf­fi­sance res­pi­ra­toire chro­nique grave, (ma­lade en per­ma­nence sous oxy­gène) et peut se com­pli­quer d’une dé­faillance car­diaque.

Cette jour­née d’in­for­ma­tion per­met­tra au pu­blic de connaître les dif­fé­rents fac­teurs de risques, tels que le ta­bac, ou en­core les symp­tômes as­so­ciés à la ma­la­die, à sa­voir la toux, l’es­souf­fle­ment et les bron­chites chro­niques. Des tests du souffle pour­ront être réa­li­sés gra­tui­te­ment. ■

Ve­nez tes­ter votre souffle no­tam­ment si vous êtes une femme !

➔ Pra­tique. Cette jour­née se dé­rou­le­ra, jeu­di 16 no­vembre, de 9h30à12h30etde13h30à 17 heures dans le hall du CHU Estaing, à Cler­mont. In­fos : www.le­souffle.org

IN­FO PLUS

BPCO. Elle est ca­rac­té­ri­sée par un ré­tré­cis­se­ment des bronches. La cause la plus fré­quente de sa sur­ve­nue est le ta­ba­gisme.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.